La doctrine du décret de Dieu – Théologie Systématique #3

Poursuivons notre étude de la théologie systématique en examinant la doctrine du décret divin. Ce que Dieu est en lui-même (ad intra) nous est révélé par les choses que Dieu fait hors de lui-même (ad extra) et ce que Dieu fait hors de lui-même (ad extra) provient entièrement de la résolution de Dieu en lui-même (ad intra) de toute éternité, c’est-à-dire son décret.

Nous parlons parfois des décrets de Dieu (au pluriel) car nous les percevons dans le temps comme une chaine infinie de décisions qu’il a prises. Cependant, lorsque nous le considérons du point de vue éternel de Dieu, il est plus convenable de parler du décret (au singulier), comme quelque chose qui est propre à son essence et non comme un simple plan à l’extérieur de lui-même.

>>Liste de tous les articles disponibles pour cette série<<

Après avoir considéré l’essence de Dieu, il va de soi qu’il ne peut y avoir aucune différence entre sa connaissance et son décret : Dieu connaît ce qu’il décrète et il décrète ce qu’il connaît. Sa connaissance n’est pas soumise au temps, mais elle est éternelle (Ac 15.18), elle ne peut donc être ni contingente ni dépendante de quoi que ce soit.

Le décret divin est de même nature : il est entièrement libre et d’aucune façon soumis à la contingence des événements. Il en est ainsi parce que Dieu est entièrement libre alors que tout dépend de lui (Rm 11.34-36), il est immuable alors que tout le reste est muable et changeant (Jc 1.17), il est hors du temps alors que toute sa création est temporelle (Ps 93.2).

Précisons cinq points essentiels à la nature du décret de Dieu.

(1) Le décret divin est universel (Ep 1.11 ; Ac 17.26-28), il ne laisse rien au hasard, mais s’étend sur absolument tout ce qui existe.

(2) Le décret divin est efficace (Es 46.9-10 ; Rm 9.28), il ne rend pas simplement possible la volonté de Dieu, mais détermine certainement tout ce qui arrive.

(3) Le décret divin est compatible avec la liberté (Gn 50.20 ; Ac 4.27-28), il n’annule ni ne viole la liberté, mais il établit la responsabilité et la contingence des causes secondes.

(4) Le décret divin est incompréhensible (Rm 11.33 ; 1 Ti 6.16), la raison humaine ne peut s’élever au-dessus de Dieu, le juger, ni le comprendre pleinement, mais elle doit se soumettre entièrement et humblement.

(5) Le décret divin est absolument bon (1 Jn 1.5 ; Rm 8.28, 14.11), l’homme pécheur peut voir de mauvais œil que Dieu est bon, mais sa bonté et la perfection de son décret n’en demeurent pas moins bonnes et parfaites.

 

Ces cinq éléments seront simultanément maintenus et successivement accentués alors que nous répondrons aux quatre questions suivantes :

1. Dieu a-t-il décrété tout ce qui arrive?

2. Dieu a-t-il décrété ce qu’il a vu d’avance?

3. Dieu a-t-il décrété qui irait au ciel et qui irait en enfer?

4. La doctrine du décret n’est-elle pas contraire à la raison?

 


CHAPITRE 3 – LE DÉCRET DE DIEU

Par. 1 – De toute éternité, selon le conseil très sage et très saint de sa volonté, Dieu a décrété en lui‑même, librement et immuablement, tout ce qui arrive1 ; de telle manière cependant qu’il n’est pas l’auteur du péché non plus qu’il n’a communion avec quiconque à cet effet.2 ; sans faire violence à la volonté de sa créature, et sans que la liberté, la contingence ou les causes secondes soient exclues mais qu’elles soient plutôt établies3.  Ce décret manifeste la sagesse de Dieu qui, librement, dispose de tout ce qui existe, de toute puissance et fidélité pour l’accomplir4.

1. Es 46.10 ; Ep 1.11 ; Hé 6.17 ; Rm 9.15, 18    2. Jc 1.13 ; 1 Jn 1.5
3. Ac 4.27-28 ; Jn 19.11    4. Nb 23.19 ; Ep 1.3-5

 

Par. 2 – Bien que Dieu sache tout ce qui peut ou doit arriver quelles que soient les circonstances5, il n’a cependant pas décrété telle chose parce qu’il l’a prévue comme future, ni parce qu’elle devait arriver en raison de conditions préalables6.

5. Ac 15.18 6. Rm 9.11, 13, 16, 18

 

Par. 3 – Par le décret de Dieu, pour la manifestation de sa gloire, certains parmi les hommes et les anges sont prédestinés ou pré‑ordonnés à la vie éternelle, par Jésus-Christ7, à la louange de sa glorieuse grâce; d’autres sont laissés pour agir selon leur péché qui mène à leur juste condamnation, à la louange de sa glorieuse justice9.

7. 1 Tm 5.21 ; Mt 25.34 8. Ep 1.5-6 9. Rm 9.22-23 ; Jude 4

 

Par. 4 – Ces anges et ces hommes, ainsi prédestinés ou pré‑ordonnés, sont spécifiquement et immuablement désignés.  Leur nombre est si certain et défini qu’il ne peut être ni augmenté ni diminué10.

10. 2 Tm 2.19 ; Jn 13.18

 

Par. 5 – Ceux des êtres humains que Dieu a prédestinés à la vie, il les a choisis en Christ pour la gloire éternelle, avant la fondation du monde, selon son dessein éternel et immuable et le conseil secret et le bon plaisir de sa volonté.  Il les a choisis par sa seule pure grâce et son amour11, sans qu’il n’y ait rien dans la créature comme condition ou cause qui le conduirait à ainsi faire12.

11. Ep 1.4, 9, 11 ; Rm 8.30 ; 2 Tm 1.9 ; 1 Th 5.9 12. Rm 9.13, 16 ; Ep 2.5, 12

 

Par. 6 – Tout comme Dieu a ordonné les élus à la gloire, il a aussi, par le dessein éternel et très libre de sa volonté, pré‑ordonné tous les moyens qui y sont nécessaires13.  C’est ainsi que ceux qui sont élus, étant tombés en Adam, sont rachetés par le Christ14 ; ils sont appelés efficacement à la foi en Christ par son Esprit qui agit au temps convenable ; ils sont justifiés, adoptés, sanctifiés15 et gardés en sa puissance, par la foi, en vue du salut16.  Il n’y a pas d’autres que les élus qui soient rachetés par Christ, efficacement appelés, justifiés, adoptés, sanctifiés et sauvés17.

13. 1 P 1.2 ; 2 Th 2.13    14. 1 Th 5.9-10    15.      Rm 8.30 ; 2 Th 2.13    16. 1 Pi 1.5    17. Jn 10.26, 17.9, 6.64

 

Par. 7 – La doctrine de ce profond mystère de la prédestination doit être traitée avec une sagesse et un soin particuliers, afin que ceux qui cherchent la volonté de Dieu révélée dans sa Parole et qui lui obéissent puissent, dans la certitude de leur appel efficace, être assurés de leur élection éternelle18.  Cette doctrine donnera donc à tous ceux qui obéissent sincèrement à l’Évangile matière à louange19, respect et admiration pour Dieu, humilité20, zèle et immense réconfort21.

18. 1 Th 1.4-5 ; 2 P 1.10    19. Ep 1.6 ; Rm 11.33    20. Rm 11.5-6, 20    21. Lc 10.20

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Pascal Denault est pasteur de l’Église évangélique de St-Jérôme. Il est titulaire d’une Licence (BA) et d’un Master en théologie (ThM) de la Faculté de théologie évangélique de Montréal. Pascal est l’auteur des livres Une alliance plus excellente (2016, Impact Académia), Solas, la quintessence de la foi chrétienne (2015, Cruciforme), et The Distinctiveness of Baptist Covenant Theology (2013, Solid Ground Christian Books).