Dieu est fidèle : il ne vous abandonnera pas à votre endurcissement

Durant tout l’été 2017, je serai à l’Église réformée baptiste de la Trinité (Montreal, Quebec) et nous nous concentrons ensemble sur le livre de Ruth.

La semaine dernière, nous avons commencé par quelques remarques introductives sur l’ensemble du livre. Nous rentrons maintenant dans le vif du sujet avec l’exposition de Ruth 1:1-7.

À bien des égards, les cinq premiers versets sont fondamentaux pour comprendre l’ensemble du livre. Ils servent d’introduction et établissent la trame dans laquelle les personnages vont progressivement se révéler. Or, le moins que l’on puisse dire, c’est que le récit s’ouvre sur une perspective très négative :  l’attitude d’Elimelek et celle de sa famille sont clairement dépeintes comme une succession d’endurcissements contre la souveraineté de Dieu.

Dans l’exposition de ce passage, nous découvrons que :

  • L’histoire d’Elimelek et de sa famille s’inscrit dans la grande perspective de rébellion contre Yahweh décrite dans le livre des Juges.
  • La famine qui frappe le pays de Juda n’est pas sans précédent, et elle n’arrive pas par hasard.
  • Le récit se focalise sur Naomi, et sur la manière dont les jugements de Dieu semblent la laisser “comme une coquille vide”.
  • Yahweh semble avoir abandonné son peuple : le Grand Roi s’en est allé…

 

Cependant les versets 6 et 7 suggèrent une note d’espoir. Comme Elimelek et sa famille, nous pouvons passer par de profondes épreuves et chercher à y remédier en suivant nos propres voies. Mais souvenons-nous qu’il y a espoir : Dieu est fidèle et il n’abandonne pas les siens à leur endurcissement.

 

ÉCOUTEZ CETTE PREDICATION ICI

 

 

>> Retrouvez les six messages de cette série sur Le Bon Combat : 

 

>> Diffusion : 

  • Sur les ondes au Québec sur CFOI FM : Quebec 104.1 / St-Jérôme 102.9
  • Via la chaîne de podcasts “Parole proclamée” sur Itunes.

 

>> Voici ma traduction du passage :

Dans les jours où les juges jugeaient, une famine s’abattit sur le pays. Un homme de Bethleem de Juda s’en alla avec sa femme et ses deux fils pour séjourner dans le pays de Moab. Le nom de cet homme était Elimelek, celui de sa femme Naomie, et ses deux fils se nommaient Machlon et Kilyon. Ils étaient Ephratiens, de Bethleem de Juda.

Après être entrés dans les plaines de Moab, ils s’y fixèrent. Elimelek, le mari de Naomi, mourut. Elle demeura seule avec ses deux fils. Et ils prirent deux femmes moabites. La première se nommait Orpah, la deuxième Ruth. Ils demeurèrent là environ 10 ans. Mais même Machlon et Kilyon moururent eux aussi ! La femme demeura privée de ses deux fils et de son mari.  

Alors elle se leva avec ses deux belles filles et s’en retourna des plaines de Moab, car elle avait entendu que l’Eternel avait visité son peuple pour lui donner du pain. Et elle sortit du lieu où elle était, elle et ses deux belles filles avec elle, et elles se mirent en route pour retourner au pays de Juda.

 

 

 

<p>Guillaume Bourin est le fondateur du blog Le Bon Combat et l’un de ses administrateurs actuels. Il s’intéresse particulièrement à l’intertextualité et à l’exégèse de l’Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Guillaume est titulaire deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary, USA) et il est actuellement candidat au doctorat en Ancien Testament à l’Université d’Aberdeen (Ecosse).</p>

%d blogueurs aiment cette page :