Caïn, Abel, et la grande histoire du pardon

La semaine dernière, nous regardions à la première offense et au premier acte de pardon de l’histoire. Cette semaine, nous nous tournons vers la section narrative suivante, l’histoire tristement connue du fratricide d’Abel par Caïn

Voici donc la deuxième prédication de notre série, « L’oubli du pardon », sur Genèse 4.1-15.

 

 

Vous connaissez sans doute l’histoire de Caïn et Abel. Même si la narration est assez accessible, ce texte contient plusieurs problèmes théologiques et exégétiques apparement insolubles. Par exemple ?

(1) Pourquoi Dieu a-t-il agréé l’offrande d’Abel plutôt que celle de Caïn ? Serait-ce un cas de favoritisme ?
(2) Que veut dire cet énigmatique verset 7 ? Devrions nous le traduire différemment ? (ce point fera sans doute l’objet d’un article ultérieur)

 

Malgré ces difficultés, ce passage a beaucoup à apprendre au lecteur quant à la théologie du pardon. Bonne écoute !

 

 

 

 

 

Ces ressources pourraient vous intéresser  :

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Guillaume Bourin est pasteur de l'Église réformée baptiste de la Trinité, à Montréal (Québec, Canada). Il s'intéresse particulièrement à l'exégèse et à l'intertextualité de l'Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Guillaume est l'auteur du livre "Je vous purifierai d'une eau pure" : perspectives bibliques sur la régénération baptismale. Il est titulaire de deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary, USA) et il est actuellement candidat au doctorat à l'Université d'Aberdeen (Ecosse).