Pourquoi fallait-il que le Fils s’incarne, et non le Père ou le Saint Esprit ?

Je lis actuellement l’excellent ouvrage de Mark Jones, Connaître Christ, en préparation d’un cours de Christologie que je donnerai le semestre prochain. Quel livre !

En voici un magnifique extrait (p.33-34), portant sur une question qui n’est pas évidente :

« Cur Deus homo ? Pourquoi Dieu est-il devenu homme ? La réponsed’Anselme de Cantorbéry, à savoir que Jésus s’est incarné afin denous racheter de nos péchés, a un grand impact sur la pensée chré-tienne depuis mille ans. Mais plus spécifiquement, pourquoi le Fils de Dieu est-il devenu homme, au lieu du Père ou du Saint-Esprit?

La première raison et la plus fondamentale concerne la doctrine de la Trinité. Les titres que nous utilisons pour distinguer les trois personnes de la Trinité doivent être préservés et gardés distincts. En raison de son titre, le Fils de Dieu est plus apte à devenir le Fils de l’homme et le fils d’une femme. Il serait inapproprié que deux personnes au sein de la Trinité portent le nom de «Fils». Si, par exemple, le Père s’était incarné, il aurait été en même temps le Père et le Fils d’un père (c’est-à-dire Joseph).

Deuxièmement, la position du Fils en tant que personne « au milieu » dans l’ordre de la Trinité avait plus de similitudes avec l’œuvre qui devait être effectuée à notre place dans le plan de la rédemption. Le Fils, qui se trouve entre le Père et l’Esprit, devaitêtre le médiateur entre Dieu et l’homme.

Une troisième raison pour laquelle le Fils a été choisi comme médiateur est le fait que sa médiation implique l’adoption de son peuple dans la famille de Dieu (Ép 1.5). Il confère une relation filiale à son peuple grâce à son union avec lui (Ga 4.4,5). C’est en raison de sa nature, et non pas seulement à cause de ce qu’il accomplit, que nous sommes des enfants de Dieu. Le Fils, qui n’a pas honte de nous appeler ses frères (Hé 2.11), fait de nous les fils de Dieu à cause de son œuvre comme Fils de Dieu.

Enfin, les offices du médiateur – à savoir, prophète, prêtre et roi – exigent que le Fils de Dieu assume l’œuvre de la médiation. Dans l’Ancien Testament, l’appel à la position du prêtre appartenait exclusivement au fils ainé de la famille. En tant que prêtre qui intercède pour nous, le Fils a un droit unique auprès du Père. Cette fonction est basée à la fois dans l’ontologie (sa substance naturelle) et dans l’économie (son œuvre de médiation). En tant que prophète, le Fils est particulièrement apte à être le médiateur parce qu’il est, lui-même, la parole et la sagesse du Père (Jn1.18; Hé 1.1). Et en tant que roi, qui mieux que l’héritier, le Fils de Dieu même, peut recevoir le royaume?

Ainsi, le plan de la rédemption dépendait non seulementde l’œuvre accomplie par Jésus, mais surtout de qui il est. Qui il est – le Fils de Dieu éternel – a posé le fondement pour ce qu’il ferait. Quand Dieu a pris la décision divine de créer, de racheteret de glorifier, il a avant tout décidé de glorifier le Fils.

Dieu le Père a démontré sa sagesse éternelle en envoyant son Fils divin et éternel, qui est aussi désigné et adopté pour être son Fils messianique (Hé 1.2-8). Rien dans toute notre théologie et dans notre connaissance ne peut se comparer à cette vérité merveilleuse (1 Co 1.21-30 ; voir aussi Ro 11.33-36). »

 

Ces ressources pourraient vous intéresser :

 

 

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Guillaume Bourin est pasteur de l'Église réformée baptiste de la Trinité, à Montréal (Québec, Canada). Il s'intéresse particulièrement à l'exégèse et à l'intertextualité de l'Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Guillaume est l'auteur du livre "Je vous purifierai d'une eau pure" : perspectives bibliques sur la régénération baptismale. Il est titulaire de deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary, USA) et il est actuellement candidat au doctorat à l'Université d'Aberdeen (Ecosse).