Les hommes sont naturellement disposés à l’enfer

Cette citation de Jonathan Edwards est extraite de son fameux sermon, « Entre les mains d’un Dieu en colère« , souvent qualifié de sermon le plus connu de l’histoire. Nous avons tous tendance à minimiser la gravité et les conséquences du péché, mais comme le montre Edwards, en lui réside le principe même de l’enfer…

Il repose dans la nature même de l’homme naturel une fondation pour les tourments de l’enfer. Ces principes corrompus renferment la puissance dominatrice et le potentiel qui en font des semences du feu infernal. II s’agit de principes actifs et puissants, extrêmement violents dans leur nature. Si Dieu ne les restreignait pas, ils dépasseraient très rapidement toutes limites. Ils s’enflammeraient comme le font des corruptions similaires et une inimitié semblable dans le cœur des âmes damnées, et ils engendreraient les mêmes tourments que ces dernières souffrent en enfer.

L’Ecriture compare l’âme des méchants à la mer agitée « qui ne peut se calmer« (Esaïe 57:20). Dans le temps présent, Dieu restreint leur méchanceté par sa grande puissance, comme il le fait avec les flots tumultueux de la mer à qui il dit: « Tu viendras jusqu’ici, tu n’iras pas au-delà. » Mais, s’il ôtait cette puissance de restriction, la méchanceté des impies aurait tôt fait d’emporter tout devant elle.

Le péché est la ruine et la misère de l’âme. Il porte la destruction dans sa nature, et si Dieu le laissait déchaîné, rien d’autre ne rendrait l’âme aussi parfaitement misérable. La corruption du cœur de l’homme ne connaît ni modération ni limite dans sa fureur. Tant que l’incroyant vit sur la terre, cette corruption est comme un feu refoulé par les restrictions de Dieu. Sinon, elle mettrait à feu et à sang le cours même de la nature. Puisque le cœur est aujourd’hui le récipient du péché, une fois libre de toute restriction, il transformerait immédiatement l’âme en un four enflammé, en une fournaise de feu et de soufre.

 

 

 

Ces ressources pourraient vous intéresser :

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Guillaume Bourin est pasteur de l'Église réformée baptiste de la Trinité, à Montréal (Québec, Canada). Il s'intéresse particulièrement à l'exégèse et à l'intertextualité de l'Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Guillaume est titulaire de deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary, USA) et il est actuellement candidat au doctorat à l'Université d'Aberdeen (Ecosse).