Trois bénéfices de la résurrection de Jésus-Christ

Alors que nous venons tout juste de célébrer la résurrection de Jésus-Christ, il est légitime de soulever la question du bénéfice que nous pouvons en retirer. 

Le Catéchisme de Heidelberg, l’une des premières confessions de foi de la Réforme (1563), nous en propose trois.

 

Question 45 : Quel bénéfice nous revient-il de la résurrection du Christ ?

 

Premièrement, puisqu’il a vaincu la mort par sa résurrection (1 Cor. 15:4), nous pouvons participer à la justice qu’il nous a acquise par sa mort
(Rom. 4:25; 1 Cor. 15:16-20; 1 Pie. 1:3-5).

 

Deuxièmement, nous sommes nous aussi, dès à présent, ressuscités par sa puissance pour une vie nouvelle
(Rom. 6:4-11; Éph. 2:4-6; Col. 3:1-5).

 

Troisièmement, en la résurrection du Christ, nous avons un gage certain  de notre glorieuse résurrection future
(Rom. 8:11; 1 Cor. 15:12-23; Phil. 3:20-21; 1 Pie. 1:21).

 

 

Guillaume Bourin est le fondateur du blog Le Bon Combat et l'un de ses administrateurs actuels. Il s'intéresse particulièrement à l'intertextualité et à l'exégèse de l'Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Guillaume est titulaire deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary, USA) et il est actuellement candidat au doctorat à l'Université d'Aberdeen (Ecosse).

  • m

    Bonjour,

    …J’ai laissé Trophim malade… Oui bien sûr étant encore dans ce monde nous y subissons la maladie, l’épreuve et toutes autres difficultés inhérentes la nature de celui qui est le prince du monde. Mais le même a pu dire en hébreux que les héros de la foi, en autres choses, « reprirent des forces après avoir été malades » je peux conjecturé que ce fut le cas de Trophim et de l’assistant fidèle qui s’est épuisé littéralement pour le service mais Dieu est fidèle et bon et la nouvelle alliance qui est supérieure à l’ancienne tient ses promesses de guérison de l’âme et du corps ensemble puisqu’ils sont intimement imbriqués. C’est vrai que la guérison est le salut de notre corps malade. En fait notre Père sait bien de quoi nous avons besoin non ? La guérison en fait partie, restons dans la foi que ce Père a donné un plan parfait de restauration totale ; ce qui nous incombe, c’est de l’honorer par notre foi .

%d blogueurs aiment cette page :