Quand Christ lui-même travaille en équipe

C’est le troisième et dernier article de notre série sur le travail en équipe. Dans le premier, nous regardions comment le travail affectait le couple primordial, Adam et Eve.

Dans le deuxième, nous nous sommes intéressés à la manière dont Dieu, de part sa nature même, engage la créature à la collégialité, et nous avons également analysé plusieurs passages de l’Ancien Testament. 

Nous allons examiner, dans le présent article, la manière dont Jésus et les apôtres abordent le travail en équipe, et nous conclurons par différentes applications pour le peuple de la Nouvelle Alliance.

**

4- Jésus et ses apôtres

Nous arrivons à une autre approche intéressante de la notion du travail en équipe lorsque nous considérons le ministère terrestre de Jésus-Christ. Avant tout, nous devrons faire preuve de prudence dans la façon dont nous nous approprierons les récits narratifs du ministère du Christ.

En effet, nous faisons à nouveau face, à une période de l’histoire non reproductible, la conclusion eschatologique de l’historia salutis. De plus, les personnages impliqués dans cette étape finale possèdent tous des ministères non reproductibles dont l’appropriation que nous pouvons en faire sera en grande partie nécessairement analogique. [1]

Nous pouvons citer les caractéristiques suivantes comme pertinentes dans notre réflexion sur le travail en équipe (liste non exhaustive) :

  • Jésus a choisi des hommes qu’il allait aussi former pour devenir pécheurs d’hommes. La vocation, alors fondée sur l’appel de Christ, n’implique pas nécessairement le choix des personnes les plus performantes, mais les personnes que Dieu a décidé de prendre avec lui pour les former et les rendre capables et performantes dans le ministère auquel il les appelle.
  • Tous les membres de l’équipe feront face à des oppositions et des difficultés, mais Dieu ne donnera pas nécessairement exactement les mêmes oppositions et les mêmes difficultés à chacun des membres de l’équipe (Matt 20.23). Mais tous les membres peuvent se soutenir les uns les autres.
  • Les membres d’une équipe doivent être les serviteurs des uns des autres (Matt 20.25-28).
  • Une équipe dans l’église locale, produit du regroupement de frères et de sœurs dont les yeux sont ultimement centrés sur l’évangile et sa proclamation, se doit d’être unie (Jn 17.20-26). Cette union est avant tout le fruit de l’œuvre de Christ en nous et elle se fonde et se nourrit de la glorieuse Parole que Dieu nous a donnée. Cette unité se pratique dans l’amour réciproque et l’humilité et elle a pour finalité la manifestation de la gloire de la grâce de Dieu manifestée en Jésus-Christ (Jn 17.23).
  • Il existe un degré variable d’intimité au sein de l’équipe, et la profondeur de celle-ci n’est pas nécessairement la même pour tous (comme par exemple avec la proximité unique qu’il existait entre Jésus et le trio Pierre, Jacques et Jean).

 

5 – La communauté de la nouvelle alliance

Nous arrivons là à la dernière étape de notre réflexion pour laquelle la Bible nous donne le plus d’éléments utilisables de façon directe, et cela du fait de la présence de ses indices souvent dans des écrits au format épistolaire.

Nous listerons donc les caractéristiques du travail en équipe en trois catégories : causes, expressions et finalités.

 

a) Causes

 

Un seul et même Dieu qui rachète gracieusement (1 Pierre 4.10) un peuple d’hommes et de femmes, et cela en les unissant par la foi au même Seigneur (1 Cor 12.4-6). Un peuple qu’il revêt et équipe d’une pluralité de dons (1 Cor 12.1-11).

Un seul et même Esprit dans lequel nous sommes tous baptisés et abreuvés (1 Cor 12.10-11,13). C’est Lui qui a fait germer en nous la graine de l’évangile que nous avons reçue par la réception du kerygme évangélique (2 Pierre 1.22-23). C’est Lui qui équipe et qualifie les membres. C’est Lui qui leur permet de croître, persévérer et s’épanouir glorieusement. Cette œuvre s’inscrit dans l’expression de la nouvelle alliance scellée et accomplie en Jésus-Christ.

 

 

b) Expressions

 

– Une équipe caractérisée par une pluralité de membres (à cause d’une pluralité de dons) unis dans un seul et même corps (1 Cor 12.12). Cette pluralité n’est pas désordonnée mais complémentaire (Eph 4.1-16) et elle doit se manifester dans la soumission réciproque (1 Cor 14.26-30). Tous les membres sont nécessaires (1 Cor 12.21-22). Au-delà de cette unité organique constitutive, ils sont aussi unis dans ce qui constitue la norme de leur foi et de leur vie (le canon biblique) et dans leur but. Chaque équipe peut effectivement posséder un but qui lui est propre (suivant le ministère), mais toutes les équipes poursuivent fondamentalement le même But : La Gloire de Dieu.

– Chaque membre de l’équipe possède une capacité et une tâche spécifique de sorte que nous devons veiller à entourer de plus d’honneur et de plus de soins les membres les plus fragiles et plus faibles (1Cor 12.22-25).

– Les membres de l’équipe doivent prendre soin les uns des autres, souffrir avec ceux qui souffrent et se réjouir avec ceux qui se réjouissent (1 Cor 12.21-26).

– Les membres de l’équipe ont besoin les uns des autres (1 Cor 12.21). Cette réalité ne doit pas être comprise uniquement dans la dynamique du but à atteindre mais aussi dans la nécessité du soutien et de l’édification personnelle réciproque dont nous avons tous besoin jour après jour (1 Thess 1.1-10). Ainsi ils doivent s’encourager les uns les autres (Heb 10.24-25), être au service les uns des autres (Phil 2.1-11), se pardonner réciproquement (Eph 4.32), manifestant ainsi un véritable amour fraternel les uns pour les autres (Eph 4.16) tout en respectant l’intimité des autres (1 Thess 4.11).

 

 

c) Finalité

 

– La finalité ultime est ce que Christ, dans lequel est manifesté la gloire de la grâce de Dieu, soit honoré, loué et adoré : autant par eux qu’au travers d’eux qu’à travers eux (Eph 1.1-11, 1 Cor 12.26).

– Le travail de l’équipe a aussi pour but de voir le corps grandir et se développer glorieusement (autant en qualité (2 Cor 3.18) qu’en quantité (Matt 28.18-20)). Nous devons alors être capables de voir qu’au travers du temps, l’équipe, en plus d’accomplir des choses de façon synergique et communautaire, est elle-même édifiée, fortifiée et de plus en plus passionnée pour Jésus-Christ.

 

 

 

 

Notes et références

[1] Pour un développement intéressant sur cette question d’analogie, voir l’article très pertinent de Vern S. Poythress, Modern Spiritual Gifts as Analogous to Apostolic Gifts: Affirming Extraordinary Works of the Spirit within Cessationist Theology, The Journal of the Evangelical Theological Society 39/1 (1996), p.71-101.

 

 

 

Je suis marié, et le Seigneur nous a fait la grâce d’avoir trois enfants. Je suis actuellement Pasteur Stagiaire sur Montréal. Je suis passionné par le Nouveau Testament, la théologie systématique et l’herméneutique. J’affectionne particulièrement les écrits des réformateurs, de Cornelius Van Til, Vern Poythress, John Frame, Greg Beale et John Piper.

%d blogueurs aiment cette page :