La doctrine du libre arbitre – Théologie systématique #9

La question du libre arbitre a fait, historiquement, l’objet de beaucoup de débats. Aujourd’hui encore les philosophes sont divisés entre le déterminisme et le libre arbitre. Nous croyons qu’il n’y a que la théologie qui puisse solutionner l’impasse de cet enjeu grâce à la compatibilité de la souveraineté divine avec la liberté humaine.

 

>>Lisez le chapitre 9 de la Confession de 1689 sur Facebook<<

>Procurez-vous la confession complète en format pdf<<

Le chapitre 9 sert de pont entre les chapitres 6-8 (l’alliance entre Dieu et l’homme) et les chapitres 10-18 (le salut de l’alliance). Le chapitre 9 permet de comprendre pourquoi l’homme a besoin de l’alliance et comment il peut y répondre.

Une des raisons pour laquelle les croyants n’arrivent pas toujours à se mettre d’accord lorsqu’il est question du libre arbitre est que nous omettons parfois de préciser de quel état de l’homme nous parlons en voulant préciser la nature de sa liberté et de sa volonté.

Il y a une différence fondamentale entre la volonté de l’homme prélapsaire et postlapsaire de même qu’il y a une différence fondamentale entre la volonté de l’homme déchu, l’homme régénéré et l’homme glorifié. Si nous parlons simplement du « libre arbitre » sans préciser de quel homme nous parlons, nous risquons fort de ne pas nous entendre quant à sa liberté et sa volonté.

Voici quatre questions essentielles pour bien saisir la doctrine du libre arbitre et les différents états de l’homme :

1. L’homme a-t-il un libre arbitre?

2. Comment Adam a-t-il pu pécher si sa volonté était parfaite?

3. Que reste-t-il du libre arbitre de l’homme après la chute?

4. Le chrétien est-il libéré des effets du péché contre son libre arbitre?

[hr gap= »30″]

Article précédent: La doctrine de Christ – Théologie systématique #8

Article suivant: La doctrine de l’appel efficace – Théologie Systématique #10

Voir la liste de TOUS LES ARTICLES DISPONIBLES pour cette série

Pascal Denault est pasteur de l’Église évangélique de St-Jérôme. Il est titulaire d’une Licence (BA) et d’un Master en théologie (ThM) de la Faculté de théologie évangélique de Montréal. Pascal est l’auteur des livres Une alliance plus excellente (2016, Impact Académia), Solas, la quintessence de la foi chrétienne (2015, Cruciforme), et The Distinctiveness of Baptist Covenant Theology (2013, Solid Ground Christian Books).

  • Francine

    Un malentendu ! ce n’était qu’un simple malentendu ! et dire que durant tout ce temps-là les philosophes et les théologiens se sont écharpés sur la question du libre-arbitre et de la souveraineté de Dieu, alors qu’il suffisait de s’arrêter deux secondes, pour remarquer la différence entre la volonté de l’homme avant la chute et la volonté de l’homme après la chute, et l’entente était trouvée… Ce n’était pas que les notions de volonté, de causalité, d’esprit, offrissent en elles-mêmes la moindre difficulté… non, non, c’était que dans la chaleur de la dispute on avait pas prêté attention à ce qu’avant la chute Adam avait la liberté de choisir entre le bien et le mal, qu’après la chute il ne pouvait choisir que le mal, puis qu’une fois en Christ il ne choisit désormais que le bien. Ah, que tous les problèmes sont trop élémentaires une fois que Sherlock vous en a donné la solution ; et que les chrétiens sont trop bêtes de se guerroyer sur un simple malentendu ; et que ce serait trop béni si tous les théologiens du monde voulaient se donner la main.

    Or pendant que notre hamstero calvinicus poursuivait avec une constance admirable son jogging perpétuel à l’intérieur d’une authentique Cage Confiteor 32 barreaux, modèle 1689, l’ennemi vint, et sema le doute sur l’existence d’Adam. Ce ne fut pas chez les évangéliques juste un petit remous doctrinal, promptement amorti par le volant massif et millénaire de la sagesse ecclésiastique, mais un glissement tectonique incontrôlable. Le premier Adam évaporé, tout s’effondrait : plus de chute, plus de péché originel, plus de généalogie christique, plus de rédemption de la race, plus de dernier Adam, plus de salut… il ne restait plus rien ! Et le hamster tournait…

    • Pascal Denault

      😀 Votre humour est toujours aussi caustique ma chère Francine, mais votre français est toujours aussi délicieux! Ce qui doit être moins délicieux cependant doit être le goût amer dans votre bouche lorsque vous vous mordez la langue…

      • Francine

        Hélas, elle est fourchue… et deux fois plus me fait gémir quand je la mords. Ma petite personne ne doit pas retenir votre attention, cher Pascal, quand il y a le feu au lac, avec cette histoire d’Adam historique. On attend toujours les preuves scientifiques de son existence, de la part de plusieurs people évangéliques qui mettent en avant leur cursus en science pour se donner quelque autorité.

        • Pascal Denault

          Mais c’est que je vous aime bien ma chère Frangine, et l’incendie en question ne m’inquiète pas vraiment… c’est plutôt le lac de feu que le feu au lac qui retient mon attention et m’incite à prêcher l’Évangile.
          Pour ce qui est des preuves scientifiques, je doute que l’on puisse démontrer visiblement une création ex nihilo, in nihilo; il faut plutôt recevoir la chose avec la foi (Hé 11.3). Ceci vaut autant pour les sottises évolutionnistes que celle du créationnisme scientifique. Ayant dit cela, la nature démontre bel et bien le Créateur et nous ferions bien de croire la véracité de Sa Parole.

          • Francine

            Je suis bien d’accord avec ce que vous me dites là, cher Pascal. Mais il me semble que vous ne prenez pas la mesure de l’incendie du lac, qui n’est pas celui de Tophet, mais celui de Genève, la grande ville de la Réforme. Voici par exemple ce qu’écrit la Directrice d’un Institut Biblique de France, célèbre pour son petit vin blanc :

            « Il n’existe aucune datation convaincante du surgissement de l’homo theologicus ; aucun saut dans les découvertes fossiles et archéologiques ne se prête facilement à être identifié avec l’apparition d’Adam. La situation se trouve compliquée par le fait que la théologie chrétienne a traditionnellement fait dériver toute l’humanité d’un seul couple. Bien qu’aucun texte biblique ne l’affirme explicitement, plusieurs le suggèrent (Gn 3.20 ; Ac 17.26). Chez Paul, notre statut « en Adam » revêt une importance théologique singulière (Rm 5.12ss ; 1 Co 15.21s, 47-49). Les données génétiques semblent pourtant interdire un tel scénario. Il existe effectivement des goulots d’étranglement dans l’histoire évolutive de l’humanité : à ces moments-là le groupe dont est issu l’humanité moderne était d’effectif fort restreint. Pourtant, il n’a jamais compté moins de quelques milliers d’individus d’après l’analyse des variations du génome de l’humanité actuelle.
            Le problème se trouve aggravé par la doctrine du péché originel, indispensable à la cohérence de la foi biblique…Certains ont tenté de réconcilier la doctrine de la chute avec la reconstruction évolutionniste de l’histoire de la lignée humaine. Sans chercher à les présenter et à entrer en dialogue critique avec elles, on peut noter que même ceux qui les élaborent concèdent en général qu’elles ne résolvent pas tous les problèmes. »

            Revue Théologie évangélique (vol. 8, n° 1 & 2, 2009, p. 66)

            Vous le voyez, il ne s’agit pas d’un doute sur l’existence d’Adam jeté par dessus le mur dans le jardin de l’Église par quelqu’un de l’extérieur, mais d’un doute se révélant à l’intérieur même de l’Église, dans un établissement qui forme des pasteurs évangéliques, provenant ici d’une sommité évangélique qui assoit son autorité sur ses titres scientifiques.

            Or il est tout à fait cohérent et même nécessaire de réclamer des preuves scientifiques de l’existence d’un Adam historique au chrétien qui se présente comme tel pour parler de sa foi, et enseigner de futurs pasteurs. Question sur l’individu Adam d’autant plus cruciale que tout votre argumentaire sur le libre-arbitre tient ou disparaît avec lui : c’est pour cela que j’ai réagi à votre post.

          • Pascal Denault

            Mais vous oubliez que le barreau #10 vient après le barreau #4 et que le super hamster calviniste avait une fois de plus permis au monde de continuer à tourner rond: http://leboncombat.fr/doctrine-creation/