Aimer les autres jusqu’à vouloir être damné pour eux… ?

On peut souhaiter donner sa vie pour le salut de ses amis (Jn 15;13; 1 Jn 3.16), comme certaines histoires profondément touchantes nous le rappellent. Mais l’apôtre Paul souhaitait apparement davantage, comme le note Jean Calvin dans son commentaire sur Romains 9.3 :

Paul ne pouvait exprimer une plus grande véhémence d’amour que par cette affirmation. Car c’est vraiment un amour parait, quand on ne refusera point, pour le salut de son ami, même de mourir. Mais ici il y a encore plus : c’est que le mot qu’il ajoute montre qu’il ne parle point d’une ruine temporelle, mais d’une ruine éternelle. […]

À cela ne contredit point qu’il savait que son salut était fondé en l’élection de Dieu, qui ne peut autrement déchoir. Car comme ces affetions ardentes sont soudaines et précipités, elles ne regardent et ne considèrent rien d’autre que le but auquel elles tendent : Paul, en parlant ainsi, ne conjoignait donc point l’élection de Dieu avec son souhait, mais oubliant la considération de celle-ci, était transporté en un désir du salut des juifs, et ne pensait qu’à cela.

 

Paul n’était pas seulement prêt à mourir, mais également à être lui-même damné pour le salut de son peuple, tout comme Moïse qui souhaitait être effacé du livre de vie pour les siens (Ex 32.32). Bien sûr, cela n’était pas possible : qu’aurait-été la vie de Paul au regard du péché des siens ? S’il s’était ainsi sacrifié, cela n’aurait pas même le racheter pour son propre péché… Il fallait plus qu’un Paul, il fallait plus qu’un homme.

Et voici la bonne nouvelle : « Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore pécheurs, Christ est mort pour nous » (Rm 5.8)

 

 

 

Ces ressources pourraient vous intéresser :

 

 

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Guillaume Bourin est pasteur de l'Église réformée baptiste de la Trinité, à Montréal (Québec, Canada). Il s'intéresse particulièrement à l'exégèse et à l'intertextualité de l'Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Guillaume est titulaire de deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary, USA) et il est actuellement candidat au doctorat à l'Université d'Aberdeen (Ecosse).