Si Christ n’est pas ressuscité, votre foi est vaine

Je visitais cette semaine l’Église de Saint-Jérôme, après un week-end chargé ! L’occasion d’aborder avec cette congrégation l’importance de la doctrine de la résurrection, que ce soit pour le kerygme chrétien et pour la marche pratique des croyants.

Voici donc cette prédication sur 1 Corinthiens 15:12-19.

 

 

La résurrection des morts est une doctrine chrétienne fondamental, et, pour le croyant ce caractère central implique sa reconnaissance et sa profession publique. Ainsi, les Écritures enseignent que la résurrection de Christ soit un événement historique. Bien plus le message de l’Evangile est un message de résurrection. En d’autres termes, pn ne peut pas prêcher l’Evangile sans prêcher la résurrection des morts. Enfin, la doctrine de la résurrection est pratique, elle est une doctrine de vie. Nous vivons par la vie de Christ ressuscité qui agit en nous qui croyons.

Nier la résurrection a des conséquences fâcheuses, tant sur le plan théologique que sur le plan pratique. Et, justement, c’était ce que certains Corinthiens faisaient. Dans les versets 12 à 19 de 1 Co 15, Paul développe les différents arguments qui font de cette erreur un poison mortel…

Bonne écoute !

 

 

 

Ces ressources pourraient vous intéresser  :

 

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Guillaume Bourin est pasteur de l'Église réformée baptiste de la Trinité, à Montréal (Québec, Canada). Il s'intéresse particulièrement à l'exégèse et à l'intertextualité de l'Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Guillaume est l'auteur du livre "Je vous purifierai d'une eau pure" : perspectives bibliques sur la régénération baptismale. Il est titulaire de deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary, USA) et il est actuellement candidat au doctorat à l'Université d'Aberdeen (Ecosse).