Vaut-il mieux prier ou étudier la théologie ?

Faut-il davantage prier, ou davantage lire des livres ? Il est vrai que beaucoup reprochent à ceux qui s’intéressent à la théologie de privilégier la connaissance à la pratique de la piété. Mais ont-ils raison d’opposer les deux ?

Benjamin B. Warfield (1851-1921) répond :

« Nous entendons parfois dire que dix minutes à genoux donneront une connaissance plus vraie, plus profonde et plus pratique de Dieu que dix heures passés dans vos livres.
Pardon ?! Est-ce réellement une formulation appropriée ? « Plutôt que de passer dix heures sur vos livres, à genoux ». Mais pourquoi devriez-vous vous détourner de Dieu quand vous vous tournez vers vos livres, ou sentir que vous devez vous détourner de vos livres afin de vous tourner vers Dieu ? Si l’apprentissage et la dévotion sont aussi antagonistes que cela, alors la vie intellectuelle est en elle-même maudite et il ne peut être question d’une vie spirituelle pour un étudiant, même de théologie. »

 

Nous ne devrions pas opposer l’étude à la prière, la théologie à la vie spirituelle. Les deux se complémentent à merveille, et nous devons chercher à mieux connaître Dieu pour mieux le servir.

 

 

Ces ressources pourraient vous intéresser :

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Guillaume Bourin est pasteur de l'Église réformée baptiste de la Trinité, à Montréal (Québec, Canada). Il s'intéresse particulièrement à l'exégèse et à l'intertextualité de l'Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Guillaume est l'auteur du livre "Je vous purifierai d'une eau pure" : perspectives bibliques sur la régénération baptismale. Il est titulaire de deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary, USA) et il est actuellement candidat au doctorat à l'Université d'Aberdeen (Ecosse).