Non, Dieu ne change pas d’avis à cause de votre repentance…

Notre série sur Jonas continue. La semaine dernière, nous regardions à ce passage bien connu dans lequel le prophète est avalé —et recraché— par un énorme poisson. Cette expérience a transformé le prophète rebelle, il n’est plus le même homme ; désormais, il accepte sans sourciller la mission que Dieu lui donne…

 

 

C’est donc sur le chapitre 3 que nous nous focalisons cette semaine. Dans celui-ci, Jonas s’en va avertir les Ninivites de la grande menace qui pèse sur eux. Et, à la grande surprise du lecteur, un grand mouvement de repentance commence dans la ville et s’étend jusqu’aux plus hautes couches de la société.

Voici quelques-uns des éléments frappants que nous relevons dans ce chapitre :

(1) Jonas y obéit aussi promptement qu’il a désobéit dans le chapitre 1. L’appel de Dieu est formulé de la même manière, et la réaction du prophète, bien que diamétralement opposée, suit également la même construction qu’au chapitre 1.

(2) Le message dont Jonas est porteur n’est pas détaillé. Il est simplement résumé sous la forme de cinq termes hébreux  (cf. v.4). De toute évidence, le contenu de sa prédication était bien plus longue.

(3) Toute menace prophétique intègre un certain niveau de conditionnalité. Le fait même que Dieu menace un peuple, une nation, ou un individu est une manifestation de sa grâce : celui qui reçoit un tel message est ainsi invité à se repentir, à se tourner vers son créateur, à abandonner « sa voie mauvaise et la violence de ses mains » (v.8)

(4) Dieu ne se repent pas. Contrairement à ce qu’une lecture littérale du texte (ou plutôt de certaines versions) pourrait laisser penser, Dieu ne change pas ses plans et n’est pas « émotionnellement affecté » par la réaction des ninivites. Son plan est éternel et absolument parfait. Comment expliquer, dès lors, cet abandon divin de la colère tel que ce texte nous le décrit ? Écoutez la prédication pour le savoir !

 

La fin de cette péricope met en contraste deux attitudes contraires face à la repentance des ninivites : celle de Dieu, qui se détourne de sa colère, et celle de Jonas qui, paradoxalement, s’irrite profondément de la situation. Une seule question pour nous : auquel des deux ressemblons-nous le plus ?

Bonne écoute, et à vos réactions 🙂

 

 

 

 

Texte

Voici la traduction du texte de Jonas 3.1-4.1. J’ai encore utilisé cette semaine la version NBS que j’ai retouchée ici et là :

(3.1) La parole de YHWH parvint à Jonas une deuxième fois :

(3.2) Lève-toi, va à Ninive, la grande ville, et fais-y la proclamation que je te dis !

(3.3) Alors Jonas se leva et alla à Ninive, selon la parole de YHWH. Or Ninive était une grande ville devant Dieu ; il fallait trois jours de marche pour en faire le tour.

(3.4) Jonas commença par faire dans la ville une journée de marche. Il proclamait : Encore quarante jours, et Ninive est renversée !

(3.5) Les gens de Ninive crurent Dieu ; ils proclamèrent un jeûne et se revêtirent d’un sac, depuis le plus grand jusqu’au plus petit d’entre eux.

(3.6) La nouvelle parvint au roi de Ninive ; il se leva de son trône, ôta son manteau, se couvrit d’un sac et s’assit sur la cendre.

(3.7) Il fit crier dans Ninive : Par décision du roi et de ses grands, que les humains et les bêtes, le gros bétail et le petit bétail, ne goûtent de rien, ne paissent pas et ne boivent pas d’eau !

(3.8) Que les humains et les bêtes soient couverts d’un sac, qu’ils invoquent Dieu avec force, et que chacun revienne de sa voie mauvaise et de la violence de ses mains !

(3.9) Qui sait si Dieu ne reviendra pas, s’il ne renoncera pas, s’il ne reviendra pas de sa colère ardente, pour que nous ne disparaissions pas ?

(3.10) Dieu vit qu’ils agissaient ainsi et qu’ils revenaient de leur voie mauvaise. Alors Dieu renonça au mal qu’il avait parlé de leur faire ; il ne le fit pas.

(4.1) Jonas le prit mal, très mal, et il se fâcha.  

 

 

Ces ressources pourraient vous intéresser  :

 

 

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Guillaume Bourin est pasteur, auteur, et fondateur du blog Le Bon Combat dont il est l'un des administrateurs actuels. Il s'intéresse particulièrement à l'intertextualité et à l'exégèse de l'Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Guillaume est titulaire de deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary, USA) et il est actuellement candidat au doctorat à l'Université d'Aberdeen (Ecosse). Guillaume est l'auteur du livre "Je vous purifierai d'une eau pure" : perspectives bibliques sur la régénération baptismale.