La doctrine de l’appel efficace – Théologie systématique #10

Après la doctrine du libre arbitre, la confession de foi expose la doctrine de l’appel efficace. Il y a un ordre logique dans la structure doctrinale qui nous est présentée. Si l’homme est mort dans son péché, comme nous l’avons vu au chapitre précédent, rien de moins qu’un appel surnaturel et pleinement efficace sera nécessaire pour produire la conversion. C’est ce glorieux appel, aussi appelé sainte vocation dans la Bible (Rm 1.7 ; 2 Ti 1.9), que nous examinerons maintenant.

 

>>Lisez le chapitre 10 de la Confession de 1689 sur Facebook<<

>Procurez-vous la confession complète en format pdf<<

Le mot vocation vient du latin vocare qui signifie action d’appeler. Dans le cas de la vocation au salut, c’est Dieu qui appelle et non uniquement des hommes. Un appel de Dieu n’est pas une simple invitation, mais une puissance irrésistible qui produit ce que Dieu demande. Dieu « appelle les choses qui ne sont point comme si elles étaient » (Rm 4.17) et elles se mettent à exister (Gn 1.3 ; Ps 33.6 ; Es 40.26). C’est pour cette raison que la confession de foi ne parle pas simplement de l’appel de Dieu, mais de l’appel efficace de Dieu.

Il existe une controverse entourant la doctrine de l’appel efficace : est-il résistible ou irrésistible pour l’homme? S’il est résistible, peut-on encore le qualifier d’efficace? S’il est irrésistible, comment expliquer que plusieurs résistent à l’appel?

Une autre difficulté entourant cette doctrine concerne ceux qui ne peuvent pas recevoir l’appel de la Parole de Dieu : les jeunes enfants, les personnes mentalement handicapées et les personnes qui n’entendent jamais l’Évangile (Rm 10.14). Que leur arrive-t-il? Peuvent-ils être condamnés par Dieu sans avoir reçu son appel?

Voici le genre de questions nous nous poserons en examinant le contenu du chapitre 10. Nous tenterons de répondre aux quatre questions suivantes

1. Comment une personne est-elle convertie à Dieu?

2. Peut-on résister à l’appel de Dieu?

3. Qu’arrive-t-il aux enfants morts en bas âge?

4. Qu’arrive-t-il aux pécheurs qui n’ont jamais entendu parler de Jésus-Christ?

[hr gap= »30″]

Article précédent: La doctrine du libre arbitre – Théologie systématique #9

Article suivant: La doctrine de la justification – Théologie Systématique #11

Voir la liste de TOUS LES ARTICLES DISPONIBLES pour cette série

<p>Pascal Denault est pasteur de l’Église évangélique de St-Jérôme. Il est titulaire d’une Licence (BA) et d’un Master en théologie (ThM) de la Faculté de théologie évangélique de Montréal. Pascal est l’auteur des livres<br /> Une alliance plus excellente (2016, Impact Académia), Solas, la quintessence de la foi chrétienne (2015, Cruciforme), et The Distinctiveness of Baptist Covenant Theology (2013, Solid Ground Christian Books).</p>

  • Francine

    En somme, l’Élection ? mais c’est très simple… Si vous êtes damné, c’est que vous n’étiez pas élu, et si vous êtes sauvé, c’est qu’à coup sûr vous aviez été prédestiné à l’élection.

    Que personne ne songe à démonter la logique de cette subblime théologie : elle est imprenable. Le malaise, c’est qu’on ne sait pas trop quoi en faire. Comme toute systématique complètement close, se suffisant à elle-même, elle peut se permettre de rester stérile, grandiose marxisme spirituel qui divise l’humanité en deux classes étanches : les prolétaires-maudits, nés pour trimer, se reproduire et finir en enfer, et les propriétaires-bénis, prédestinés à jouir de la félicité du Ciel, après une courte tribulation terrestre. Bibliquement, la position pose quand même quelques soucis. Ainsi il existe bien un abîme infranchissable entre le mauvais riche et Lazarre, de sorte qu’ils ne peuvent passer d’un lieu à l’autre, mais ça ce sera après ; ce qui laisse supposer qu’avant, ils auraient peut-être pu changer de classe… du moins cela semble être la morale, et l’utilité de la parabole.

    Mais trêve de généralités, seuls les cas particuliers permettent de tester les théories. On vient de retrouver en Inde Mowgli-girl, une petite fille d’une dizaine d’années, enlevée on ne sait quand par des singes, et ayant demeuré avec eux jusqu’à ce jour. On ne dira pas élevée par des singes, puisqu’elle ne sait ni marcher sur deux jambes, ni manger avec ses mains, ni parler bien sûr. Quel crève-coeur… émotion mise de côté, le cas stimule la pensée. Supposons que la fillette n’ai pas été enlevée par les singes, mais qu’elle soit née parmi eux. Une guenon, ô surprise, accouche de cette progéniture inhabituelle. Avec beaucoup de mutations accidentelles, ça devrait le faire, non ? entre l’ADN du singe et celui de l’homme y a pas 2% de différence. Eh bien laissée à elle-même chez les singes la petite fille mutante serait finalement morte sans jamais avoir appris à marcher sur deux pieds et à parler, et personne n’aurait jamais entendu parler d’elle. Comme quoi la théorie de l’évolution… oh oh doucement ! des mutations il en faut, mais pas trop à la fois, sinon la nature n’arrive plus à suivre… Les systématiques ont décidément réponse à tout, et les théologies systématiques n’ont rien à leur envier : si Mowgli-girl est une élue, son âme sera sauvée, c’est certain ; si elle est réprouvée…

    Par opposition à la systématique, la réalité semble laisser penser que rien n’est fixe dans le domaine de l’âme. Paul écrit aux Corinthiens que le naturel vient en premier, le spirituel ensuite seulement. Pour se développer la personne humaine n’a pas seulement besoin d’un ADN mutant de celui du singe, mais de l’humanité déjà existante, sans distinction de classes. L’âme ne ressemble pas à une chose toute faite, que Dieu a déjà condamnée ou graciée. Peut-être ne faut-il pas trop y penser…, on deviendrait cynique.

    • Maxime Georgel

      LOL

  • « Que personne ne songe à démonter la logique de cette sublime théologie : elle est imprenable. »
    Je n’en suis pas si sûr, Francine,(humour, je pense !) et je ne comprends toujours pas ce qui peut rendre si attrayante la thèse que Dieu n’appellerait qu’une partie de ses créatures rebelles à se réconcilier avec lui ? J’ai fait un modeste essai de réponses (B) aux thèses calvinistes classiques (A). Modeste, mais non simpliste, très documenté. On le trouvera gratuitement ici : http://pourquoi.je.vis.free.fr (ainsi que des livres d’évangélisation et de témoignages)

    Ce petit livre a été révisé par un bibliste très compétent, mais pas calviniste. J’aimerais bien savoir ce qu’un théologien calviniste trouverait à redire à mes arguments, patiemment assemblés depuis des années. Mais, jusqu’à présent, aucun n’a accepté de lire et d’ évaluer sérieusement mon opuscule. Tout au plus, on me répète simplement les thèses (A) que je récuse, sans examiner les arguments (B), en restant très global, très philosophique, collé à Calvin, pas bibliste du tout.
    Vous voyez ? La suite A(thèse calviniste) > B (ma réfutation) demande une réponse C (réfutation de B), mais on me répond simplement… A (répétition du catéchisme contesté) !
    Si jamais quelqu’un voulait relever le défi, j’ai l’esprit ouvert pour écouter et le dos encore assez solide pour encaisser une éventuelle volée de coups ! Et de toute façon, nos divergences d’appréciation ne nous séparent pas, tant que Jésus-Christ est notre Sauveur et notre Seigneur qui nous unit en lui !

    • Pascal Denault

      Bonjour M. Schneider, est-ce que c’est le titre « Dieu ne voudrait-il pas que tous les hommes soient réconciliés avec lui ? » Si c’est bien ce texte, la table des matières semblent très intéressante et m’interpelle… J’aimerais le lire, mais je ne peux vous promettre une réponse (C) 😉

      • Bonjour, Pascal,
        Quelle bonne surprise ! Et, cerise sur le gâteau, venant du plus calviniste des calvinistes, je crois !! :-)) Ça vaut de l’or, ça, car je t’apprécie beaucoup malgré nos options différentes sur les doctrines du salut ! J’aime ton humilité qui va de pair avec ton zèle pour ce en quoi tu crois : nous sommes frères en Christ, et je serai très attentif à tes critiques ! D’emblée, appelle-moi Claude, ce sera sympa, et me rajeunira un peu ! 🙂

        Oui, c’est bien ce livre. Le 1e tiers est une réponse à celui de John Piper : « Dieu veut-il que tous les hommes soient sauvés ? ». Mais j’élargis ensuite la problématique à l’ensemble de celles qu’on évoque d’habitude quand on parle d’élection divine, visitant une kyrielle d’autres auteurs de tous bords. (Vois aussi la table de matières de ma « base de ressources » en fin d’opuscule).

        Si tu veux bien, tu peux communiquer avec moi par mail, tu as vu mon adresse.
        Mais n’hésite pas à prendre résolument la démarche (C). Tu te doutes bien que me répondre « Calvin a dit » ou « La Confession de Foi dit » ne me suffira pas, je lis directement ces choses, soit dans l’Institution Chrétienne, soit sur un blog…
        Montre-moi juste les failles d’interprétation exégétique : il doit y en avoir, et j’en ai déjà corrigé beaucoup, mais comme dit, tu seras le 1e calviniste à faire ce travail ! Sois-en chaleureusement remercié. Bien amicalement Claude

        • Pascal Denault

          Merci Claude pour les bons mots qui font chaud au coeur 🙂
          Il est vrai que je suis pas mal calviniste, mais tu oublies que le plus calviniste des calvinistes c’est Jésus 😛 (je plaisante).
          Pour ce qui est de l’humilité… je ne sais pas trop. J’ai déjà confessé à Francine que je suis le plus pédant des ignorants (je crois bien que c’est le ton péremptoire du systématicien qui l’agace à chaque billet… mais il est vrai qu’en vrai je suis comme Jésus: doux et humble de coeur 😉 :-D.
          Je ne te fais pas de promesse pour ce qui est de te revenir sur d’éventuelles critiques de ton texte, mais il me semble à première vue être bien étayé et adresser le coeur de la question. Je l’ai chargé sur mon Kindle et j’espère le lire pendant mes vacances prochaines en mai… Merci pour ton travail par amour pour la vérité et pour ta cordialité fraternelle qui honore notre Seigneur!

%d blogueurs aiment cette page :