David Platt : “la masturbation est un acte homosexuel solitaire”

Il n’y a pas de référence directe à la masturbation dans les Ecritures. Le reproche fait à Onan en Gen 38 porte essentiellement sur son refus de se soumettre à la règle du lévirat (certes implicite à ce moment de l’histoire de la rédemption).

Devons nous pour autant la considérer comme “acceptable” ? Non! répond David Platt. Et voici pourquoi :

Dieu a conçu la sexualité pour être relationnelle, mais l’auto-stimulation sexuelle n’est que convoitise.

Dieu a conçu la sexualité pour être vécue dans le cadre d’une alliance, mais l’auto-stimulation sexuelle est sans engagement. 

Dieu a conçu la sexualité pour porter du fruit, mais l’auto-stimulation sexuelle n’en produit aucun. 

Dieu a conçu la sexualité pour être désintéressée, mais l’auto-stimulation sexuelle est centrée sur le moi. 

Dieu a conçu la sexualité comme une union complexe, mais l’auto-stimulation sexuelle est un acte vécu dans l’isolement. 

Dieu a conçu la sexualité pour être un acte hétérosexuel complémentaire, mais l’auto-stimulation sexuelle est un acte homosexuel solitaire. 

Lisez également ce qu’en dit C.S. Lewis.

 

 

David Platt est le président de l’International Mission Board, l’un des organismes missionnaires les plus important au monde. Extrait d’un Sermon en marge de Secret Church 2015)

 

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Guillaume Bourin est pasteur, auteur, et fondateur du blog Le Bon Combat dont il est l'un des administrateurs actuels. Il s'intéresse particulièrement à l'intertextualité et à l'exégèse de l'Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Guillaume est titulaire de deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary, USA) et il est actuellement candidat au doctorat à l'Université d'Aberdeen (Ecosse). Guillaume est l'auteur du livre "Je vous purifierai d'une eau pure" : perspectives bibliques sur la régénération baptismale.