Le problème de fond des Français n’est pas le jihadisme

Un court commentaire, associé à un article du New York Times traitant des terribles attentats de Paris, est actuellement en train de devenir viral aux États-Unis. Au point que Télérama et d’autres quotidiens français ont décidé de le traduire et de le partager à leur tour.

L’auteur du post, un Californien répondant au pseudo de Blackpoodles (“caniches noirs”), explique pourquoi, à ses yeux, la France vient d’être la cible de terroristes :

 

“La France incarne tout ce que les fanatiques religieux haïssent : la jouissance de la vie ici, sur terre, d’une multitude de manières : une tasse de café qui sent bon, accompagnée d’un croissant, un matin ; de belles femmes en robes courtes souriant librement dans la rue ; l’odeur du pain chaud ; une bouteille de vin partagée avec des amis, quelques gouttes de parfum, des enfants jouant au jardin du Luxembourg, le droit de ne pas croire en Dieu, de ne pas s’inquiéter des calories, de flirter et de fumer, de faire l’amour hors mariage, de prendre des vacances, de lire n’importe quel livre, d’aller à l’école gratuitement, de jouer, de rire, de débattre, de se moquer des responsables religieux comme des hommes et des femmes politiques, de remettre les angoisses à plus tard : après la mort.
Aucun pays ne profite aussi bien de la vie sur terre que la France.
Paris, on t’aime. Nous pleurons pour toi. Tu es en deuil ce soir, et nous le sommes avec toi. Nous savons que tu riras à nouveau, et chantera à nouveau, que tu feras l’amour, et que tu guériras, parce qu’aimer la vie fait partie de ce que tu es. Les forces du mal vont reculer. Elles vont perdre. Elles perdent toujours.”

Et Ludovic Desautez (Télérama) de commenter : “Véritable ode et lettre d’amour à la France, et à ses valeurs, le petit texte […] vous pique les yeux, et vous donne aussi un immense espoir.”

Nul doute que le petit texte m’a piqué les yeux, mais certainement pas pour les mêmes raisons que ce journaliste. Si je revendique les croissants, la bouteille de vin, et le café qui sent bon, je suis effondré à l’idée que la croyance optionnelle en Dieu, le mépris de la pensée religieuse, et la sexualité hors mariage soient élevées au rang de valeurs françaises… :'(

Ces choses que Dieu qualifie de péchés, l’auteur les élève au rang de vertus. 

 

 

Au fond, ce billet salué par l’ensemble du monde occidental ne fait que confirmer mon analyse au soir des attentats : la France est le pays par excellence dans lequel on peut “remettre les angoisses à plus tard : après la mort”. Justement quand il sera trop tard pour y penser…

Le monde entier envie Paris pour sa capacité à “aimer la vie”. La vérité, c’est que mes concitoyens sont spirituellement morts, et qu’ils semblent aimer ça.

Le grand drame de mes compatriotes, ce ne sont pas ces attentats, ce ne sont pas tous ces jihadistes qui les menacent de mort physique. Le grand drame de mes compatriotes, c’est qu’ils prennent plaisir en ce qui sera l’objet de leur mort éternelle… Car le péché est pire que l’enfer.

 

Je ne suis pas sur que ces attentats soient un jugement s’abattant sur la France, et je crois que les chrétiens qui publient ce genre de choses sur les réseaux sociaux seraient bien inspirés de faire preuve d’un peu plus de circonspection.

Ce dont je suis sur, par contre, c’est que ces attentats sont un électrochoc quant au mode de vie des Français, à commencer par celui des chrétiens nés de nouveau. Il est grand temps qu’au lieu d’aimer la vie “à la française”, nous apprenions à aimer celle qui est cachée avec Christ en Dieu (Col. 3:3) et que nous la fassions connaître à d’autres.

 

GB

 

Guillaume Bourin est le fondateur du blog Le Bon Combat et l'un de ses administrateurs actuels. Il s'intéresse particulièrement à l'intertextualité et à l'exégèse de l'Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Il est titulaire d'un master en théologie (M.Div.) et d'un autre en Ancien Testament (Th.M.) obtenus à la faculté Southwestern Baptist Theological Seminary (Fort Worth, USA).

  • Malia

    Très bon commentaire. Je suis complètement d’accord. Voilà le défi pour nous. Que tous les chrétiens en France lisent ce commentaire et prie que nous aurons le courage et la persévérance par la puissance de Dieu d’annoncer la bonne nouvelle.

    • Jean-Michel ARDOLADE

      « Car quiconque aura honte de moi et de mes paroles au milieu de cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l’homme aura aussi honte de lui, quand il viendra dans la gloire de son Père, avec les saints anges. » (Marc: 8.38)

  • Désiré Rusovsky

    Je crois qu’il s’agit d’un jugement divin, c’est à dire que Dieu retire sa main protectrice et que les actes de chacun et principalement des gouvernants portent leur conséquences sans frein. L’Église qui doit être lunière du monde et sel de la terre porte également sa responsabilité par sa tiédeur. Si le monde et dans le cas particulier la France sont secoués c’est à cause d’une église qui agit comme Jonas.

    • Jean-Michel ARDOLADE

      Tout à fait ! Parfait exemple de Jonas (je m’y reconnais) à cause de son retournement quand du fond de l’abîme il cria: « le salut est de l’Eternel. » (Jonas 2: 7)

  • Oui, très juste réaction Guillaume, un chrétien français devait publiquement récuser une flatterie empoisonnée avec laquelle le buzz des foules s’imagine consoler un pays dans le deuil.

    Comment et pourquoi est-elle devenue virale ? personne ne maîtrise vraiment les vagues du Net, mais il faut reconnaître qu’elles ne se forment pas sans une proportion suffisante de vérité à la source, ni sans une certaine originalité d’expression. Le commentateur répondant au pseudo de blackpoodle a su capter et reproduire avec talent une expression particulière du visage de la France. Non pas simplement parce qu’il a évoqué le café et les croissants, mais parce qu’il a respiré l’atmosphère parisienne dans laquelle ils étaient consommés ; son petit billet c’est presque du Prévert, à la fois délicieusement léger, et profondément blasphématoire :

    Notre Père qui êtes aux cieux
    Restez-y
    Et nous nous resterons sur la terre
    Qui est quelquefois si jolie
    Avec ses mystères de New York
    Et puis ses mystères de Paris
    Qui valent bien celui de la Trinité
    Avec son petit canal de l’Ourcq
    etc.. etc…

    Nous sommes un peuple pétri de contradictions, d’autres le sont, mais le français particulièrement ; ni la logique, ni la morale, ni le catéchisme, ne pourront lui ouvrir les yeux sur son état de perdition. La France fait penser au fils prodigue de l’Évangile, que le père a laissé partir parce qu’il savait que seule la détresse désespérée dans laquelle il allait tomber ramènerait son coeur. Le fils prodigue voit que la liberté est bonne, mais il n’en comprend pas les limites ; le parisien assis à la terrasse du café voient que les femmes qui passent sont belles ; en quoi il n’a pas tort, mais il ne comprend pas qu’elles ne sont pas toutes la sienne. Tous deux finissent chez les cochons, dans un excès de saleté, qui on l’espère, les fera rentrer en eux-mêmes.

    C’est pourquoi, avec la redéfinition récente du mariage, qui sait s’il ne faudra pas en venir à légaliser celui entre un humain et un cochon ? Pas d’amalgame, je vous prie ; bien élevé, le cochon est un animal très affectueux, lui et son maître s’aiment, cela les regarde… plus tard, ils pourront toujours adopter. Un cochon ! oh quel pied de nez à Daech cela ferait ! On inviterait le pasteur protestant, pour qu’il bénisse cette union, et que radieux, il serre sur la photo la main du maire ceint de son écharpe tricolore ; quel triomphe pour la laïcité à la française ! Si l’abjection et la moquerie pouvaient stopper les âmes sur la route de la perdition éternelle, les ramener au bon sens et à Dieu, elles vaudraient mieux, dans ce cas, que les répétitions idiotes d’un buzz internet.

    • Jean-Michel ARDOLADE

      Straight to the point !
      Oui, le Saint-Esprit touche juste en y discernant, je cite: « Prévert, à la fois délicieusement léger, et profondément blasphématoire. » Tout à fait ! _ Le probleme de fond des francais n’est pas le jihadisme – CQFD

  • examinee too ن

    Vivre sans se soucier du péché, c’est cela que cet américain semble envier aux français?
    Il n’y a pas besoin d’être français pour ça, je suis sûr qu’à son niveau il s’en soucie déjà bien peu.

    • Jean-Michel ARDOLADE

      Yes man !

  • Fabienne

    Il est important de se rappeler que « le besoin d’une foi puissante n’est
    pas la preuve d’une foi puissante, c’est plutôt le contraire ».

    A méditer monsieur…car vraiment ce billet m’a fait beaucoup de peine.

    • Nous sommes désolé que cet article vous ait fait de la peine, mais nous ne comprenons pas vraiment ce que vous voulez dire par ce commentaire…

  • Alain Houisse

    Comme d’habitude très bon commentaire.L’article en question est affligeant et le commentaire du journaliste l’est tout autant. Certains ne veulent pas voir la vérité en face. Les fausses valeurs dominantes, véhiculées par Télérama et autres porte-voix du culturellement correct heurtent beaucoup de sensibilités et en particulier celles des musulmans qui sont plus fidèles à leurs convictions que nous ne le sommes. Cela ne veut pas dire que les actes criminels commis au nom de l’Islam puissent être excusés. Oui, le problème est dans l’homme occidental oublieux de la Vérité contenue exclusivement dans la Sainte Parole (et donc dans aucun autre texte religieux).
    Cet hymne à l ‘hédonisme vanté par le NewYork Times (peut-on attendre autre chose de ce journal?traduit le mal de l’Occident.

  • Robert

    Comment voulez-vous que les français incarnent les valeurs d’un Dieu qu’ils ne connaissent pas ? Moi je ne trouve pas cet article affligeant. Il me rappelle simplement ce qu’était ma vie sans connaître Christ. J’ai compasssion pour mon pays et pour mes concitoyens qui ne connaissent pas Dieu. Et j’aime la France pour une bonne partie de ce que blackpoddles décrit.

    • Jean-Michel ARDOLADE

      Oui, pour nous qui connaissons Christ, écoutons ce que nous dit le Dieu vivant :
       » Fils d’homme, je t’établis comme sentinelle sur la maison d’Israël. Tu écouteras la parole qui sort de ma bouche et tu les avertiras de ma part.
      Quand je dirai au méchant : Oui, tu mourras ! si tu ne l’avertis pas, si tu ne parles pas pour avertir le méchant (de se détourner) de sa mauvaise voie et pour lui sauver la vie, ce méchant mourra dans son injustice, mais je te réclamerai son sang.
      Mais si toi, tu avertis le méchant, et qu’il ne se détourne pas de sa méchanceté et de sa mauvaise voie, il mourra dans son injustice, et toi, tu sauveras ta vie.
      Si un juste se détourne de sa justice et fait ce qui est pervers, je mettrai un piège devant lui, et il mourra ; si tu ne l’as pas averti, il mourra dans son péché. On ne se rappellera plus les actes de justice qu’il a faits, et je te réclamerai son sang.
      Mais si toi, tu avertis le juste pour que le juste ne pèche pas, et s’il ne pèche pas, oui, il vivra, parce qu’il a été averti, et toi, tu sauveras ta vie. » (Ezéchiel 3: 17-21)

    • Jean-Michel ARDOLADE

      Oui, pour nous qui connaissons Christ, écoutons ce que nous dit le Dieu vivant :

       » Fils d’homme, je t’établis comme sentinelle sur la maison d’Israël. Tu écouteras la parole qui sort de ma bouche et tu les avertiras de ma part.
      Quand je dirai au méchant : Oui, tu mourras ! si tu ne l’avertis pas, si tu ne parles pas pour avertir le méchant (de se détourner) de sa mauvaise voie et pour lui sauver la vie, ce méchant mourra dans son injustice, mais je te réclamerai son sang.
      Mais si toi, tu avertis le méchant, et qu’il ne se détourne pas de sa méchanceté et de sa mauvaise voie, il mourra dans son injustice, et toi, tu sauveras ta vie. » (Ezéchiel 3: 17-19)

  • Jean-Michel ARDOLADE

    « Affectionnez-vous aux choses d’en haut, et non à celles qui sont sur la terre. » (Colossiens: 3.2)

  • Yann Gaspard

    Je vous cite : « Ce dont je suis sur, par contre, c’est que ces attentats sont un électrochoc quant au mode de vie des Français, à commencer par celui des chrétiens nés de nouveau. »

    Ayons plutôt la lucidité de voir les choses en face : 6 mois après, ces attentats n’ont rien changé, encore moins été un « électrochoc » dans le mode de vie et de pensée sans Dieu propre à notre société. Il me semble qu’une parole de Jésus serait là bien davantage d’actualité : « le Fils de l’Homme trouvera-t-il la foi sur la terre quand Il reviendra ? »

  • Ahmed Takilt

    Dieu s’intéresse aux français comme il s’intéresse à tous les autres peuples,et ce serait faire un raccourci de lire hâtivement cette menace terroriste comme un jugement directe de Dieu sur un peuple aujourd’hui . Et derrière une telle lecture,nous faisons de faux liens entre l’Ancien Testament et notre situation actuelle, nous qui sommes dans la Nouvelle Alliance. Prudence alors!
    Mais sans le moindre doute, Dieu veut que son peuple (L’Eglise) en France se réveille de sa léthargie. A ne pas comprendre aussi que tous les croyants et toutes les églises en France sont dans la léthargie mais, le danger de se conformer facilement au monde et à ses convoitises est présent.
    Notre Dieu est un Dieu jaloux: Croyez-vous que l’Écriture parle en vain ? C’est avec jalousie que Dieu chérit l’esprit qu ‘il a fait habiter en nous. (Jacques 4:5 LSG). Donc,nous pouvons dire que Dieu secoue son peuple pour le réveiller afin qu’il tourne les yeux vers lui et Crie.: Au secours!
    Et aussi,même aujourd’hui,Dieu juge les ennemis de son peuple par tel ou tel moyen, et ces ennemis sont présents partout dans le monde.

    Je crois que notre attitude première (en tant que chrétiens dispersés) doit être la prière dans l’humilité devant le Seigneur qui est le seul juge. A nous aussi la responsabilité d’avertir et de servir dans l’amour. Que Dieu nous donne sa sagesse afin de mieux discerner sa volonté et d’agir selon sa grâce.

%d blogueurs aiment cette page :