Dix manières de prier à l’arrivée d’un nouvel enfant

J’ai l’immense plaisir d’avoir vu naître mon premier enfant, Jules, il y a quelques jours. Alors que nous venons de quitter l’hôpital et de regagner notre domicile, mon épouse et moi, je note ici quelques-uns des sujets qui vont entretenir nos prières dans les prochaines semaines.

 

 

(1) Rendez-gloire à Dieu pour le don qu’il vous a fait

Car ce petit enfant ne vient pas de vous, mais de Dieu. C’est ce qu’Ève reconnaît d’emblée, quand elle enfante son premier fils : « J’ai enfanté un homme, grâce à Yahweh » (Gn 4.1). N’oublions jamais que nos enfants sont un héritage de Dieu (Ps 127.3), les fruits de son plan bienveillant pour l’humanité (Gn 1.28).

(2) Priez pour le salut éternel de ce petit enfant

Vous n’êtes, bien sûr, pas maître de vos desseins, ni de vôtre destin (Ac 27.13). Vous ne pouvez savoir d’avance si un membre non-croyant de vôtre famille viendra un jour à la foi en Jésus-Christ (1 Co 7.16), et vos enfants ne font pas exception. Priez donc avec zèle, car Dieu a réellement tout pouvoir, celui de sauver vôtre enfant inclus.

 

 

(3) Consacrez-le à Dieu

Souvenez-vous de l’histoire d’Anne, la mère du prophète Samuel, qui était stérile et qui a prié pour pouvoir enfanter. Dieu l’a exaucée et, avec un cœur plein de reconnaissance, elle l’a alors consacré au service de Dieu (1 Sam 1.26–28).

Je ne crois pas que nous puissions transposer cette situation très spécifique aux notres, néanmoins chaque parent peut prier d’une manière similaire : “Seigneur, je te consacre toute la vie de mon enfant.”

 

 

(4) Priez pour vous, car vous aurez très certainement une grande influence sur son futur

Si vous êtes croyant, si vous êtes passés de la mort à la vie, bref si vous êtes régénérés par l’Esprit de Dieu, alors vous êtes en alliance avec Dieu au travers de la personne de Christ. Et vos enfants, bien qu’incroyants, ont de ce fait un statut spécial.

Contrairement à mes amis presbytériens, je ne pense pas qu’ils sont de fait membres de la Nouvelle Alliance, mais j’estime néanmoins que Dieu les place dans une position bien plus favorable que celle des autres enfants de ce monde. En effet, Dieu permet que, par vôtre exemple de piété et par vos enseignements, vous puissiez jouer un rôle central quant à leur avenir spirituel. Dans ce domaine comme dans bien d’autres, vous avez besoin de la grâce de Dieu.

Priez donc !

 

 

(5) Priez pour la communauté de foi à laquelle ce petit enfant sera ajouté

Non seulement la famille, mais également la communauté de foi à laquelle ce petit enfant prendra part ont la responsabilité de l’accueillir et de l’instruire selon Dieu. C’est, en quelque sorte, l’engagement que mon Eglise prend lorsque nous présentons collectivement un nouveau né à Dieu (voir ici).

Priez pour que vôtre Eglise prenne cette responsabilité très au sérieux !

 

 

(6) Priez pour sa croissance en tout points

Jésus lui-même a été un petit enfant. Il a grandit “en sagesse, en stature, et en grâce, devant Dieu et devant les hommes” (Lc 2.52). Encore une fois, tous les aspects de la vie de vôtre enfant sont entre les mains de Dieu, des plus pratiques aux plus immatériels. Adressez-vous à celui qui, seul, peut le faire grandir dans chacun d’entre-eux.

 

 

(7) Priez afin qu’il soit enseignable

Oui, vous avez la responsabilité de catéchiser, d’instruire vôtre enfant dans la voie qu’il doit suivre. Cependant, comme la mauvaise terre rejette la graine qui y est semée, vôtre enfant ne fera rien de cet enseignement si son coeur n’est pas “modelable” (c’est là le sens de la première partie de 2 Rois 22.19).
Priez donc pour que vôtre enfant reçoive l’instruction que vous lui donnez et qu’elle porte en lui du fruit au centuple.

 

 

(8) Priez pour vôtre témoignage chrétien au travers de la naissance de cet enfant

La manière dont vous avez vécu la grossesse en famille, le témoignage que vous avez laissé à l’hôpital, vos soins envers ce petit enfant après sa naissance : en toutes ces choses également, vous êtes une lettre ouverte aux incroyants. vôtre vie quotidienne devrait être un témoignage de l’oeuvre de Christ ; cela inclus ces moments si particuliers.

Priez donc que la naissance de vôtre enfant soit une formidable occasion de témoigner de vôtre maître.

 

 

(9) Priez pour son sommeil (et le vôtre)

Quiconque est déjà passé par là sait bien qu’il s’agit d’un sujet très concret et très pratique, dans laquelle la grâce de Dieu s’exerce également. Priez pour que, malgré le manque de sommeil très probable, vous puissiez persévérer dans vôtre marche avec Christ et que vôtre humeur n’en soit pas affectée.

 

 

(10) Priez pour que Dieu délivre chaque membre de vôtre famille de toute inquiétude

La naissance est un évènement heureux, mais parfois également très traumatisant. Lorsque l’accouchement se passe mal, ou lorsque l’enfant souffre ou est malade dans les jours qui suivent, l’inquiétude nous gagne souvent plus rapidement qu’à l’accoutumée. En tant que petit être humain, vôtre enfant aussi est sujet à diverses formes de peurs.

Priez donc que le Seigneur garde chacun des coeurs de vôtre famille en paix.

 

 

 

 

Ces ressources pourraient vous intéresser :

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Guillaume Bourin est pasteur de l'Église réformée baptiste de la Trinité, à Montréal (Québec, Canada). Il s'intéresse particulièrement à l'exégèse et à l'intertextualité de l'Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Guillaume est titulaire de deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary, USA) et il est actuellement candidat au doctorat à l'Université d'Aberdeen (Ecosse).