Mais pourquoi Florent Varak et Guillaume Bourin se soucient-ils autant de la doctrine de la création ?

Nous continuons notre série sur la Genèse et la création en partenariat avec nos chers amis Toupoursagloire.com. Dans cet épisode, nous nous intéressons aux enjeux du débat : finalement, à quoi bon y consacrer toute une série de podcasts ? Ne devrions-nous pas focaliser notre énergie ailleurs, sur des sujets plus fondamentaux ?

Ce n’est pas notre avis : les enjeux de ce débat sont nombreux et de premier ordre.

 

Florent et Guillaume commencent par un rapide retour sur les principales positions chrétiennes relatives à l’existence historique d’Adam (rappel : nous les avions exposées en détail ici).

Puis ils listent ce qu’ils pensent être les principaux enjeux de ce débat  :

(1) La Bible est-elle réellement inerrante, c’est à dire sans erreur dans les manuscrits originaux ? L’impact de la doctrine de la création sur celle de l’inerrance biblique est  très important. Florent et Guillaume estiment d’ailleurs que cette dernière caractérise le mouvement évangélique, et citent pour appui les deux premières déclarations de Chicago.

(2) Quand l’histoire commence-t-elle ? À partir de Genèse 12, comme l’affirme Denis Lamoureux (Biologos, relayé en France par Sciences et Foi), ou dès Genèse 1 comme nous l’affirmons ?

(3) D’où vient le péché ? Est-ce le fruit d’une forme d’évolution animale, ou bien la chute de Genèse 3 est-elle un évènement historique ? Inutile de souligner l’importance de cette question pour la formulation de la doctrine chrétienne.

(4) Comment considérer le rapport entre Adam et Christ ? Paul fait de cette question le fer de lance de sa théologie de la rédemption (cf. Rm 5.12 ; 1 Cor 15.20-21).

(5) Comment considérer l’histoire de l’interprétation ? En la matière, près de 1900 ans de données semblent faire consensus dans la direction soutenue par Florent et Guillaume. Certains faits sont d’ailleurs particulièrement révélateurs : par exemple, nos auditeurs seront sans doute surpris d’apprendre que des théories théologiques sur les races pré-adamiques existaient déjà bien avant les premières formulations de la théorie de l’évolution…

 

Prenez le temps d’évaluer les données (très denses) que ce podcast contient ? Qu’en pensez-vous ? Quel est votre point de vue ? A vos commentaires 😉

 

 

Florent Varak est pasteur, auteur de plusieurs livres , conférencier, professeur d’homilétique à l’Institut biblique de Genève, enseignant à l’Ecole biblique de Lyon et nouveau directeur international du développement des églises évangéliques des Frères (Encompass). Retrouvez ses podcasts hebdomadaires, “Un pasteur vous répond”, chez nous amis de Toutpoursagloire.com. Il est diplômé d’un master en théologie de la faculté Master’s Seminary et il est actuellement candidat au doctorat à la Faculté Libre de Théologie Évangélique de Vaux-sur-Seine.

 

Guillaume Bourin est le fondateur du blog Le Bon Combat et l’un de ses administrateurs actuels. Guillaume dirige également les formations théologiques #Transmettre dans l’espace francophone. Il s’intéresse particulièrement à l’intertextualité et à l’exégèse de l’Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Il est titulaire d’un master en théologie (M.Div.) et d’un autre en Ancien Testament (Th.M.) obtenus à la faculté Southwestern Baptist Theological Seminary (Fort Worth, USA). Guillaume est actuellement candidat au doctorat à l’Université d’Aberdeen (Ecosse).

 

 

 

>> Ressources additionnelles du Bon Combat : 

 

>> Bibliographie sélective :

Voici les ouvrages que nous considérons « indispensables » sur la question. Certains privilégient le consensus scientifique actuel et d’autres prennent une position plus littérale quant à Adam et Eve. Si vous désirez suggérer une publication ou un ouvrage que nous aurions omis, écrivez-nous.

  • Barrett, Matthew J.  et Caneday, Ardel (s. dir), Four Views on the Historical Adam (2013). Un recensement des 4 positions principales accompagné d’une analyse croisée.
  • Berthoud, Jean-Marc, Creation, Bible, et Science, L’âge de l’homme, 2008.
  • Berthoud, Pierre, En quête des origines, Excelsis, 2008.
  • Blocher, Henri, Révélations des Origines, Presses Bibliques Universitaires, 2001.
  • Jaeger, Lydia (s. dir), Adam qui es tu ?, (2013), 216 pages. Une série d’essais de scientifiques et d’érudits évangéliques priligégiant le consensus scientifique actuel.
  • Jaeger, Lydia, Ce que les Cieux racontent, Excelsis, 2008.
  • Moreland J. P. (philosophie), Meyer, Stephen C. , Shaw, Christopher, Gauger, Ann K.  (science), et Grudem, Wayne (Bible/théologie), s. dir., Theistic Evolution, A Scientific, Philosophical, and Theological Critique, Crossway, 2017. 1001 pages. Un ouvrage multidisciplinaire remarquable qui contre avec précision le consensus darwinien.
  • Mortenson, Terry, Searching for Adam: Genesis & the Truth About Man’s Origin, Master Books, 2016, 608 pages. Une défense multidisciplinaire de la position créationiste la plus littérale.
  • Nevin, Norman C., Should Christian Embrace Evolution ?, P&R publishing, 2011
  • Richelle, Matthieu, Comprendre Aujourd’hui, Genèse 1-11 , Edifac, 2013
  • VanDoodewaard, William, The Quest for the Historical Adam: Genesis, Hermeneutics, and Human Origins, Reformation Heritage, 2015, 400 pages. Une description fascinante de l’histoire de l’interprétation chrétienne d’Adam et Eve. Fascinante parce que la notion de peuples préadamiques précède de longtemps l’émergence de la science moderne.
  • Williams, Peter, “L’absence de soufrance avant Adam”, La Revue Réformée, N° 276 .

 

 

Processed with VSCOcam with f2 preset

Abonnez-vous


LOGO-iTunes-REAL

soundcloud_460x290

12065637851779660844srd_rss_logo-svg-med

 

“Que dit la Bible ?” est le podcast hebdomadaire du blog Le Bon Combat. Retrouvez l’ensemble des questions posées et de nos entretiens sur l’onglet dédié, en haut et à droite de la barre de menu du site !

  • Francine

    La réponse à la question posée dans le titre est fort simple : Chacun se soucie de ses affaires.

    Dieu se soucie de la Création, parce qu’elle est son œuvre ; il ne peut penser à elle sans tendresse, et il ne permettra pas que des forces adverses l’empêchent de parvenir au but qu’il lui a fixé. A la fin de chaque journée de sa jeunesse, posant sur elle un regard bienveillant, Dieu disait : Tout ceci est bon, très bon. Maintenant qu’elle est vieille, il ne va pas l’abandonner, mais il s’apprête à la renouveler en gloire : Les cieux sont l’ouvrage de tes mains; … ils vieilliront tous comme un vêtement, Tu les rouleras comme un manteau et ils seront changés.

    D’autres se soucient de la doctrine de la Création, parce qu’elle est leur œuvre ; il ne peuvent penser à elle sans s’avouer qu’ils n’y comprennent rien, et ils ne permettront pas que des concurrents leur ravissent la palme de l’ignorance. A la fin de chaque verset, sondant l’immensité des questions suscitées, ils murmuraient : Je ne sais pas ! je ne sais vraiment pas ! Maintenant que le public interroge, ils ne vont pas reculer ; car l’important n’est pas la Création, mais la doctrine de la Création, et il n’est pas question de la changer.
    Chacun se soucie de ses affaires.

  • Benoît Hébert

    Merci Florent et Guillaume de nous citer (Science et Foi, sans « s » à science 😉 ). Il est tout à fait vrai que nous avons publié beaucoup d’articles de Denis Lamoureux, mais aussi d’autres scientifiques/théologiens évangéliques comme Paul Seely, John Walton…
    Le dernier commentaire que j’avais posté sur toutpoursagloire a été censuré !!! donc je vais attendre de voir si je suis publié avant d’aller plus loin.

    En effet, les déclarations de Chicago à propos de l’inerrance historiques et scientifiques de la Bible sont l’enjeu de cette discussion. Pourtant, il est important de ne pas faire d’amalgame entre tous les enjeux que vous mentionnez. On peut être en désaccord sur l’un et en accord sur l’autre. On peut accepter l’évolution sans croire pour autant que le péché soit le fruit de ce processus, mais cela se fait en considérant que le péché est de nature existentielle et non un héritage génétique.
    Selon vous, l’histoire commence en Genèse 1. Il est donc bien indispensable d’interpréter les jours de la création de façon littérale ?

    • Florent Varak

      Bonjour Benoît. A ma connaissance, aucun commentaire n’a été censuré. Ce serait surprenant. Je vérifie et reviens à toi.

    • Salut Benoit. Ton commentaire n’a pas été censuré. Il y avait tout simplement un bug dans Disqus, ce qui arrive.

    • J’ajouterais qu’on ne censure JAMAIS Benoît.

%d blogueurs aiment cette page :