Comment évaluer les connexions intertextuelles au sein du canon biblique ?

Je m’intéresse de longue date à l’intertextualité, ou plutôt à « l’exégèse intra-biblique » pour reprendre l’appellation proposée initialement par Michael Fishbane dans sa monographie pionnière, Biblical Interpretation in Ancient Israel. L’un des aspects de ma thèse de doctorat consiste à analyser les relations textuelles qui unissent Esaïe 24-27, une section parfois appelée « L’apocalypse d’Esaïe », aux onze premiers chapitres de la Genèse, la fameuse « Histoire des origines ».

CONSULTEZ >> Comment interpréter l’Histoire des origines ?

 

Dans le cadre de ma thèse, j’ai été amené à developper une méthode d’analyse des connexions littéraires qui lient différents textes canoniques. Cette méthodologie, légèrement modifiée, vient d’être publiée dans le numéro 289 de La Revue Réformée. Merci à Jean-Philippe Bru et au comité d’édition de la revue de m’autoriser à diffuser cet article par voie numérique, merci à Élodie Bourin pour la traduction de large portions de ma thèse pour les besoins de ce projet, et merci à Florent Varak, Daniel Saglietto, et Gaétan Brassard pour leur relecture attentive et leurs remarques utiles.

 

Pour consulter cet article, visitez ma page Academia

 

 

 

 

Ces ressources pourraient vous intéresser :

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Guillaume Bourin est pasteur de l'Église réformée baptiste de la Trinité, à Montréal (Québec, Canada). Il s'intéresse particulièrement à l'exégèse et à l'intertextualité de l'Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Guillaume est l'auteur du livre "Je vous purifierai d'une eau pure" : perspectives bibliques sur la régénération baptismale. Il est titulaire de deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary, USA) et il est actuellement candidat au doctorat à l'Université d'Aberdeen (Ecosse).