Un appel au discernement !

Il y a des hommes qui ont été de véritables dons pour l’église de Jésus-Christ, Pierre Courthial (1914-2009) est l’un d’entre eux.

Le dernier numéro de la Revue Réformée vient d’être publié et nous offre l’une de ses conférences dont le titre était “Menace sur le caractère chrétien des institutions chrétiennes”.

Cet article est tout simplement un véritable bijou, et l’auteur y fait preuve d’un véritable courage et d’un profond discernement.

Voici une réflexion qui m’a saisi et qui est profonde :

Toute institution chrétienne – tant dans son ensemble que dans chacun de ses membres – doit constamment faire face à des tentations, qui sans cesse se renouvellent, ainsi qu’à des pièges formidables que notre adversaire, qui rôde comme un lion rugissant,, cherchant qui dévorer (1 Pierre 5.8), place habilement sous nos pas.

Nous voyons ces puissances s’associer aux hommes ; elles se trouvent à l’arrière-plan des organisations et des Etats, lorsqu’ils se dressent, ouvertement ou de manière secrète, contre Dieu et contre la Foi délivrée une fois pour toutes aux saints. Elles se trouvent à l’ombre, pour ainsi dire, des pseudo-chrétiens, des faux frères et de tous ceux qui se consacrent à enseigner l’erreur et le mensonge.

De tels hommes animés d’un esprit impie se trouvent même à l’intérieur des églises et au sein des institutions chrétiennes. Tout en se trouvant à l’intérieur de l’institution chrétienne, ils n’appartiennent ni au Christ, ni à son Eglise. Derrière de tels hommes, et avec eux, se trouvent les démons eux-mêmes et leur prince.

Ces puissances ténébreuses sont d’une grande vigilance ; elles agissent de manières diverses, ne manquant jamais de trouver leurs complices parmi ceux qui demeurent dans le péché ; elles agissent même, hélas, dans le cœur des chrétiens les plus fidèles. Tout ceci, il nous faut bien en avoir conscience et surtout ne jamais l’oublier !

(…) En fait, le fétichisme scientifique, au lieu d’accroître et d’améliorer notre connaissance, comme il a la prétention de le faire, la réduit et a fini par l’anéantir ; pire encore, il déforme et dégrade toute véritable connaissance et ce, d’autant plus que celle-ci dispose de moyens et d’instrumentations toujours plus efficaces.

Ainsi, les techniques remarquables (hélas!) au service de l’idole Science, au lieu de servir le Dieu vivant, finissent par susciter une dépersonnalisation abominable de l’homme créé à l’image de Dieu. Disons-le sans ambages : certaines “expériences” biologiques, psychanalytiques, politiques ou herméneutiques pratiquées de nos jours ont un caractère clairement marqué d’un sceau spécifiquement démoniaque.

Et cependant, nous voyons des membres dirigeants des institutions chrétiennes donner une place toujours plus grande à un fétichisme scientifique si dégradant, sans même chercher à savoir ce qu’il en est véritablement. Ils le font, soit par souci d’une apologétique académiquement conformiste et donc viciée, soit par un désir de se faire admettre dans les cercles supérieurs du savoir, tel qu’il est reconnu par l’Académie en place.

C’est ainsi que, dans des différents domaines, ces membres dirigeants des institutions chrétiennes sont prêt à reconnaître et à admettre des dogmes chrétiennement interdits, contraire aux enseignements de la révélation scripturaire.

Cet avertissement peut paraître sombre (je vous invite à lire l’article en entier), mais il faut le recevoir comme un encouragement à la fidélité à la Parole de Dieu qui est infaillible, inerrante, suffisance et nécessaire.

Car cela commence bien ici, dans notre réception ou non de la Bible comme Parole de Dieu. Il n’existe pas de troisième voie : soit elle est Parole de Dieu transmise par ses apôtres et prophètes, soit elle ne l’est pas.

Ce n’est qu’ainsi que nous apprendrons à nous soumettre à la Parole de Dieu pour être  renouvelés dans nos cœurs et nos pensées grâce à l’action puissante du Saint-Esprit. Semper reformanda !

 

DS

 

 

 

 

 

Je suis marié, et le Seigneur nous a fait la grâce d’avoir trois enfants. Je suis actuellement Pasteur Stagiaire sur Montréal. Je suis passionné par le Nouveau Testament, la théologie systématique et l’herméneutique. J’affectionne particulièrement les écrits des réformateurs, de Cornelius Van Til, Vern Poythress, John Frame, Greg Beale et John Piper.

  • Serge

    Bonjour . Comment se procurer l’article complet ? Sur le site de la Revue Réformée ce dernier numéro n’apparaît pas . Merci .

    • Bonjour Serge,

      Je suppose que Daniel fait référence au dernier numéro au format papier. Il y a un décalage d’environ un an avant qu’il ne se retrouve en libre accès sur le web.

      Bien à vous.

      • …exactement, pour l’instant cet article est uniquement disponible dans son format papier. Pour ceux qui le peuvent, c’est une bonne occasion de s’abonner :-).

  • Chaque génération doit prendre position… et s’éloigner de la « foi » simple efficace, parfois déstabilisante est souvent le propre de l’homme

  • Fred

    Bonjour,
    Pourriez-vous m’indiquer le numéro de la revue concernée par cet article ? (Menace sur le caractère chrétien des institutions chrétiennes)

    Cordialement.

    • Daniel est actuellement en déplacement, et je ne suis pas sur qu’il verra ce commentaire. Je vous conseille d’écrire directement à la faculté Jean Calvin, qui édite cette revue, ou de prendre contact directement via le site de Revue Réformée.

  • Adrien

    L’article est-il désormais accessible sur internet ? Je ne le trouve pas. J’ai cherché ici: http://larevuereformee.net/articlerr/n253 mais je n’ai pas trouvé.
    Sinon, comment se le procurer ?

    • Salut Adrien,

      Les articles de la Revue Réformée sont mis en ligne environ un an après leur parution papier. Je pense qu’il s’agit du prochain qui sera mis en ligne. Si tu veux plus d’info, contacte le webmaster de Un Poisson dans le Net (Jean-Michel) : c’est lui qui édite la Revue Réformée online. Il saura t’en dire plus.

      Take care
      gb

%d blogueurs aiment cette page :