Pourquoi Dieu doit-il nécessairement punir pour pouvoir pardonner ?

Ces dernières semaines, Le Bon Combat a répondu à un article attaquant la doctrine classique de la substitution pénale. Il s’agissait d’une réponse de nature apologétique, défensive : elle réagissait à une liste d’argument plutôt qu’elle n’expliquait réellement cette position.

En conséquence, décision a été prise de consacrer un épisode complet de Coram Deo à la doctrine de la substitution pénale qui soulève -en tout légitimité- bien des questions.

 

  • Pourquoi Dieu doit-il punir le péché afin de pouvoir pardonner le pécheur ?
  • Pourquoi donc sa colère doit elle être satisfaite ?
  • Pourquoi, finalement, Dieu ne pardonnerait-il pas sans aucune contrepartie ?

Pour répondre à ces questions, Pascal et Guillaume survolent les nombreuses données bibliques, théologiques, et historiques qui gravitent autour de la doctrine de la substitution pénale. En chemin, les notions de sainteté de Dieu, de justice rétributive, et de satisfaction sont abordées.

 

Écoutez sans tarder ce deuxième épisode de Coram Deo, et retrouvez nous sur les ondes ou sur votre application podcast préférée ! 

 

cfoi-direct

104.1 Québec – 102.9 St-Jérôme

Suivez Coram Deo…

Sur Itunes

LOGO-iTunes-REAL

Sur Souncloud 

Sur Google

google-dk-flat

Sur Stitcher

stitcher-radio-logo-2 

Ou bien copiez ce flux RSS dans votre application podcast préférée

 

<p>Coram Deo est l’émission hebdomadaire de Pascal Denault et Guillaume Bourin pour CFOI-FM, dont les podcasts sont retransmis sur Le Bon Combat tous les mardis.</p>

  • Jacqueline Deyres

    Hébreux 9 « 15 Et c’est pour cela qu’il est le médiateur d’une nouvelle alliance, afin que, la mort étant intervenue pour le rachat des transgressions commises sous la première alliance, ceux qui ont été appelés reçoivent l’héritage éternel qui leur a été promis. 16 Car là où il y a un testament, il est nécessaire que la mort du testateur soit constatée. 17 Un testament, en effet, n’est valable qu’en cas de mort, puisqu’il n’a aucune force tant que le testateur vit. 18 VOILA POURQUOI C’EST AVEC DU SANG que même la première alliance fut inaugurée. 19 Moïse, après avoir prononcé devant tout le peuple tous les commandements de la loi, prit le sang des veaux et des boucs, avec de l’eau, de la laine écarlate, et de l’hysope ; et il fit l’aspersion sur le livre lui-même et sur tout le peuple, 20 en disant : CECI EST LE SANG DE L’ALLIANCE que Dieu a ordonnée pour vous. 21 Il fit pareillement l’aspersion avec le sang sur le tabernacle et sur tous les ustensiles du culte. 22 Et presque tout, d’après la loi, est purifié avec du sang, et SANS EFFUSION DE SANG il n’y a PAS DE PARDON. »

    Hébreux 12 « 24 de Jésus qui est le médiateur de la nouvelle alliance, et du sang de l’aspersion qui parle mieux que celui d’Abel. »

    Hébreux 13 « 20 Que le Dieu de paix, qui a ramené d’entre les morts le grand pasteur des brebis, par le sang d’une alliance éternelle, notre Seigneur Jésus, »

    Matthieu 26 « 28 car ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés. »

%d blogueurs aiment cette page :