Comment “restaurer” bibliquement Halloween ?

Au cours des deux articles précédents (article 1,  article 2), nous avons vu qu’Halloween n’était pas une fête occulte ou américaine mais bien chrétienne, et qu’elle suivait même des principes d’apologétique biblique.
Nous voudrions conclure cette étude en vous proposant un cas d’étude, celui de Jésus lui-même se “déguisant” ironiquement en satan, puis en vous proposant un excellent moyen de “restaurer” bibliquement et historiquement la fête d’Halloween. 
**

Cas d’étude : Jésus “déguisé” en Satan ?

Dans la littérature biblique, on se sert régulièrement de l’ironie pour exprimer la moquerie et le ridicule en lien avec un jugement de Dieu qui renverse les choses.
Par exemple, pour encourager les fidèles qui, alors qu’ils supportent la persécution et la défaite, sont paradoxalement en train de vaincre le monde par leur persévérance fidèle.
Cette ironie de la rédemption se manifeste le plus clairement par la victoire spirituelle de Jésus sur le péché et Satan alors même qu’il a l’air d’être vaincu – jugé et crucifié.

On trouve ainsi des passages de l’Ancien Testament (AT) qui sont repris “à l’envers”, avec un sens contraire à l’original. Des descriptions du caractère inégalable de Dieu dans l’AT sont appliquées à Satan afin de ridiculiser les efforts de ce dernier pour tenter d’endosser le rôle de Dieu, étant donné qu’il échouera à coup sûr (par exemple : « Qui est semblable à la Bête ?” en Ap 13.4, reprend le célèbre « Qui est semblable à toi (…), Éternel ? » de Ex 15.11).

De même, des descriptions de personnages maléfiques dans l’AT sont appliquées à Jésus : l’Agneau à sept cornes en Ap 5.6 semble être une reprise du quatrième animal dans la vision de Daniel (7.7-8 et 20-21), qui est est l’adversaire du peuple de Dieu à la fin des temps.

Deux observations étayent l’idée que l’auteur est bien en train de faire un lien conscient entre les deux passages :

  • D’abord, Dn 7 est le seul autre endroit dans tout l’AT où un animal est représenté avec sept cornes (dix cornes au v. 7 moins trois cornes au v. 8).
  • Ensuite, les chapitres 4 et 5 de l’Apocalypse, où l’auteur décrit sa vision, suivent le motif de la vision décrite au 7e chapitre du livre de Daniel (7.9-27). Sa structure unifiée correspond plus à la structure de la vision de Daniel qu’à n’importe quelle autre vision dans l’AT, avec quatorze éléments repris dans le même ordre (ce qui n’empêche pas de très légères variations). Voir à ce sujet l’excellent traitement de G.K. Beale (The Use of Daniel, p. 178-270). 

La restauration d’Halloween : une fête apologétique

Martin Luther, le Réformateur, avait signifié à ses supérieurs ses nombreux points de désaccord avec les pratiques de l’Église, comme la vente d’indulgences (une exploitation des superstitions populaires, selon lui). Quelqu’un aurait ensuite placardé ses fameuses “95 thèses” la nuit du 31 octobre 1517 sur la porte de la chapelle de Wittenberg[1], où de nombreux pèlerins se presseraient dès le lendemain pour aller vénérer des reliques.

Aussi, de nombreux protestants préfèrent fêter la “Fête de la Réformation” plutôt qu’Halloween (trop païen) ou la Toussaint (trop catholique). Ils n’ont pas forcément tort : Halloween est aujourd’hui devenu une fête commerciale, un avatar du festivisme[2], un symbole de la peur et une occasion de jouer de mauvais tours.

Cependant, pour ceux qui veulent saisir l’occasion d’un phénomène culturel pour témoigner de leur foi, comme on pourrait le faire le 8 mai ou le 14 juillet, Halloween offre  des possibilités. Si votre motivation est comparable à celle de Martin Luther ou de Paul à Athènes (Ac 17.16), alors votre objectif doit être de faire connaître Dieu dans l’interêt de votre prochain. Voici deux pistes :

  1. Bénir, car Dieu est bon. La plupart des enfants qui viendront sonner à votre porte ne pensent pas participer à un rituel occulte, et n’ont probablement pas conscience des enjeux culturels et commerciaux. Si donc c’est à eux que vous avez à faire, comment leur communiquer le caractère de notre Dieu ? Par la générosité et la grâce. Car alors même que nous étions rebelles, Dieu a donné son fils unique pour nous… Pourquoi ne pas cuisiner vos meilleures friandises ?
  2. Dénoncer le mal, car Dieu est juste. Si vous déguiser à l’occasion d’Halloween ne vous pose pas de problème de conscience et ne risque pas d’en poser à quelqu’un qui vous verra (dans l’esprit de 1 Co 8-10), alors profitez-en pour mettre des costumes subversifs, ou “prophétiques”. Vous êtes censés faire peur, incarner le mal ? Grimez-vous en iPhone pour distraire constamment les gens avec des notifications ; en icône de réseau social pour solliciter leurs informations personnelles ; en publicité pour proposer de leur laver gratuitement le cerveau ; etc.

Quoi que vous fassiez, soyez créatifs, car Dieu est créateur. Contrairement à ce qu’on imagine souvent, le monstre n’est pas toujours l’agent du mal, il peut être un messager de Dieu… et de nos jours, même les zombies peuvent être prophétiques.

 

Notes et références :

[1] Il y a eu des débats sur la réalité de cette anecdote, mais une découverte récente a définitivement appuyé la fiabilité de ce récit.

[2] Expression de Philippe Muray qui désigne la tendance à mener une vie festive et désinhibée, qui n’est qu’une mascarade fusionnant le sérieux et le risible. Cette tendance est ennemie de toute réflexion sérieuse sur la mort (Ec 7.4) et sur la vie.

 

 

 

 

 

 

 



Seul chrétien de ma famille, converti à 21 ans, puis étudiant en Théologie et désormais apologète à mes heures, je m'intéresse particulièrement aux rapports entre la foi, les visions du monde et la culture populaire (voir "Visio Mundus", site partagé avec Y. Imbert, professeur d'apologétique).


  • Je déconseille vivement à quiconque de participer à cette fête ! Les pratiques de l’Halloween peuvent ouvrir la porte aux forces occultes et peuvent introduire des forces dans la vie des personnes qui ne sont pas équipées pour les combattre.

    N’oublions pas que le monde entier est l’emprise de la puissance du Malin, et ses forces sont derrière toutes les participations occultes, l’idolâtrie et les fausses religions.

    • Avez-vous lu l’ensemble des articles de cette série?

  • Jacqueline Deyres

    Jésus déguisé en satan ???? Ca ne vous fait même pas bondir ? Matthieu 16:23 « Mais Jésus, se retournant,
    dit à Pierre : Arrière de moi, Satan ! tu m’es en scandale ; car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes. »

  • Etienne Omnès

    J’ai lu à peu près toute la série, et je suis d’accord avec la conclusion mais pas le milieu hi hi. Essayons de clarifier.

    Je suis largement d’accord pour « christianiser » Halloween et y trouver un moyen d’y introduire le Christ. J’ai relu il y a pas longtemps le discours de Paul à Athènes et je suis encore impressionné qu’il ait osé prendre des citations des poètes grecs païens pour étayer son discours et permettre une brèche pour le Christ. C’est comme si je citais Star Wars pour l’évangélisation. Ok, il est légitime d’utiliser des éléments de cultures ambiantes, même « mondains » pour apporter l’évangile.

    Là où j’ai des doutes par rapport à ce que Elias Hargreaves, c’est sur l’aspect fondamentalement chrétien de cette fête. Admettons que ce soit pas une forme moderne de Samain, juste un dérapage commercial de mauvais goût. Est-t-on vraiment en train de se moquer des forces du mal en se déguisant en elle? Se déguiser en vampire (un vampire n’est jamais qu’un pêcheur qui a réussi) est ce vraiment se moquer du péché? Il me semble que c’est au contraire faire appel à toutes les représentations populaires des ténèbres, et j’ai vraiment beaucoup de mal à voir où est la « dérision » là dedans.

    D’une certaine façon, Elias Hargreaves affirme que se déguiser, c’est tourner les ténèbres en dérision, mais je ne suis pas convaincu: pourrait-t-il me dire en quoi c’est vrai? J’aurais bien voulu déposer le commentaire sur son site, mais il faut être inscrit sur facebook, et je n’ai pas ma face sur ce book.

  • M. et Mme F

    Je ne sais pas ce que vous avez fumé mais elle devait être bonne… C’est à la mode apparemment en ce moment de dédiaboliser halloween. Vous pensez sincèrement que deguiser ses enfants en sorcière, vampire, zombie et compagnie peut être positif? Parce que pour la plupart des gens, halloween c’est cela. L’occasion de se déguiser et de s’amuser en banalisant des images de mort vues comme inoffensives. Pour ma part, en tant que chrétienne, je n encouragerai pas les enfants qui viendront quémander ou lancer une menace à ma porte. Et je ne laisserai pas ma fille se joindre à ce carnaval morbide. Le Seigneur nous demande d être des enfants de lumière, le sel de la terre. Comment cela serait il possible si nous nous joignons aux fêtes les plus discutables de la société ?

    • Sauf que ce n’est pas de cet manière que l’article recommande de “racheter” Halloween… Avez-vous réellement pris le temps de lire l’article ?

  • nani

    j’avoue que là, j’ai du mal à comprendre ! entre autre, quelqu’un peut m’expliquer cette phrase ?! 0_o

     » quoi qu’on pense du processus de canonisation catholique, ou de
    l’idée protestante que tous les chrétiens sont des saints, on constate
    dans les deux cas la très grande diversité de ces derniers, et donc
    l’universalité de cette vocation. »

    ou encore :

    « Espérons
    qu’avec le temps, ces chrétiens reverrons ces questions, car cette
    vision du monde est radicalement opposée à la vision biblique du monde. »
    euhh….pardon ?

    Il s’est passé quoi au bon combat là ? il faut nous
    expliquer, je trouve ça très bizarre!

    c’est rempli d’à
    peu près, aucune source, aucun croisement qui permet de vérifier
    l’information concernant ce qui se faisait de ce qui ne se faisait pas, il s’agit pour une bonne partie d’une analyse presque
    enfantine, c’est pas halloween qui fait peur, c’est l’analyse profonde
    et manquante de ces articles ! je suis désolée d’être aussi brutale mais clairement, cela manque de rigueur et de recul, il y a de gros mélanges aussi; bref, je ne comprends pas

    • Bonjour,

      Effectivement, la phrase n’est pas tout-à-fait explicite. Il s’agit d’indiquer que, chez les protestants (pour lesquels tous les chrétiens sont appelés « saints ») comme chez les catholiques (pour lesquels il existe une grande diversité de « saints » en termes de genre, d’origine géographique ou sociale, etc.), la sainteté est comprise comme un appel adressée à tous.

      Quant à ce qui est radicalement opposée à la vision biblique du monde, il s’agit des « réécritures humanistes et païennes des origines d’Halloween et de Noël, de l’Arbre de Noël, etc. ». Autrement dit, ces fêtes ont des origines chrétiennes (c’est-à-dire issues de l’histoire de l’Église chrétienne) et suivent des principes bibliques, ce qui les légitime à mon avis.

      Enfin, pour ce qui est du manque de référence, vous avez raison, je vais essayer de trouver le temps de produire les références nécessaires pour justifier les affirmations sur l’histoire et non seulement celles sur la Bible (étant théologien de formation, le second m’est plus facile).

(CC) (BY NC ND) Le Bon Combat. Vous êtes encouragé à partager l'ensemble des ressources disponibles sur ce site. Si vous reproduisez un extrait de l'un de nos articles, nous vous remercions d'y inclure systématiquement un lien renvoyant vers la source. Dans le cas où vous souhaiteriez reproduire un article dans son intégralité, merci de nous contacter.