Dieu est-il “impassible” : souffre-t-il, se met-il en colère, bref…change-t-il ?

Dieu est il « passible » ? Peut-il changer ou souffrir ? Peut-il être affecté de quelque façon que ce soit par l’homme ? À cette question, les premiers chrétiens répondaient majoritairement non.

Dans cet épisode, nous voulons expliquer brièvement comment il faut comprendre l’attribut divin de l’impassibilité, en expliquant :

(1) Ce qu’est la doctrine classique de l’impassibilité telle que formulée par le concile de Chalcédoine
(2) Les remises en causes et autres redéfinitions récentes
(3) Quels sont les fondements bibliques de cette doctrine, et la manière dont il faut comprendre les passages qui nous paraissent indiquer que Dieu change.

Nous aborderons les tendances modernes à vouloir redéfinir la doctrine de Dieu et tenterons d’expliquer à la lumière de la Bible la compréhension du théisme classique de la foi chrétienne.

 

Écoutez sans tarder cet épisode de Coram Deo, et retrouvez nous sur les ondes ou sur votre application podcast préférée ! 

cfoi-direct

104.1 Québec – 102.9 St-Jérôme

Suivez Coram Deo…

Sur Itunes

LOGO-iTunes-REAL

Sur Souncloud 

Sur Google

google-dk-flat

Sur Stitcher

stitcher-radio-logo-2 

Ou bien copiez ce flux RSS dans votre application podcast préférée

 



Coram Deo est l'émission hebdomadaire de Pascal Denault et Guillaume Bourin pour CFOI-FM, dont les podcasts sont retransmis sur Le Bon Combat tous les mardis.


  • Faut s’accrocher pour vous suivre, les frères ! Parfois, ça fume pour nous autres qui ne venons pas forcément ici pour suivre un cours de philosophie théologique (ou l’inverse) pour doctorants ! 🙂 Mais je dois avouer que si le descriptif écrit de l’émission m’avait plutôt heurté (c’est le but, j’imagine ?), à l’écoute, j’apprécie bien cette distinction faite entre Dieu dans son être et Dieu dans son action, et je souscris sans peine à la pensée défendue.
    Un détail : pour caractériser Dieu dans son être, je préférerais quand même le terme immuable au mot impassible qui a une connotation courante bien différente de celle du jargon théologique !
    Je note avec plaisir que vous dites que si Dieu change dans son action (et s’il « regrette » par exemple), c’est parce que l’homme a changé ! On est donc loin du déterminisme absolu, indépendant de tout ce que l’homme ferait. C’est un pont appréciable vers le « peu calviniste » que je suis ! Merci !
    Un petit regret (sans guillemets cette fois) : je ne peux pas toujours écouter ces longs podcasts. Vous n’avez personne pour vous faire des synthèses écrites ? Suis-je le seul à préférer l’écrit ?

    • C’est plus que simplement « immuable », Claude. Ce n’est pas simplement l’idée que Dieu ne change pas ses plans, ou ses intentions, c’est plutôt que Dieu n’est affecté par aucune passion.

      • OK, Guillaume, tu as certainement théologiquement raison pour la justesse du vocabulaire. Mais je suis sûr que tu ne prêcheras pas à ton Eglise un Dieu impassible, ils ouvriraient de gros yeux ! 🙂 Tu gardes cela pour un débat entre théologiens. Pour ton Eglise, tu parles certainement le même langage que la Bible (qui ne parle nulle part d’un Dieu impassible) et que tes auditeurs.

        Ceci dit, j’exprimerais deux nuances à ce que tu dis ci-dessus :
        « Dieu ne change pas ses plans et ses intentions » : Fondamentalement non, c’est évident. Mais pédagogiquement si ! (par exemple 2 Chroniques 7.14) Et votre podcast en convient.

        « Dieu n’est affecté par aucune passion » . D’accord au sens humain, où la passion est souvent une tension des sens vers quelque chose qui nous manque : rien ne manque à Dieu et Dieu n’est pas dominé !
        Mais Dieu aime passionnément les hommes qu’il a créés, et ne peut-on pas dire que le rejet de son Fils et de son sacrifice affecte terriblement le Père et le met en colère ? En tous cas, la Bible l’explique ainsi. L’homme étant créé à l’image de Dieu, la réalité divine ne peut être que plus sublime que la copie humaine : son amour, sa colère ne le dominent pas comme nos passions le font, mais expriment harmonieusement son être saint et aimant.

        Nous sommes bien sûr d’accord pour dire que quand on parle de l’essence de Dieu, il faut être prudent, ne pas aller trop loin. Car, étant des hommes, nous ferons forcément des anthropomorphismes. En être conscient nous empêchera de nous lancer dans des spéculations sur les « choses cachées » qui sont à l’Éternel seul. Adorons donc ensemble notre Dieu selon ce qu’il a jugé bon de nous révéler de lui-même !

(CC) (BY NC ND) Le Bon Combat. Vous êtes encouragé à partager l'ensemble des ressources disponibles sur ce site. Si vous reproduisez un extrait de l'un de nos articles, nous vous remercions d'y inclure systématiquement un lien renvoyant vers la source. Dans le cas où vous souhaiteriez reproduire un article dans son intégralité, merci de nous contacter.