Vers une chronologie du ministère de Paul

Cette étude chronologique s’inspire du cours d’introduction à la littérature paulinienne donné par Aaron Son à Southwestern Baptist Theological Seminary. Le professeur Son, ancien de DTS (Dallas Seminary) et grand spécialiste de Paul, a particulièrement influencé ma lecture du Nouveau Testament et stimulé mon intérêt pour l’exégèse biblique.

Établir une chronologie du ministère de Paul est important pour cerner le contexte historique original de ses épîtres. D’emblée, notons que l’absence d’énoncés chronologiques clairs dans le livre des Actes et dans ses lettres rend difficile la reconstruction précise de la vie de Paul. En règle générale, on procède selon les deux étapes suivantes :

  • La collecte et l’intégration des données historiques et bibliques
  • L’harmonisation des données présentes dans le livre des Actes avec celles des lettres de Paul.

 

 

1- Données historiques et bibliques

Les dates suivantes servent de repaire pour « construire » notre chronologie paulinienne.

 

Gallion proconsul de l’Achaïe

L’inscription de Delphes en Grèce mentionnant le nom de Gallion indique que son mandat en tant que proconsul de l’Achaïe, région dans laquelle se trouvait Corinthe, a approximativement duré de l’an 51 à l’an 53 de notre ère. Selon Actes 18.12-17, Paul a visité l’Achaïe lors de son deuxième voyage missionnaire et a été traduit devant Gallion pour un procès au cours de son séjour de dix-huit mois à Corinthe. Ces données historiques sont fondamentales pour déterminer une chronologie paulinienne.

 

L’expulsion des Juifs de Rome sous Claude

Selon l’historien romain Suétone (La vie des douze Césars, 5.25.4), l’empereur romain Claude (41-54 ap. J.-C.) a expulsé les Juifs de Rome à cause des troubles provoqués par un dénommé « Chrestus. » Les spécialistes estiment généralement que le nom latin « Chrestus » mal orthographié fait référence au Christ (Christus), et datent l’édit de l’an 49 ou 50 de notre ère. En Actes 18.2, Paul rencontre Priscille et Aquilas, un couple qui venait d’être expulsé de Rome, à Corinthe au cours de son deuxième voyage missionnaire : « Là [Corinthe], il [Paul] trouva un Juif nommé Aquilas, originaire du Pont, récemment arrivé d’Italie avec sa femme Priscille, parce que Claude avait ordonné à tous les Juifs de quitter Rome… »

 

La mort d’Hérode Agrippa Ier

Actes 12.19-25 mentionne la mort d’Hérode Agrippa Ier. Cela s’est produit peu de temps avant, après, ou même pendant la visite de Paul à Jérusalem pour venir en aide à l’église en temps de famine (Actes 11.30). Aaron Son pense qu’il mourut environ deux ans avant la visite de Paul à Jérusalem. Selon Flavius Josèphe (Antiquités judaïques, 19.343-352), Hérode Agrippa Ier mourut en l’an 44 (Josèphe dit qu’Hérode régna sept ans au total, quatre ans sous Gaius (Caligula) César et trois ans sous Claude César. Gaius régna de l’an 37 à l’an 41 ap. J.C. et Claude de 41 à 54 ap. J.C.). Paul et Barnabas partirent pour leur premier voyage missionnaire peu de temps après avoir achevé leur visite de soutien aux victimes de la famine.

 

Les règnes de Félix et Festus

Alors qu’il était emprisonné à Césarée après son troisième voyage missionnaire, Paul comparut devant les procureurs romains Félix et Festus. La défense de Paul devant Félix eu lieu peu après son transfert de Jérusalem à Césarée (Actes 24.1-26). Puis, deux ans se sont écoulés. Félix fut succédé par Porcius Festus (Actes 24.27). Dès l’arrivée de Festus dans la province, les chefs des prêtres et les dirigeants juifs portèrent des accusations contre Paul. En tant que nouveau procureur, Festus essaya de gagner la faveur des Juifs en permettant que le procès de Paul se déroule à Jérusalem. Paul savait qu’il n’aurait pas un procès équitable à Jérusalem, alors il fit appel de son cas à César. Festus accéda à la demande de Paul et l’envoya à Rome. Antoine Félix régna sur la Palestine de l’an 52 à l’an 60 et Festus régna de 60 à 62 ap. J.C. Cela signifie que Paul fut emprisonné à Césarée de l’an 58 à l’an 60 et commença son voyage à Rome à l’automne de l’an 60, passa l’hiver sur une île à cause du naufrage et arriva à Rome au printemps de l’année suivante, soit en 61 ap. J.C. Actes 28.30 indique que Paul fut emprisonné à Rome au moins deux ans.

 

La famine sous le règne de Claude

En Actes 11.28, Luc rapporte qu’une famine sévère s’abattit sur tout le monde romain, et cela s’est produit pendant le règne de l’empereur romain Claude. Cette famine est bien documentée dans l’histoire séculière. Paul et Barnabas se rendirent à Jérusalem avec les dons de l’église d’Antioche pour aider les croyants qui s’y trouvèrent frappés par la famine. Claude était l’empereur romain de 41 à 54 ap.J.C.

 

 

 

 

2- Harmonisation les données du livre des actes avec celles des lettres de Paul

Luc mentionne dans les Actes trois visites de Paul à Jérusalem avant d’entamer son deuxième voyage missionnaire :

(1) La première visite, connue sous le nom de « visite de présentation », qui a eu lieu après sa conversion (Actes 9.26-30),
(2) La deuxième visite, la « visite de soutien aux victimes de la famine » qui a eu lieu avant son premier voyage missionnaire (Actes 11:27-30), et
(3) La troisième visite, celle appelée « visite du Concile de Jérusalem », qui a eu lieu entre son premier et son deuxième voyage missionnaire (Actes 15.1-35).

 

L’épître aux Galates, cependant, ne mentionne que deux visites de Paul à Jérusalem :

(1) La première visite, qui a eu lieu trois ans après sa conversion (Gal. 1.18)
(2) La deuxième visite, qui eut lieu quatorze ans plus tard (Gal. 2.1).

 

La première visite mentionnée dans Gal. 1.18 est clairement la même que celle mentionnée dans Actes 9.26-30, c’est-à-dire la « visite de présentation ». Cette visite a eu lieu trois ans après sa conversion. Mais la visite mentionnée dans Galates 2.1 doit-elle être identifiée à la « visite de soutien aux victimes de la famine » mentionnée dans Actes 11.27-30 ou bien à la « visite du Concile de Jérusalem » mentionnée dans Actes 15 ? Certains spécialistes plaident en faveur de la dernière équation. Cependant, je préfère la première thèse.

Plusieurs raisons m’amènent à cette conclusion :

(1) La visite de Paul à Jérusalem mentionnée dans Gal. 2.1 était vraisemblablement une visite privée et non publique ou officielle (Gal. 2.2). La rencontre du Concile de Jérusalem était, elle, très officielle puisqu’elle a rassemblé tous les apôtres et les anciens de Jérusalem, ainsi que les représentants de l’Eglise de d’Antioche et probablement d’autres églises aussi.

(2) Le fait que les dirigeants de l’église de Jérusalem aient recommandé à Paul et Barnabas de « continuer à se souvenir des pauvres » (litt.) sous-entend qu’il s’agissait de la visite de soutien pendant la famine. Sinon, pourquoi auraient-ils mentionné qu’ils devaient « continuerà se souvenir des pauvres » ? (la notion de « continuer » est clairement indiquée par le temps des verbes grecs employés)

(3) Au cours de cette visite, Paul et les Apôtres de Jérusalem convinrent que Paul devait aller vers les païens et eux vers les Juifs. Cet accord a probablement encouragé Paul et Barnabas à entreprendre leur premier voyage missionnaire vers les païens. Il est peu probable que Paul et Barnabas aient initié la mission païenne sans le consentement des Apôtres de Jérusalem.

(4) Paul a probablement écrit sa lettre aux Galates avantle Concile de Jérusalem. L’élément principal qui corrobore cette datation précoce de l’épître est le thème de la question théologique abordée dans la lettre. La lettre aux Galates traite la question de l’adhésion des païens à la loi et aux coutumes juives pour être intégrés à l’Église, cette même question qui fut débattue lors du Concile de Jérusalem. Si Paul avait écrit sa lettre aux Galates après le Concile de Jérusalem, pourquoi reviendrait-il sur la même question déjà tranchée par ce dernier, et pourquoi n’a-t-il pas évoqué le décret officiel publié par le Concile de Jérusalem pour appuyer sa propre argumentation ? Actes 16.4 indique clairement que, lors de son second voyage missionnaire, Paul a transmis aux Églises les décisions prises par les apôtres et les anciens à Jérusalem. Il est donc plus probable que Paul ait écrit la lettre aux Galates aprèsson premier voyage missionnaire, mais avant le Concile de Jérusalem. Cela signifierait alors que la seconde visite de Paul mentionnée dans Galates 2.1 se réfère à la « visite de soutien aux victimes de la famine » d’Actes 11.27-30 plutôt qu’à la « visite du Concile de Jérusalem » d’Actes 15. Par conséquent, sa « visite de soutien aux victimes de la famine », qui a eu lieu pendant son ministère d’un an à Antioche et juste avant son premier voyage missionnaire, a eu lieu « 14 ans plus tard » (Gal 2.1)

 

C’est là l’autre problème que nous devons résoudre : Paul a dit qu’il s’était rendu à Jérusalem pour la deuxième fois quatorze ans plus tard. Ces « quatorze ans » de Galates 2.1 se réfèrent-ils à (1) l’intervalle de temps entre sa conversion et sa deuxième visite ou (2) entre sa première visite, laquelle a eu lieu trois ans après sa conversion, et sa deuxième visite ? En d’autres termes, les trois ans qui ont suivi sa conversion sont-ils inclus dans les 14 ans ou les ont ils précédés ? Dans le premier cas, un intervalle de 14 ans aurait eu lieu entre sa conversion et la deuxième visite. Dans le deuxième cas, l’intervalle serait d’environ 17 ans.

Je privilégie la première hypothèse parce que, dans l’épître aux Galates, l’accent sur la conversion de Paul laisse à penser qu’il se réfère à cet événement dans ses indications temporelles à la fois dans Gal. 1.18 et 2.1. Ceux qui acceptent la séquence B associent inévitablement la deuxième visite mentionnée en Galates 2.1 à la visite du Concile de Jérusalem mentionnée dans Actes 15 ; sinon, la conversion de Paul précèderait la date de la résurrection de Jésus.

 

 

3- Autres facteurs à prendre en considération

En plus des données exposées ci-dessus, nous devons tenir compte de plusieurs autres facteurs :

(1) Paul a passé trois ans en Arabie après sa conversion
(2) Il a passé un nombre d’années indéterminé (environ 10 ans) à Tarse avant qu’il ne soit appelé à l’église d’Antioche
(3) Il a servi l’église d’Antioche pendant environ un an
(4) Lors de son deuxième voyage missionnaire, il a passé environ un mois à Philippes, un mois à Thessalonique, quelques semaines à Bérée, quelques semaines à Athènes, puis un an et demi à Corinthe ;
(5) Lors de son troisième voyage missionnaire, il a passé environ trois ans à Ephèse.
(6) Et, bien sûr, à toutes ces données il faut ajouter les temps de déplacement d’un endroit à un autre, ce qui n’était pas anodin, même si les déplacements étaient facilités par la pax romana.

 

 

4- Suggestion d’une chronologie Paulinienne

En nous basant sur les données historiques et bibliques ci-dessus, nous pouvons maintenant construire la chronologie suivante. Ayez en tête la logique ayant présidé à cette construction et souvenez-vous des événements, des dates et des lettres de Paul.

 

 

Toutes les dates ci-dessus sont généralement estimées à +/- 2 ans près.

 

 

 

Ces ressources pourraient vous intéresser :

 

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Guillaume Bourin est pasteur de l'Église réformée baptiste de la Trinité, à Montréal (Québec, Canada). Il s'intéresse particulièrement à l'exégèse et à l'intertextualité de l'Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Guillaume est l'auteur du livre "Je vous purifierai d'une eau pure" : perspectives bibliques sur la régénération baptismale. Il est titulaire de deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary, USA) et il est actuellement candidat au doctorat à l'Université d'Aberdeen (Ecosse).