Pourquoi les commandements de Christ sont-ils si exigeants?

Lorsque vous entendez le Fils de Dieu affirmer : « Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent » comment vous sentez-vous ?

Êtes-vous remplis d’une sorte d’indignation, vous exclamant : « Une telle chose est impossible et absurde. Pourquoi? Parce que je suis instinctivement, automatiquement et inévitablement plein de ressentiment et de mauvaise volonté contre ceux qui me haïssent et me blessent. Je ne peux faire autrement ; aucun effort ne peut renverser cette impulsion spontanée de mon cœur! Je ne peux changer ma propre nature! » (…)

 

Écoutez maintenant la dernière demande faite par Christ alors qu’il poursuit : « Soyez donc parfaits, » et afin de ne laisser aucune place à l’incertitude quant au sens de ses propos, il ajoute : « comme votre Père céleste est parfait ».

Nous direz-vous que cela est trop élevé pour que nous puissions l’atteindre? Qu’un tel standard est inatteignable par la chair et le sang? Nous répondons qu’il s’agit bien du standard que Dieu lui-même a placé devant nous, devant tous les hommes. Il s’agissait du standard de Dieu avant la chute, et il s’agit encore maintenant de son standard ; car bien que l’homme ait perdu sa capacité à se conformer, Dieu n’a pas perdu son autorité pour exiger ce qui lui est dû. Et pourquoi l’homme n’est-il plus capable d’atteindre cette loi de justice ? Parce que son cœur est corrompu; parce qu’il est totalement dépravé. Mais cette incapacité ne l’excuse nullement; au contraire elle le rend complètement coupable et inexcusable.

Le lecteur ne perçoit-il pas maintenant le but de Christ en pressant ses auditeurs par cette loi divine et spirituelle avec ses exigences inexorables et immuables  ? Il voulait ainsi briser les faux espoirs de ses auditeurs en tuant leur confiance en leur propre justice. (…)

Si le cœur de l’homme déchu est si corrompu qu’il ne peut aimer ses ennemis, c’est qu’il a cruellement besoin d’un cœur nouveau. Si être parfait comme le Père céleste est parfait semble impossible à l’homme naturel, totalement contraire à lui, alors son besoin de naître de nouveau est manifesté.

 

 

Arthur W. Pink 
An Exposition of the Sermon on the Mount, p. 136

 

 

 

<p>Pascal Denault est pasteur de l’Église évangélique de St-Jérôme. Il est titulaire d’une Licence (BA) et d’un Master en théologie (ThM) de la Faculté de théologie évangélique de Montréal. Pascal est l’auteur des livres<br /> Une alliance plus excellente (2016, Impact Académia), Solas, la quintessence de la foi chrétienne (2015, Cruciforme), et The Distinctiveness of Baptist Covenant Theology (2013, Solid Ground Christian Books).</p>

  • Francine

    Fort lucide et fort juste observation de A. W. Pink : Je ne peux faire autrement ; aucun effort ne peut renverser cette impulsion spontanée de mon cœur! Je ne peux changer ma propre nature ! … le cœur de l’homme déchu est si corrompu qu’il ne peut aimer ses ennemis…

    Vers la fin de sa vie, ce prédicateur calviniste relativement connu dans le milieu baptiste anglophone d’avant-guerre, ne s’entendait plus avec aucun collègue ; aussi le dimanche il restait chez lui avec sa femme, à écrire des articles. Ses études dans les livres de l’Ancien Testament contiennent d’intéressantes et fines remarques sur la typologie, hélas toujours un peu gâtées par cet esprit rigide et bigot que l’on détecte déjà dans le petit extrait donné ci-dessus.

    L’isolement final de Pink confirme ce qu’il avoue naïvement ici, : Il n’a jamais réussi à aimer ses ennemis jugés trop arminiens : il ne peut faire autrement, c’est sa nature. Et chacun de nous, doit honnêtement confesser la même chose, par rapport à nos déficiences propres, donner raison à la citation ainsi qu’à la photo de l’homme cachant son visage de honte et de désespoir.

    Mais le vrai mystère (que Pink n’explique pas), c’est de savoir comment il se fait, que même après avoir reçu un coeur régénéré, le chrétien n’aime toujours pas son ennemi ? pourquoi est-il toujours aussi vaniteux, jaloux de sa gloire ? pourquoi veut-il toujours passer pour un intellectuel, un théologien, un familier des grandes pointures ? Pourquoi le calviniste régénéré Pink ne va-t-il plus à l’église ? un comble tout de même… Il y a là une énigme qui n’a pas encore trouvé son Œdipe.

    Un petit lien sur Pink, assez bien vu : http://www.internetmonk.com/archive/stop-me-before-i-turn-into-aw-pink

    • Jeannot

      « Mais le vrai mystère (que Pink n’explique pas), c’est de savoir comment il se fait, que même après avoir reçu un coeur régénéré, le chrétien n’aime toujours pas son ennemi ? pourquoi est-il toujours aussi vaniteux, jaloux de sa gloire ? pourquoi veut-il toujours passer pour un intellectuel, un théologien, un familier des grandes pointures ? Pourquoi le calviniste régénéré Pink ne va-t-il plus à l’église ? un comble tout de même…  »

      Pas tres complique a comprendre : Parceque les fondamentaux de la marche avec Christ ont ete loupes. Au lieu de s’emplir le nouveau coeur de Christ en recherchant les fruits au quotidien et avec ses proches ( ce qui implique un brisement, un renoncement parfois douloureux), il s’emplit le cerveau de doctrines, en calculant tel un mathematicien la doctrine parfaite pour aller au ciel et s’echarpe avec ceux qui ne rentrent pas dans son equation. Normal, il ne developpe aucun fruit. Voila d’ou viennent les centaines de denominations auxquelles on a affaire aujourd’hui, voila d’ou viennent l’idolatrie des « peres » de l’eglise et de leurs heritiers, voila d’ou viennent les disputes entre les pre-tribulationistes et les post-tribulationistes, entre les trinitaires et les anti-trinitaires, etc….

      • Etienne Omnès

        Si vous lisez les pères apostoliques, vous verrez qu’ils se contentaient des « fondamentaux de la marche avec Christ » et que leurs épîtres sont tout à fait dépourvues de la moindre spéculation. L’épître de Polycarpe est même une citation géante du Nouveau Testament. Ils n’allaient pas plus loin que le « simple christianisme » comme dirait CS Lewis.

        Que s’est-t-il passé? Pourquoi n’en est-t-on pas resté là?

        Les mensonges gnostiques, voilà ce qu’il s’est passé. Il a bien fallu les contrer, un par un. Il a bien fallu chercher plus profondément la vérité, vu les mensonges de plus en plus sophistiqués auquel on avait à faire. Une de ces hérésies, l’arianisme, a même failli détruire complètement l’église et l’évangile.

        Le christianisme est probablement une des religions les plus théologiques, cad qui dépend énormément de ses doctrines. Elles sont pour ainsi dire le squelette de notre foi. Un squelette n’est pas beau à voir, mais c’est là dessus que se greffe la chair et le souffle pour avoir un corps sain. Un christianisme sans doctrine nous condamne à une vie spirituelle sous la forme de larve.

        Ce n’est pas que la faute de notre hubris (=ivresse du « pouvoir »), c’est tout simplement ce qu’est le christianisme qui nous pousse à affiner nos doctrines: le coeur du christianisme, ce n’est pas une pratique ou un code de lois comme le judaïsme ou l’islam, c’est un message que nous avons le devoir de transmettre. Quel est ce message? Comment l’exprimer? Comment le défendre? Quelles sont ses implications? Quel est son sens? C’est quoi cette histoire de Dieu qui se balade sur Terre? De Fils pleinement Dieu qui désigne son Père pleinement Dieu et qu’il n’y a qu’un seul Dieu? C’est quoi cette histoire de Dieu pleinement souverain et d’homme pleinement responsable?

        etc etc…

        Les fondements du Christianisme sont indispensables, mais se limiter à ceux-là est une erreur aussi grave que de se fourvoyer dans une scholastique morte, selon moi. Qu’en pensez vous?

    • Francine

      @Jeannot

      Prenons une illustration géométrique : Quelle est la dimension la plus importante dans le volume de la Jérusalem céleste : sa longueur, sa largeur ou sa hauteur ? Certains tiendront pour la première, d’autres pour la seconde, d’autres pour la troisième. Question stupide en fait, puisque les trois sont nécessaires.

      Semblablement : de par lui-même Dieu est trinitaire, c’est sa parole qui le révèle, c’est le Père qui rend hommage au Fils, c’est le Fils qui rend hommage au Père, ce sont le Père et le Fils qui envoient l’Esprit, en attestant sa personnalité. Il n’existe par conséquent pas de chrétien anti-trinitaire, ce serait un non-sens. Un croyant en Dieu n’admettant pas la trinité, peut manifester la plus grande gentillesse possible, mais par définition il n’est pas chrétien. Certes ce ne sera pas pour une raison de l’empêcher de venir au culte, mais il est du devoir du pasteur de lui expliquer pourquoi il n’est pas encore entré dans le Royaume ; l’église qui permettrait à un anti-trinitaire d’enseigner aurait trahi son Seigneur et n’aurait plus qu’à s’attendre à être vomie de sa bouche.

      Prenons maintenant une illustration artistique : Quelle est la couleur la plus belle parmi les douze qui composent les fondements de la ville d’en-haut ? Des goûts et des couleurs on ne disputera pas, mais de plus on ne les connaît pas toutes ces douze couleurs ! Bien sûr on sait que l’émeraude est verte, l’améthyste violette, le saphir bleu… mais pour d’autres, aucun exégète ne peut affirmer que l’apôtre Jean parlait des mêmes pierres que nous désignons aujourd’hui par le mot.

      Semblablement : vous avez raison, les chrétiens ne devraient pas se disputer sur le pré, le post, ou le mid tribulationisme, puisqu’il n’y a déjà aucune certitude sur le commencement exact et la durée exacte de la « grande tribulation ». Mais il ne faut tout mettre dans le même sac, il y a du bon, du mauvais, et du douteux chez les pères de l’Église. De même tout n’est pas rose chez Pink, c’est même franchement marron en beaucoup d’endroits ; aussi les néo-puritains qui visent à passer pour irréprochables en doctrine, héritiers légitimes de la Réforme, et grands docteurs d’une église ignorante, doivent-ils constamment et soigneusement vérifier leurs sources.

      • Maxime Georgel

        C’est assez impressionnant la façon que vous avez de sans cesse mettre des commentaires négatifs 🙂
        Et de mépriser des gens comme Pink comme si vous étiez Celui qui sonde les reins et les coeurs. Surtout qu’il est l’un des hommes dont on connait le moins sa vie, il va falloir prouver ce que vous avancer.

%d blogueurs aiment cette page :