10 points d’évaluation pour un sermon efficace

Olyott

Beaucoup sont au bénéfice du ministère pastoral de Stuart Olyott. Orateur apprécié dans le monde entier, il est régulièrement l’invité de conférences internationales. 
De 1982 à 1991, il a été le pasteur de l’eglise Réformée Baptiste de Lausanne, en Suisse. Ses prédications en Français datant de cette période sont rassemblées sur ce site web qui lui est consacré. 

Stuart Olyott est l’auteur de plusieurs livres, dont “Preaching Pure and Simple“, qui a été publié en Français aux éditions Europresse sous le titre “Prêcher comme Jésus“.
Cet article est une synthèse réalisée par l’auteur des principaux points exposés dans ce livre.
S. Olyott s’en sert pour évaluer les sermons des prédicateurs qu’il forme. 



Une bonne prédication est composée de dix éléments constitutifs
– Stuart Olyott

1- Précision exégétique

  • Est-ce que le sermon expose clairement, simplement et fidèlement le passage ?
  • Le message est-il accessible, bref et concis ?
  • Est-ce que le passage est expliqué dans son contexte historique ?
  • Est-ce que la profondeur du sermon convient pour la longueur du passage ?
  • D’autres passages de l’Écriture sont-ils cités pour aider à la compréhension ?

 

2- Substance doctrinale

  • Quelles doctrines sont enseignées ?
  • Le message est-il théologiquement solide ?
  • Quel enseignement important au sujet de Dieu -le Père, le Fils ou l’Esprit-Saint- peut on y trouver ?

 

3- Structure claire

  • Ce sermon a t-il une structure claire ?
  • L’introduction l’établit-elle avec pertinence ?
  • Les transitions entre les points sont-elles claires ?
  • Les points sont-ils facilement mémorisables ?
  • Le point précédent est-il rappelé avant de passer au point suivant ?
  • Le sermon a t-il une conclusion convaincante avec un challenge pour la vie chrétienne ?
  • Le sermon appelle t-il à une réponse de l’auditeur, par exemple au moyen d’un oui ou d’un non ? (exemple : oui à Christ ou non au péché)

 

4- Illustrations vivantes

  • Est-ce que le sermon contient des illustrations ?
  • Le sermon fait-il pleinement usage des illustrations contenues dans le passage (ou d’autres passages bibliques cités) ?
  • Y a t-il des illustrations contemporaines, et pas seulement des illustrations issues du passé ?
  • Les illustrations utilisées contiennent-elles des parties narratives (histoires, anecdotes, humour, etc…) ?

 

5- Applications

  • Les applications sont-elles faites tout au long du sermon (et non laissées à la fin) ?
  • S’adressent-elles à la fois à la sainteté des croyants (défi) et à son encouragement (foi) ?
  • Le sermon comprend t-il des applications pour les incroyants (le repentir, la foi, le temps qui est court, etc…) ?

 

6- Urgence spirituelle

  • Est-ce que le sermon a un objectif précis, et est-ce qu’il pousse activement en direction de ce point ?
  • Comment les auditeurs le ressentent à chaque étape ?

 

7- Christocentricité

  • Le sermon prêche t-il Christ et Christ crucifié ?
  • Quels sont les enseignements qu’il contient sur la personne de Christ et sur son œuvre ?

 

8- Communication efficace

  • Est-ce que la vitesse du débit de parole rend le sermon facile à suivre ?
  • Le volume – méfiez-vous d’être trop calme et de laisser tomber la voix à la fin des phrases.
  • Le ton général – il a besoin d’être tendre, pastoral et amical
  • Les mots : ils devraient être simples. Les mots plus difficiles sont-ils expliqués ?
  • Projection – La voix doit être “projetée“
  • Les différents types de tons – ils devraient être variés
  • Elocution – elles doit être claire.
  • Le discours est il absent de mots qui ne sont pas des mots (comme “euh…“) ou  de mots qui reviennent trop régulièrement et qui ont tendance à rendre le discours confus (comme “ok ?“ ou “d’accord ?“ ou encore “n’est-ce pas ?“)
  • Pauses dans le discours – elles sont parfois nécessaires. Sont-elles utilisées à bon escient ?
  • Combien de questions sont posées? Comment sont-elles utilisées : challenge ? didactique ? servant à véhiculer des informations ? à mettre en mouvement ? incitent à s’engager?

 

9- Ethos

  • Est-ce qu’un contact visuel est fait ?
  • Est-ce que le visage reflète la vérité exprimée ?
  • Est-ce que la posture et les gestes semblent naturels ?
  • Est-ce que l’apparence du prédicateur est appropriée, et donne l’impression qu’il a quelque chose d’important à dire ?

 

10- Autorité surnaturelle

  • Les auditeurs peuvent-ils sentir une onction de Dieu sur le message ?
    ⇨        Prier avec ardeur pour cela. Chercher le visage de Dieu par dessus tout.

 

 

 

Objectif personnel de Stuart Olyott :
Prêcher de telle manière qu’après chaque sermon, chaque personne puisse dire : “c’est le meilleur message que j’ai entendu !”

Réflexions et ressources d'édification centrées sur Dieu

  • Merci beaucoup pour ce résumé du livre de Stuart Olyott. Ces points sont très importants, mais il est dommage que l’auteur ait placé le point relatif à l’onction (autorité surnaturelle) en position 10, alors que, spirituellement, il devrait venir en première position!

    Voir ci-dessous comment Leonard Ravenhill et E.M. Bounds voient l’importance de l’onction dans la prédication :

    http://sentinellenehemie.free.fr/ravenhillleonard1.html

    http://sentinellenehemie.free.fr/embounds3.htm

    • Bonjour,

      Merci pour ces liens!

      Vous avez bien sur raison, c’est l’onction spirituelle qui donne au sermon toute sa puissance.
      Dieu se sert de moyens et autres causes secondaires pour accomplir son plan, parmi lesquels se trouvent certains des éléments cités ici.

      Deux précisions :
      1- Cet article ne respecte pas nécessairement l’ordre de l’ouvrage de S. Olyott, mais il constitue plutôt le document de travail dont il se sert pour évaluer les sermons des prédicateurs qu’il forme.
      Attendu que l’onction spirituelle est un critère difficilement évaluable objectivement, et qu’elle s’appréhende essentiellement sur la globalité du sermon, il n’est pas étonnant de la retrouver à la fin.
      Par contre, dans son ouvrage (que je recommande), elle est présente partout, dès le début.

      2- Ne voyez pas l’ordre des points l’indication d’une priorité. Si l’onction spirituelle est mentionnée à la fin, c’est qu’elle est justement ce vers quoi tous les autres points doivent tendre.

      Merci pour votre travail et pour votre site.
      En Christ,
      Guillaume

  • Patricia

    Étant québécoise, je ne connais pas ce prédicateur, mais je suis très excitée à l’idée de pouvoir l’entendre grâce au site Web. Merci encore!

%d blogueurs aiment cette page :