Quand l’Eglise s’endort… qui est responsable ? Le prédicateur ou l’auditeur ?

Bienvenue au 15ème épisode de Coram Deo, dans lequel on parle de prédicateurs, d’auditeurs, et de prédications !

Suite à la conversation de la semaine dernière sur les raisons légitimes pour quitter son Église locale, Guillaume et Pascal discutent cette semaine de la prédication. Celle-ci n’est malheureusement pas toujours une source d’encouragement, mais de qui est-ce la faute?

 

Ce podcast pourrait vous intéresser :
>> Comment réagir quand vous n’aimez pas une prédication ? <<

 

Cette émission traite de la responsabilité des prédicateurs, mais aussi de celle des auditeurs. Peut-on prêcher toute une vie sans se lasser?

Pour y répondre, nous nous posons les questions suivantes :

(1) Ne devrait-on pas abandonner la prédication ? N’est-ce pas une méthode dépassée, que nous devrions remplacer par des pratiques plus “modernes” ?

(2) En quoi le prédicateur est-il tenu responsable de la manière dont la prédication est menée, dans l’Eglise ? Comment faire pour ne pas lasser, mais aussi ne pas se lasser en prêchant ?

(3) À l’inverse, comment es auditeurs doivent-ils écouter la parole prêchée ? Y-a-t-il une bonne approche qui permette d’en tirer un profit maximal ?

Prenez donc le temps d’écouter cet épisode, et faites nous part de vos réactions !

Écoutez sans tarder cet épisode de Coram Deo, et retrouvez nous sur les ondes ou sur votre application podcast préférée ! 

cfoi-direct

104.1 Québec – 102.9 St-Jérôme

Suivez Coram Deo…

Sur Itunes

LOGO-iTunes-REAL

Sur Souncloud 

Sur Google

google-dk-flat

Sur Stitcher

stitcher-radio-logo-2 

Ou bien copiez ce flux RSS dans votre application podcast préférée

 

 

Coram Deo est l'émission hebdomadaire de Pascal Denault et Guillaume Bourin pour CFOI-FM, dont les podcasts sont retransmis sur Le Bon Combat tous les mardis.

  • Une discussion instructive sur le contenant et le contenu de la prédication. J’ai particulièrement apprécié la mise en garde de ne pas se focaliser sur une seule façon de faire dans notre façon de prêcher (et pareillement, dans le type de message qu’on écoute). On est rapidement formaté, sans le vouloir, par une façon de penser. Même si la forme n’est pas à négliger, soyons toujours fondés sur le fond, qui est la Parole de Dieu.