La doctrine de l’appel efficace – Théologie systématique #10

Après la doctrine du libre arbitre, la confession de foi expose la doctrine de l’appel efficace. Il y a un ordre logique dans la structure doctrinale qui nous est présentée. Si l’homme est mort dans son péché, comme nous l’avons vu au chapitre précédent, rien de moins qu’un appel surnaturel et pleinement efficace sera nécessaire pour produire la conversion. C’est ce glorieux appel, aussi appelé sainte vocation dans la Bible (Rm 1.7 ; 2 Ti 1.9), que nous examinerons maintenant.

>>Procurez-vous la confession complète en format PDF<<

Le mot vocation vient du latin vocare qui signifie action d’appeler. Dans le cas de la vocation au salut, c’est Dieu qui appelle et non uniquement des hommes. Un appel de Dieu n’est pas une simple invitation, mais une puissance irrésistible qui produit ce que Dieu demande. Dieu « appelle les choses qui ne sont point comme si elles étaient » (Rm 4.17) et elles se mettent à exister (Gn 1.3 ; Ps 33.6 ; Es 40.26). C’est pour cette raison que la confession de foi ne parle pas simplement de l’appel de Dieu, mais de l’appel efficace de Dieu.

Il existe une controverse entourant la doctrine de l’appel efficace : est-il résistible ou irrésistible pour l’homme? S’il est résistible, peut-on encore le qualifier d’efficace? S’il est irrésistible, comment expliquer que plusieurs résistent à l’appel?

Une autre difficulté entourant cette doctrine concerne ceux qui ne peuvent pas recevoir l’appel de la Parole de Dieu : les jeunes enfants, les personnes mentalement handicapées et les personnes qui n’entendent jamais l’Évangile (Rm 10.14). Que leur arrive-t-il? Peuvent-ils être condamnés par Dieu sans avoir reçu son appel?

Voici le genre de questions nous nous poserons en examinant le contenu du chapitre 10. Nous tenterons de répondre aux quatre questions suivantes

1. Comment une personne est-elle convertie à Dieu?

2. Peut-on résister à l’appel de Dieu?

3. Qu’arrive-t-il aux enfants morts en bas âge?

4. Qu’arrive-t-il aux pécheurs qui n’ont jamais entendu parler de Jésus-Christ?

 


CHAPITRE 10 – L’APPEL EFFICACE

Par. 1 – Ceux que Dieu a prédestinés à la vie, il lui plaît, au temps que lui seul a fixé, de les appeler efficacement1, par sa Parole et son Esprit, hors de l’état de péché et de mort dans lequel ils sont par nature, à la grâce et au salut par Jésus-Christ2.  Il éclaire spirituellement leur intelligence et leur donne de comprendre à salut les vérités divines3.  Il enlève leur cœur de pierre, pour leur donner un cœur de chair4 ; il renouvelle leur volonté, et par son pouvoir tout‑puissant, les oriente vers ce qui est bien, et les attire efficacement à Jésus-Christ5.  C’est cependant très librement qu’ils viennent, Dieu produisant leur vouloir par sa grâce6.

1. Rm 8.30, 11.7 ; Ep 1.10-11 ; 2 Th 2.13-14 2. Ep 2.1-6    3. Ac 26.18 ;
Ep 1.17‑18    4. Ez 36.26    5. Dt 30.6 ; Ez 36.27 ; Ep 1.19    6. Ps 110.3 ; Ct 1.4

 

Par. 2 – Cet appel efficace procède de la seule grâce de Dieu, libre et spéciale, et en rien de quelque chose qui aurait été vu à l’avance en l’homme, ni d’un pouvoir ou d’une opération quelconques en la créature7 coopérant avec sa grâce spéciale.  L’homme est entièrement passif, puisqu’il est mort dans ses péchés et dans ses transgressions, jusqu’à ce qu’il soit vivifié et renouvelé par le Saint‑Esprit8.  Il est alors rendu capable de répondre à cet appel et d’accueillir la grâce qui y est offerte et communiquée, et cela, par une puissance non moins grande que celle qui a ressuscité Jésus d’entre les morts9.

7. 2 Tm 1.9 ; Ep 2.8    8. 1 Co 2.14 ; Ep 2.5 ; Jn 5.25    9. Ep 1.19-21

 

Par. 3 – Les enfants élus mourant en bas âge sont régénérés et sauvés par le Christ qui œuvre quand, où et comme il lui plaît10 par le moyen de l’Esprit11.  Il en est de même de tous les élus qui sont extérieurement incapables d’être appelés par le ministère de la Parole.

10. Jn 3.8    11. Jn 3.3, 5-6

 

Par. 4 – D’autres, non‑élus, peuvent être appelés par le ministère de la Parole, et peuvent être l’objet de quelques actions communes de l’Esprit12.  Cependant, s’ils ne sont pas efficacement attirés par le Père, ils ne voudront pas, et ne pourront pas vraiment venir à Christ, et par conséquent, ils ne pourront pas être sauvés13.  Il est encore moins possible que ceux qui ne professent pas la religion chrétienne soient sauvés, si assidus soient‑ils à conduire leur vie selon la lumière de la nature ou les prescriptions de la religion qu’ils professent14.

12. Mt 22.14, 13.20-21 ; Hé 6.4-5 13. Jn 6.44-45, 65, 1 Jn 2.24-25
14. Ac 4.12 ; Jn 4.22,  17.3

Pascal Denault est pasteur de l’Église évangélique de St-Jérôme. Il est titulaire d’une Licence (BA) et d’un Master en théologie (ThM) de la Faculté de théologie évangélique de Montréal. Pascal est l’auteur des livres Une alliance plus excellente (2016, Impact Académia), Solas, la quintessence de la foi chrétienne (2015, Cruciforme), et The Distinctiveness of Baptist Covenant Theology (2013, Solid Ground Christian Books).