“Ce n’est pas une religion, c’est une relation” : pas pour les premiers protestants

Cet article fait suite à la polémique ayant en marge de l’article de Pascal Denault, en particulier sur Facebook. Avant que le mot « religion » ne devienne péjoratif dans les milieux évangéliques, voici ce qu’en disait un vieux catéchisme protestant suisse. Intéressant quand même!

 

D. Qu’est-ce que la Religion?
R. La Religion consiste à connaître Dieu et à le servir. Le mot Religion signifiant proprement l’action de relier, de réunir ce qui était éloigné, on peut dire que c’est une science toute pratique qui nous apprend à revenir à Dieu, à nous réunir à Dieu.

D. Qu’est-ce que connaître la Religion?
R. C’est connaître combien le péché nous a éloignés de Dieu, et par quels moyens nous pouvons revenir à lui, et être réconciliés avec lui.

D. Cette connaissance seule suffirait-elle ?
R. Non, sans doute. Elle serait inutile et ne nous rendrait que plus coupables et plus malheureux, si elle ne servait pas à régler notre conduite, si elle ne nous ramenait pas à Dieu. On ne connaît Dieu véritablement que quand on l’aime et qu’on lui obéit. « Si vous savez ces choses, vous êtes bien heureux si vous les faites. » (Jean XIII, 17.) « Or le serviteur qui a connu la volonté de son maître, et qui ne s’est pas tenu prêt et n’a point fait selon sa volonté, sera battu de plus de coups. » (Luc XII, 47.)

D. Qu’est-ce que mettre en pratique la Religion?
R. C’est se servir des moyens qu’elle nous indique, et des secours qu’elle nous fournit pour nous tirer du péché et de la condamnation ; pour soumettre à Dieu toutes nos facultés, notre coeur par l’amour, notre esprit par la foi aux vérités qu’il nous enseigne, et notre volonté par l’obéissance aux commandements qu’il nous prescrit.

D. La Religion est-elle bien importante?
R. Elle est de la plus haute importance. S’il existe un Être tel que celui que nous appelons Dieu, tout puissant, tout parfait, notre Créateur, notre Maître (comme nous le prouverons bientôt), nous ne pouvons être heureux qu’en revenant à Lui , si nous nous en sommes éloignés : nous ne pouvons trouver qu’en Lui le repos de l’esprit, la paix du coeur, les lumières, les forces , les consolations , les secours , les espérances dont nous avons besoin dans toutes les circonstances de la vie et surtout dans les afflictions et aux approches de la mort. La religion est « la seule chose nécessaire » elle est la bonne part qui ne nous sera point ôtée.» (Luc X, 42.) « Elle est le tout de l’homme. » ( Eccles. XII, 15.)

 

 

Marié et père d'une jeune famille, je me passionne aussi pour la théologie. Mes intérêts particuliers sont la continuité/discontinuité entre les testaments, la théologie de l'alliance, le christianisme historique (crédo / confessions / catéchisme), et la pertinence de tous ces sujets pour l'église d'aujourd'hui. "Vous avez tout pleinement en lui" - Colossiens 2:10