Le créationnisme est-il un suicide intellectuel, une entrave à l’apologétique chrétienne ?

Nous n’aimons pas l’appellation créationnisme mais… voici donc le dernier épisode de notre série sur la création réalisée conjointement avec nos amis de Toutpoursagloire.com. Cette semaine, Florent Varak et Guillaume Bourin discutent apologétique, car il s’agit là bel et bien d’un enjeu majeur de ce débat.

En effet, comment pouvons-nous parler de Dieu à nos amis athées qui, presque systématiquement, vont nous opposer la théorie de l’évolution comme l’argument ultime contre l’existence de Dieu ?

 

 

D’un point de vue apologétique, ceux qui adhèrent à une approche littéraire du texte de la Génèse proposent de défendre la comptabilité de l’existence de Dieu avec une forme équilibrée de la théorie de l’évolution. Leur démarche est donc compatibiliste : la Bible et la théorie de l’évolution ne s’excluent pas mutuellement.

Mais pour nous qui défendons une approche narrativiste/littérale, l’enjeu paraît bien plus compliqué. Notre démarche est incompatibiliste : nous estimons en effet que les Écritures ne peuvent pas s’accorder avec ce mécanisme de transformisme inter-espèces qu’est la théorie de l’évolution.

Notre démarche apologétique est donc loin d’être aisée. Car si la théorie de l’évolution est, comme le pense Grudem, « LA grande explication de la culture séculière, le méta-récit principal que les pécheurs acceptent avec joie », alors notre approche consiste ni plus ni moins qu’à renverser la vision du monde de nos contemporains occidentaux, là où nous préfèrerions largement avoir à les gagner en douceur…

Alors, la position narrativiste/littérale, plus communément appelée « créationisme », est-elle une entrave à l’annonce de l’Évangile ?

Nous le pensons pas, et ce podcast explique pourquoi.

 

Voici les différents points que nous développons dans cet épisode :

(1) Nous commençons par bien formuler notre position, car elle est souvent parodiée. Nous la définissons en deux grands axes : (1) Adam et Eve sont deux personnages historiques, authentiques premiers humains et parents de toute l’humanité, et (2) avant Adam, avant l’évènement historique de la chute, la souffrance et la mort n’existaient pas. 

(2) La théorie de l’évolution ne répond pas la question des origines. La plupart de nos contemporains occidentaux estiment pourtant qu’elle est décisive ! Cependant, ce n’est pas le cas, et il est aisé de recentrer le débat sur un argument de type cause ultime.

(3) Le motif de la mort est l’un des meilleurs leviers apologétique. Or, de notre point de vue, la position narrativiste/littérale est la meilleure pour rendre  compte du caractère d’inimitié de la mort. La question des origines est en réalité une opportunité extraordinaire de présenter l’Évangile.

(4) L’inerrance plénière des Écritures constitue la « ligne rouge ». Quelle que soit votre position sur la question des origines, il s’agit là d’une frontière à ne pas dépasser.

 

Alors, qu’avez-vous pensé de cet épisode ? De cette série ?

À vos commentaires !

 

 

Florent Varak est pasteur, auteur de plusieurs livres , conférencier, professeur d’homilétique à l’Institut biblique de Genève, enseignant à l’Ecole biblique de Lyon et nouveau directeur international du développement des églises évangéliques des Frères (Encompass). Retrouvez ses podcasts hebdomadaires, “Un pasteur vous répond”, chez nous amis de Toutpoursagloire.com. Il est diplômé d’un master en théologie de la faculté Master’s Seminary et il est actuellement candidat au doctorat à la Faculté Libre de Théologie Évangélique de Vaux-sur-Seine.

 

Guillaume Bourin est le fondateur du blog Le Bon Combat et l’un de ses administrateurs actuels. Guillaume dirige également les formations théologiques #Transmettre dans l’espace francophone. Il s’intéresse particulièrement à l’intertextualité et à l’exégèse de l’Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Il est titulaire d’un master en théologie (M.Div.) et d’un autre en Ancien Testament (Th.M.) obtenus à la faculté Southwestern Baptist Theological Seminary (Fort Worth, USA). Guillaume est actuellement candidat au doctorat à l’Université d’Aberdeen (Ecosse).

 

 

 

>> Ressources additionnelles du Bon Combat : 

 

>> Bibliographie sélective :

Voici les ouvrages que nous considérons « indispensables » sur la question. Certains privilégient le consensus scientifique actuel et d’autres prennent une position plus littérale quant à Adam et Eve. Si vous désirez suggérer une publication ou un ouvrage que nous aurions omis, écrivez-nous.

  • Barrett, Matthew J.  et Caneday, Ardel (s. dir), Four Views on the Historical Adam (2013). Un recensement des 4 positions principales accompagné d’une analyse croisée.
  • Berthoud, Jean-Marc, Creation, Bible, et Science, L’âge de l’homme, 2008.
  • Berthoud, Pierre, En quête des origines, Excelsis, 2008.
  • Blocher, Henri, Révélations des Origines, Presses Bibliques Universitaires, 2001.
  • Jaeger, Lydia (s. dir), Adam qui es tu ?, (2013), 216 pages. Une série d’essais de scientifiques et d’érudits évangéliques priligégiant le consensus scientifique actuel.
  • Jaeger, Lydia, Ce que les Cieux racontent, Excelsis, 2008.
  • Moreland J. P. (philosophie), Meyer, Stephen C. , Shaw, Christopher, Gauger, Ann K.  (science), et Grudem, Wayne (Bible/théologie), s. dir., Theistic Evolution, A Scientific, Philosophical, and Theological Critique, Crossway, 2017. 1001 pages. Un ouvrage multidisciplinaire remarquable qui contre avec précision le consensus darwinien.
  • Mortenson, Terry, Searching for Adam: Genesis & the Truth About Man’s Origin, Master Books, 2016, 608 pages. Une défense multidisciplinaire de la position créationiste la plus littérale.
  • Nevin, Norman C., Should Christian Embrace Evolution ?, P&R publishing, 2011
  • Richelle, Matthieu, Comprendre Aujourd’hui, Genèse 1-11 , Edifac, 2013
  • VanDoodewaard, William, The Quest for the Historical Adam: Genesis, Hermeneutics, and Human Origins, Reformation Heritage, 2015, 400 pages. Une description fascinante de l’histoire de l’interprétation chrétienne d’Adam et Eve. Fascinante parce que la notion de peuples préadamiques précède de longtemps l’émergence de la science moderne.
  • Williams, Peter, “L’absence de soufrance avant Adam”, La Revue Réformée, N° 276 .

 

 

Processed with VSCOcam with f2 preset

Abonnez-vous


LOGO-iTunes-REAL

soundcloud_460x290

12065637851779660844srd_rss_logo-svg-med

 

“Que dit la Bible ?” est le podcast hebdomadaire du blog Le Bon Combat. Retrouvez l'ensemble des questions posées et de nos entretiens sur l'onglet dédié, en haut et à droite de la barre de menu du site !