Un rappel essentiel pour quiconque veut défendre la Bible

Notre ami Matthieu Giralt lit actuellement L’institution chrétienne, l’ouvrage phare de Jean Calvin. Et il ne cesse d’en relever les meilleures pépites.

En voici une, qui rappelle le rôle essentiel de l’Esprit de Dieu dans la compréhension et la défense des Ecritures :

Il y a de bonnes personnes qui, voyant les incrédules et les ennemis de Dieu murmurer contre la Parole, regrettent de ne pas avoir en main une bonne preuve pour leur clore immédiatement la bouche. Mais elles se trompent en ne voyant pas clairement que l’Esprit est le sceau et les arrhes qui confirment notre foi, nos esprits ne faisant que flotter pleins de doutes et d’hésitations jusqu’à ce qu’ils en soient illuminés.
(IC, I.7.4)

Tous nos argumentaires ne valent rien, à moins que l’Esprit de Dieu n’éclaire celui auquel nous les adressons.

Plaider avec Dieu devrait, de loin, être notre tâche prioritaire, lorsque nous cherchons à défendre les Ecriture ou à convaincre nos contacts de sa véracité.

 

 

 

 

Réflexions et ressources d'édification centrées sur Dieu

  • Etienne Omnès

    Dommage qu’on ne développe pas un peu plus 🙂 L’humilité dans l’apologétique est pourtant tellement fondamentale. Je dis cela parce que j’ai déjà fauté dans le domaine.

    -Si le St Esprit est le seul capable de convaincre, alors cela veut dire que nous devons faire attention non pas à avoir à la logique la plus pure, mais avoir la conduite la plus pure. En effet, le St Esprit résiste aux orgueilleux, mais il accorde sa faveur aux humbles. Peu importe si l’orgueilleux est doué ou intelligent, son orgueil déclenchera l’opposition de l’esprit. L’humilité est plus importante que la réthorique.

    -Si nous avons « compris » et accepté le christianisme, ce n’est pas parce que nous sommes plus intelligents ou moins fou que le reste de l’humanité. C’est parce que le St Esprit nous l’a fait comprendre. La compréhension et la conviction ne sont donc pas la récompense des intelligents, mais le salut des aveugles.

    Dans les deux cas, on aboutit au même enseignement: le début et la trame de la sagesse, c’est l’humilité.

%d blogueurs aiment cette page :