La gloire de Christ

 

Afin qu’il contemple ma gloire, celle que tu m’as donnée. 
(Jean 17:24)

Après La vie par sa mort et La persévérance des saints, voici le troisième et dernier livre de John Owen traduit par les Editions Sembeq : La gloire de Christ.

Dernier ouvrage du théologien (1684), il propose une réflexion sur la gloire de notre Seigneur Jésus-Christ, dont la connaissance est préférable à toute autre forme de sagesse ou d’intelligence.

En effet, Owen déclare : “Une vision ininterrompue de la gloire de Christ aura pour effet béni de nous changer de plus en plus à la ressemblance de Christ. Il se peut que nous ayons essayé d’autres façons pour ressembler à Christ, toutefois sans succès. Mettons celle-ci à l’épreuve. […] Seule une contemplation ininterrompue de Christ et de sa gloire nous remuera et nous encouragera à veiller et à combattre sans arrêt contre les séductions du péché. Faire l’expérience subjective des différents aspects de la gloire de Christ a la puisse de nous faire désirer exclusivement les choses qui lui plaisent.“

Après avoir introduit le verset qui sert de base à sa réflexion (Jean 17:24), John Owen présente sous forme de méditation 10 aspects de la gloire de Christ que tout croyant peut contempler à la lumière des Saintes Écritures.
Les voici recensés pour cet article.

 

1. La gloire de Christ en tant que seul représentant de Dieu pour les croyants.

“C’est en Christ seul que nous pouvons voir clairement et en détail la gloire de Dieu et de toutes ses perfections. […] Voir cette gloire est la seule façon d’obtenir la sainteté, la consolation et la préparation nécessaire pour la gloire éternelle.

Portez donc attention à ce que Dieu a fait connaître de lui en son Fils, plus particulièrement à sa sagesse, son amour, sa bonté, sa grâce et sa miséricorde. La vie de nos âmes en dépend. Comme le Seigneur Christ est le seul chemin qui nous a été donné pour obtenir les bénédictions, combien glorieux il devrait être aux yeux des croyants !“

 

2. La gloire de Christ révélée par le mystère de ses deux natures

“La gloire des deux natures de Christ en une seule personne est tellement grande que le monde incroyant ne peut voir la lumière et la beauté qui en rayonnent. De nos jours, bon nombre renient la vérité que Jésus-Christ est à la fois Fils de Dieu et Fils de l’homme. Pourtant, c’est la gloire dans laquelle “les anges désirent plonger leur regards“ (1 Pierre 1.12)

Dans son orgueil, Satan s’est élevé contre Dieu dans le ciel, puis a tenté de détruire les êtres humains sur la terre, créés à l’image de Dieu. Dans sa grande sagesse, Dieu a uni en son Fils ces deux natures contre lesquelles Satan avait péché.
Christ, le Dieu-homme a triomphé de Satan par le moyen de sa mort sur la croix. Voilà le fondement de l’Église. En créant le monde, Dieu “suspend la terre sur le néant.“ (Job 26.7) Mais il a fondé son Église sur ce rocher immuable : “Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.“ (Matthieu 16.16)“

“Nos pensées doivent se tourner vers Christ toutes les fois que c’est possible dans une journée.
Si nous sommes de vrais croyants, et si la parole de Dieu occupe nos pensées, Christ est près de nous (voir Romains 10.8). Nous découvrirons qu’il est prêt à nous parler et à communiquer avec nous.“

 

3. La gloire de Christ en tant que médiateur : son humilité

“Je vous exhorte […] fortement à méditer par la foi sur la double nature unique de Christ, dans une détermination constante et pratique.
En tant que chrétiens, nous devons renoncer à nous mêmes et être disposés à prendre notre croix.
C’est impossible sans bien considérer comment le Fils de Dieu a renoncé à lui-même (voir Philippiens 2.5-8).

Que sont les choses de ce monde, même nos proches et nos propres vies, qui doivent bientôt prendre fin, comparativement à la gloire de Christ lorsqu’il est venu pour s’abaisser sur cette terre ?
Lorsque nous commençons à penser à ces choses, nous parvenons assez rapidement au stade où nous délaissons notre raison humaine. J’aimerais être amené à ce stade chaque jour.
Lorsque nous trouvons l’objet de notre foi trop grand et glorieux pour notre entendement, nous sommes remplis de sainte admiration, d’humble adoration et de joyeuses actions de grâce.“

 

4. La gloire de Christ en tant que médiateur : son amour

“Si Christ est devenu médiateur, c’est premièrement à cause de l’amour du Père, qui a choisi de sauver un nombre incalculable d’êtres humains par le sang versé de Christ.
De plus, ils sont sanctifiés par l’Esprit. Dieu étant amour, toute communication qu’il entretient avec les hommes doit se faire dans l’amour.
Il n’y avait absolument rien en eux qui puisse faire en sorte que Dieu les aime. Toute bonne chose que l’on puisse trouver chez une personne est attribuable à ce grand amour de Dieu. L’amour de Dieu est la source éternelle en laquelle l’Église puise sa vie par Christ.

Considérons maintenant l’amour du Fils, qui est plein de compassion. Bien que nous soyons des créatures pécheresses, nous pouvions être restaurées. Dieu nous a choisis comme moyen d’exprimer sa divine bonté et son amour.
Christ a pris notre chair et notre sang, et on la nature des anges. Il anticipait avec une grande joie le salut de l’humanité qui glorifierait tant Dieu.“

 

5. La gloire de Christ en tant que médiateur : son obéissance

“L’obéissance de Christ à chaque partie de la loi était parfaite. La loi était glorieuse lorsque les dix commandements ont été écrits par le doigt de Dieu. Elle paraît encore plus glorieuse lorsqu’elle est gardée dans les cœurs des croyants.

Mais ce n’est que dans l’obéissance absolue et parfaite de Christ que nous pouvons voir pleinement la gloire de la sainteté de Dieu dans la loi.
Il a appris, bien qu’il fût Fils, l’obéissance par ce qu’il a souffert (Hébreux 5.7-8). Le Seigneur de tous, qui nous a créés, a vécu dans une obéissance stricte à l’entièreté de la loi de Dieu. Il était une personne si exceptionnelle que son obéissance est marquée de la gloire de sa personne exceptionnelle.“

6. La gloire de Christ en tant que médiateur : sa position exaltée

“Nous sommes tous très égoïstes et satisfaits de savoir nos péchés pardonnés et d’être sauvés par Christ. Mais notre foi et notre amour devraient nous pousser à mettre Christ et ses intérêts avant toutes choses.

Qui est celui qui est aujourd’hui environné de gloire et de puissance à la droite de la majesté du Très-Haut ? C’est celui qui était pauvre, méprisé, persécuté et qui a été tué pour nous.
C’est le même jésus qui nous a aimés et s’est lui-même donné pour nous et qui nous a rachetés par son propre sang. Si nous estimons son amour à sa juste valeur et si nous participons à tout bienfait qui nous est procuré par son œuvre et sa souffrance pour son Église, nous ne pouvons que nous réjouir de son état présent et de sa gloire.“

 

7. La gloire de Christ illustrée dans l’Ancien Testament

“Les promesses et les prophéties concernant la personne de Christ, son avènement, son royaume et sa gloire, sont comme une ligne de vie traversant tout l’Ancien Testament.

Christ a expliqué ces choses et la sagesse, la grâce et l’amour de Dieu pour l’Église en lui à ses disciples, à partir des écrits de Moïse et de tous les prophètes (voir Luc 24.27, 44-46). Nous ne profiterons pas de la lecture de l’Ancien Testament à moins d’y chercher la gloire de Christ dans ses pages et de méditer sur elle.“

8. La gloire de Christ dans son union avec l’Église

“Considérons la justice de Dieu manifestée dans la rémission des péchés. Tous les élus de Dieu sont des pécheurs. Mais en quoi est-il juste pour Dieu de leur permettre d’éviter le châtiment, puisqu’il n’a pas épargné les anges qui ont péché, ni Adam lorsqu’il a péché le premier ? La réponse se trouve dans l’union entre Christ et l’Église.

Étant donné que Christ représente l’Église aux yeux de Dieu, Dieu le punit avec justice pour tous leur péchés, et ainsi ils sont librement et gracieusement pardonnés (voir Romains 3.24-26).

À la croix, la sainteté et la justice de Dieu ont rencontré sa grâce et sa miséricorde.
C’est là la gloire qui fait les délices des cœurs et satisfait les âmes de tous ceux qui croient. Combien il est merveilleux pour eux de voir que Dieu prend plaisir à sa justice tout en faisant preuve de miséricorde, en leur donnant le salut éternel ! Laissez-moi vivre à la lumière de cette vérité glorieuse, et laissez-moi mourir dans cette foi.“

  –

9. La gloire de Christ révélée dans le fait qu’il s’est donné lui-même pour les croyants

“L’apôtre Paul décrit le fait que Christ s’est donné lui-même pour l’Église et l’union entre eux comme un grand mystère (voir Éphésiens 5.32).
Néanmoins, bien qu’il s’agisse d’un mystère, nous pouvons toujours considérer cette relation dans laquelle chaque croyant peut dire : “Mon bien-aimé est à moi, et je suis à lui ; il fait paître son troupeau parmi les lis“ (Cantique des cantiques 2.16).

Nous devons bien comprendre que Christ ne se donne pas lui-même à nous parce qu’il est forcé de le faire. Il ne vient pas non plus parmi nous comme un rêve. Il ne devient pas non plus nôtre lorsqu’on le mange dans la sainte communion. Il se donne lui-même aux croyants d’une façon toute spéciale. […]

La bonté, la grâce, la vie, la lumière, la miséricorde et la puissance qui sont à l’origine de la nouvelle création se trouvent toutes en Dieu. La raison d’être de la nouvelle création, l’Église, est de manifester la gloire de Dieu dans les manières dont il se révèle à elle, et par elles aux autres. […] L’existence glorieuse de Dieu en tant que Trinité se voit dans l’ordre divin selon lequel la vie est donnée à l’Église. La source éternelle de toute sagesse, grâce et bonté et de tout amour est le Père. Ces qualités divines se trouvaient en Jésus-Christ, le Fils de Dieu, qui les communique à l’Église dans chaque âge, et lui a donné la vie, chacun en son temps et sa saison, à la gloire de Dieu.“

 

10. La gloire de Christ révélée dans le fait qu’il rassemble toutes choses en lui

“Dans la première création, qui était glorieuse, toutes choses dépendaient directement de Dieu et de la loi d’obéissance envers lui.
Il s’agissait d’une unité fragile, dépendante de la volonté des créatures d’obéir à leur créateur.

Mais dans la nouvelle création, toutes choses, y compris chaque croyant, ont été rassemblées en Christ, la tête. Il s’agit d’une unité indivisible. Ceux dont la sécurité éternelle dépend entièrement de Christ ne peuvent plus déchoir du repos qu’ils trouvent en lui.“

 

 

AS

 

 

 

 

 

Anna B., chrétienne par grâce, photographe par hobby et violoniste par passion. Joyeuse épouse et actuellement professeur de violon en Amérique latine. Sensible par les rapports entre Art, Culture et Bible.

%d blogueurs aiment cette page :