Et si Dieu aimait les tatoués… ET les tatouages ?

Les tatouages ! Voilà que je me penche sur un sujet particulièrement clivant et difficile. Les tatouages sont devenus tellement communs dans notre culture que les aborder est presque contre-productif. Les chrétiens savent d’ailleurs très bien que les non-croyants eux-mêmes ne sont pas en accord sur ce sujet. Nombre d’entre eux n’aiment pas cette pratique. S’ajoute à cela les différentes justifications peu en accord les unes avec les autres qui sont invoquées pour le tatouage : sensibilité artistique, commémoration, religion, effet de mode, ou encore symbole d’attachement à quelqu’un ou à quelque chose.

Même si nous voulions donner une “teinte chrétienne” à cette discussion, il faut reconnaître que les données bibliques sont bien maigres au regard de l’étendue de nos questionnements. Néanmoins, certains principes bibliques, je le pense, peuvent apporter un éclairage le chrétien et le tatouage.

 

Dans l’histoire

Sans conteste, la pratique du tatouage est ancienne. La culture Chinchorro d’Amérique du Sud en faisait grand cas depuis des temps reculés. [1] Bien entendu, les archéologues doivent se baser sur des résidus de peau afin de pouvoir dater la pratique du tatouage.

Dans un tableau récapitulatif, Deter-Wolf (et avec lui  d’autres spécialistes) compare toutes les découvertes archéologiques en la matière ; il établit qu’Ötzi, le fameux “homme des glaces”, est l’une des plus anciennes, remontant à la période comprise entre 3370 et 3100 av. J.C. Certaines momies tatouées ont été également trouvé dans tombeaux égyptiens. Elles datent probablement de la période 2300-1500 av. J.C. [2] Les raisons de ces marquages n’étaient pas toujours religieuses, y compris durant la période paléolithique. Fait intéressant, dans l’Egypte ancienne, la raison principale pourrait avoir été la poursuite d’une meilleure santé.

Cependant, comme nous le verrons plus tard, les auteurs du Nouveau Testament regardaient le tatouage comme un acte profondément religieux. Aujourd’hui, cependant, les tatouages sont avant tout considérés comme un art de modification du corps. [3]

 

 

Dans la Bible

L’Ancien Testament mentionne une pratique ancienne qui semble similaire à nos tatouages modernes.

La première occurrence se trouve en Lév. 19:28, où le terme utilisé (kĕṯōḇeṯ) est un hapax, c’est à dire un terme qui n’est utilisé qu’une seule fois dans toute la Bible. Cependant, il ne me semble pas que ce texte constitue une prohibition générale. En Egypte, les esclaves étaient marqués du nom de leur dieu ou du Pharaon, et je suppose que certains Israelites devaient eux aussi porter de tels tatouages (contre leur volonté) alors qu’ils vivaient dans ce pays. Nous savons également que les Israelites marquaient le corps de leurs esclaves (cf. Ex. 21:6; Deut. 15:17).

Jacob Milgrom, spécialiste de premier plan du livre du Lévitique, pense que cette loi n’est pas un prohibition générale contre une pratique de deuil sanglante ou contre le tatouage en général, mais qu’elle a pour but ultime l’abolition de l’esclavage en Israel (voir Lév. 25:29-43). Malgré cet avis éclairé, nous croyons que les tatouages étaient bannis en raison de l’appartenance des Israelites à Dieu, et non à des dieux étrangers, comme nous allons le voir maintenant.

Les quelques exemples qui vont suivre démontrent qu’en réalité Dieu aime les tatouages. Yahweh a même gravé le nom des siens sur les paumes de ses mains (Es. 49:16). Bien qu’Edward J. Young estime que le verbe hqq, qui signifie “couper au travers” ou “tracer”, ne se réfère pas au tatouage dans ce passage [5], une rapide recherche dans la Bible hébraïque suggère l’inverse. La plupart des 19 occurrences de ce verbe font référence au tracé d’images ou à des inscriptions sur un support comme un mur, le ciel, ou la main (Gen. 49:10; Nom. 21:18; Deut. 33:21; Jug. 5:9; Ps. 60:9; Prov. 8:15). [6] La racine hqq est d’ailleurs relativement fréquente en Esaïe (10:1; 22:16; 30:8; 33:22). Dans ce contexte, le tatouage est un rappel permanent de l’amour fidèle que Dieu a pour nous. L’idée est de graver dans la chair quelque chose, dans le but de le garder constamment à l’esprit. [7]

Bien sur, Dieu n’a pas de main physique, mais cet antropomorphisme nous rappelle que nous appartenons au seul Dieu vivant. Ceux qui prennent offense des tatouages devraient se demander pourquoi Dieu les grave métaphoriquement sur ses mains si agir de la sorte est un péché.

 

J’aimerais maintenant me tourner vers le Nouveau Testament. Le verset le plus populaire utilisé contre la pratique du tatouage se trouve en 1 Cor. 6:18-20. Détachons-nous un instant de l’usage qui, malheureusement, en est souvent fait et replaçons ces versets dans leur contexte immédiat. Celui-ci est clairement celui de l’immoralité sexuelle.

Les corinthiens professaient un certain dénigrement du corps, ce qui les conduisait à penser qu’il pouvait être utilisé pour toutes sortes de pratiques débauchées. Ce que Paul affirme dans ce contexte, c’est que la résurrection de Christ a joint spirituellement nos corps à celui de Christ dans les cieux. D’autre part, puisqu’un acte sexuel fait qu’un homme et une femme deviennent “une seule chair”, cela n’affecte pas seulement le corps mais aussi l’âme, et de manière plus importante encore le Saint Esprit qui habite dans nos corps.

Mais, pourrait-on objecter, ce qui est-valable pour les péchés sexuels ne le serait-il pas pour les autres pratiques dégradant nos corps, comme le tatouage ? Il faut garder en tête que les péchés sexuels, dans ce passage notamment, sont clairement distingués des autres péchés. Trois approches sont souvent invoquées pour expliquer cette distinction :

  • L’approche quantitative (Calvin, Barrett, Conzelman), qui implique que les péchés sexuels sont plus destructeurs que les autres.
  • L’approche qualitative, qui affirme que les péchés sexuels sont “qualitativement” les pires (Fee, Bruce)
  • L’approche qualitative-particulière (Fisk, Garland) suggérant que le péché sexuel affecte davantage le corps et en conséquence fait violence à Christ et à l’Esprit comme à son propre corps.[8]

 

Paul ne parle de péchés qui font injure à nos corps, tels l’alcoolisme, la gloutonnerie, le suicide, l’automutilation… mais plutôt d’un péché qui joint l’acte au corps de Christ.[9] Par conséquent, placer une pratique culturelle ou sociétale -le café, la cigarette, les tatouages, ou encore l’accoutrement- au même niveau que l’immoralité sexuelle ne rend pas justice au contexte de ce passage

 

 

Pouvons-nous pratiquer le tatouage ?

À la lumière de ces données historiques et bibliques, nous pouvons dégager certains principes afin de déterminer si oui ou non nous pouvons être tatoués.

Premièrement, la toute première raison biblique pour rejeter les tatouages n’était pas physqique, mais religieuse. Si les chrétiens portaient des tatouages pour symboliser leur relation avec un faux dieu, Lév. 19:28 pourrait peut-être s’appliquer à eux. Dieu ne souhaite évidemment pas que notre cœur soit partagé. Cependant, de ce que je constate, la plupart des tatouages modernes font écho à un effet de mode. Même si certains voulaient invoquer 1 Cor. 6:20 et user de l’image de notre corps comme le temple du Saint-Esprit, nous avons vu que même certains péchés explicites ne profanent pas nos corps comme l’impureté sexuelle le fait. Pourquoi donc l’appliquerions-nous au tatouage?

Deuxièmement, il paraît difficile de se positionner contre les tatouages lorsqu’ils représentent notre relation avec Dieu, surtout quand Dieu indique s’être marqué (métaphoriquement) pour ses bien aimés. Si les tatouages vous heurtent et vous choquent, n’appliquez-vous pas à une double règle de jugement en acceptant que votre nom soit “écrit sur la paume de Ses mains” ?

Troisièmement, et de manière bien plus importante, il est sans doute préférable d’éviter ou du moins d’user de modération dans l’usage des tatouages, et ce dans le but de ne pas porter offense au “faible” dans la foi, (Rom. 14:15 ; 1 Cor. 8:13). Car qu’est-il plus important ? Vous et votre style, ou l’âme des enfants de Dieu qu’il a racheté par son précieux sang ? En conséquence, vous qui envisagez de vous faire tatouer, agissez-vous dans l’amour envers ceux que les tatouages offensent ? Songez qu’en agissant de cette manière, nos tatouages peuvent devenir des péchés contre Dieu (1 Cor. 8:12). Dieu peut transformer le cœur de ceux qui ne peuvent supporter les tatouages, mais il est patient envers eux. Êtes-vous plus dieu que Dieu, puisque Dieu lui-même les a acceptés (Rom. 14:3)

Enfin, ceux qui envisagent les tatouages comme des péchés et qui en sont scandalisés doivent impérativement grandir. Paul ne vous donne pas réellement d’excuse pour votre faiblesse en Rom. 14 ou en 1 Cor. 8:7-13, mais il reprend plutôt le “fort” comme le “faible”. [10] L’amour pour Dieu du chrétien tatoué est bien plus important que la marque qu’il porte sur son corps. Mais en jugeant le prochain par ses tatouages, vous envoyez un signal erroné, à savoir que l’apparence extérieure est plus importante que la disposition intérieure, que la foi en Christ.

Regardez donc : la main de votre Père céleste, votre nom tatoué au creux de sa paume, est tendue vers vous !

 

 

Notes et références

[1] Aaron Deter-Wolf, “The Material Culture and Middle Stone Age Origins of Ancient Tattooing” Zurich Studies in Archaeology, no9 (2013):16. Deter-Wolf estime que la pratique du tatouage pourrait être apparue environ 8000 ans avant notre ère, bien que cela soit sujet à débat. Une chose est sure, la chose est fort ancienne.

[2] Deter-Wolf, Robitaille, et al., “The World’s Oldest Tattoo,” Journal of Archeological Science, no5 (2016): 3.

[3] Michael Atkinson, Tattooed: The Sociogenesis of a Body Art, (Toronto: University of Toronto Press, 2003), 3-4.

[4] Jacob Milgrom, Leviticus 17-22, The Anchor Bible Commentary (New York: Doubleday, 2000), 1694-5.

[5] Edward J. Young, The Book of Isaiah, vol. 3 (Grand Rapids, MI: Eerdmans, 1972), 285-6.

[6] Le verbe חָקַק possède un large champ sémantique : il peut également désigner un symbole d’autorité ou d’appartenance. Par exemple, l’euphémisme de Gen. 49:10 suggère que son usage en tant que participe (“bâton/sceptre”) désigne les organes génitaux. Lisez la discussion dans Gordon J. Wenham, Genesis 16-50, Word Biblical Commentary vol. 2, (Waco, TX: Word Books, 1994), 446-7.

[7] John D. Watts, Isaiah 34-66, Word Biblical Commentary vol. 25, (Waco, TX: Word Books, 1987), 189.

[8] Bruce N. Fisk, “Porneyein as Body Violation: The Unique Nature of Sexual Sin in 1 Corinthians 6:18,” New Testament Studies no42 (1996): 540-58.

[9] David E. Garland, 1 Corinthians, Baker Exegetical Commentary on the New Testament, (Grand Rapids: MI, Baker Academic, 2003), 238.

[10] Douglas J. Moo, The Epistles to the Romans, The New International Commentary on the New Testament, (Grand Rapids, MI: Eerdmans, 1996), 838.

 

 

 

<p>Njato est étudiant en Ancien Testament et en Théologie Biblique à la faculté SWBTS (Fort Worth, Texas). Il dispose d’un Bachelor en Théologie de London Theological Seminary.</p>

  • Emmanuel

    Il est certain qu’on ne peut juger personne en rapport à ses
    tatouages, et je connais des tatoués qui font partie de l’église,
    d’autres non. Ce qui me gêne là-dedans est de se baser sur le fait que
    Dieu ait tatoué nos noms sur ses mains. (déconseillé par les tatoueurs
    car effaçable) Métaphore étrange au milieu d’autres qui parlent de nos
    noms gravés dans son cœur ou encore dans le livre de vie. En tant que
    chrétien je suis appelé à rompre avec toute allégeance, qu’elle soit
    institutionnelle, culturelle, tribale car elles sont des sécurités
    confortables m’empêchant de me mettre en marche de manière plus radicale
    avec Christ. C’est valable pour un attachement à une institution
    ecclésiale au même titre qu’une autre.
    Quant aux tatouages de
    sensibilités, marquages d’événements antérieurs, animal préféré, et bien
    d’autres, je n’ai à dire à leur propos qu’ils ne font qu’être un reflet
    de ce que nous sommes, ou plutôt de ce que nous croyons être, car Dieu
    nous voit différemment. Ils sont toujours partiellement faux au mieux,
    et au pire pouvant conditionner notre être. Je trouve cela dangereux de
    se fier à un portrait chinois pour déterminer qui je suis. (Je suis
    conscient de sa potentielle efficacité, mais Dieu est bien meilleur
    Tatouages
    « profanes » écarté, car représentatif de liens néfastes à ma relation à
    Dieu, j’en viens aux représentations pieuses de Dieu, comme le poisson,
    la croix… Je n’ai pas particulièrement d’argument contre, sauf
    peut-être un, ou plutôt une question : les pharisiens et Jésus
    avaient-ils le même Dieu ? Les pharisiens priaient-ils le même Dieu,
    plein d’amour et de miséricorde, ou étaient-ils aux prises avec une
    religiosité mettant Dieu à part pour privilégier un culte recherchant le
    regard des hommes ou se contentant d’être bon chrétien tout en jugeant
    les autres ? Il vaut mieux s’assurer que nous prions Dieu notre Père et
    non le cultuel religieux dans le fait de se marquer visiblement du signe
    de Dieu. A ceux qui souhaitent démontrer leur appartenance à Dieu, je
    leur conseille de relire d’abord Matthieu 6 avant de songer au tatouage.
    L’étendard de Christ ne se voit pas, Paul n’a pas dit en Rm 13 « revêtez
    une aube ou tatouez-vous du signe de l’Agneau, » mais bien :
    « revêtez-vous du Seigneur Jésus-Christ, et n’ayez pas soin de la chair
    pour en satisfaire les convoitises. »
    Je suis persuadé du fait que celui qui se tatoue dans sa foi préfère une
    version plus démonstrative de la spiritualité qui n’est pas conseillée
    par
    Jésus. Ce qui plait à Dieu est de le chercher nuit et jour, et plutôt
    que de songer à notre style ou de la manière la plus efficace de
    convaincre ou d’évangéliser. Si l’Ecriture a tant d’importance, pourquoi
    négliger un commandement aussi explicite que Lv 19 ? Ce que
    Jésus-Christ vient révolutionner dans cette loi est que les tatoués ne
    sont plus exclus du Règne de Dieu, mais ce n’est pas parce qu’Il a
    accompli la Loi que la convoitise ou l’adultère ne sont plus péchés. Il
    en va de même pour le tatouage, surtout si il représente une idole ou
    une fausse image de Dieu.

    • David

      Je suis assez d’accord avec toi, Emmanuel, je pense également que le tatouage est une manière de satisfaire notre chair, et va donc plutôt à l’encontre de ce que Dieu nous demande.

      Pour ma part, je me suis fait tatouer il y a plusieurs années, et la raison était double, l’une était pour me faire remarquer et attirer les regards, et l’autre était en signe de rébellion, « ni Dieu ni maître », mon corps m’appartient et j’en fais ce que je veux (je précise que j’étais chrétien à l’époque, mais rétrograde).

      Aujourd’hui j’ai toujours mon tatouage qui est situé dans mon dos, il fait parti d’un passé que je regrette, mais qui fait aussi partie de ma vie.

      Je précise toutefois que je me suis repenti depuis, et si ce n’était pas si cher je l’aurais fait enlever.

      Quoi qu’il en soit, je suis en paix avec Dieu, même si ma chair est marquée (par mon péché), le plus important c’est ce qu’il y a dans mon cœur et non sur mon corps (« l’homme regarde à ce qui frappe les yeux, l’Eternel regarde au coeur », 1 Sa 16.7)

      Pour les chrétiens qui voudraient se faire des tatouages, je leur conseillerai de bien discerner les réelles motivations pour le faire, et qu’ils agissent ensuite selon leurs convictions, tout en gardant ce principe en mémoire de ne pas être une occasion de chute pour son frère ou sa sœur, pour qui se faire tatouer serait un péché.
      Fraternellement, David.

      Puissions nous toujours agir pour la seule gloire de Dieu.

    • Njato Razafimbahiny

      Merci pour votre commentaire. C’est un grand plaisir de constater que vous avez pri le temps de lire mon article.
      Je partage votre avis: (1) qu’il ne faut pas negliger l’aspect culturel. Nous, les chretiens, nous devons metre en valeur l’evangile et les valeurs spirituelles dans la vie.

      (2) Moi aussi je trouve que de se fier à un portrait chinois pour déterminer qui je suis est dangereux. Au fait, je prend Lev 19:28 dans ce sense-la. Dieu ne veut pas in tatouage qui a une connotation de l’idolatrie.

      (3) Jesus a accompli les commandements de l’Ancient Testaement, y compris Lev 19:28.

      Pourtant, (1) il me semble que vous avez contredit vous-meme en disant, « Si l’Ecriture a tant d’importance, pourquoi
      négliger un commandement aussi explicite que Lv 19 ? »

      (2) Qui est plus grave, en terme de construction theologique, s’accrocher sur un verset ou la signification du mot tatouage est questionable? Je vous rapelle que le mot Hebreux est un apax (ulilise un seul fois dans la Bible). Ou s’appuyer sur une metaphore ou le mot Hebreux haqaq apparait 19 fois dans l’Ancient Testament. La forme substantive du haqaq signifier burin, graveur, sceptre.

      Que Dieu vous benisse!

      Njato

  • Donerse Croissant

    Ceci est de loin le plus pauvre article que j’ai lu sur ce site. C’est bien dommage je pense, car d’habitude les articles sont excellents. Se baser sur Esdras 49:16 pour dire que le tatouage est quelque chose que Dieu non seulement approuve et aime fait preuve d’un manque de fondement théologique énorme, on ne peut pas déclarer que Dieu veut qu’on fasse quelque chose ou une autre sur un passage claire poétique et allégorique. Et d’ailleurs en admettant que le sens est métaphorique vous détruisez vous même votre argument car de la même manière nos noms sont métaphoriquement gravé dans la paume de la main de Dieu, le nom de chacun de mes enfants, de mon mari et de mes frères et soeurs en Christ son gravé dans mon coeur, et le nom de Dieu lui est gravé sur moi, il me suffit de me regarder moi et le reste de la création pour penser à Dieu. Seconde chose votre constatation sur le tatouage faisant écho à un effet de mode manque d’approfondissement. Certes l’effet de mode est là mais qu’est ce qui se cache dessous sinon le manque d’acceptation de soi, telle que Dieu à créer la personne, l’effet de mode aujourd’hui est de vouloir se modifier, « s’embellir » j’insiste sur les guillemets, d’où les chirurgies esthétique quelle plus belle exemple à prendre si on veut parler d’effet de mode. On peut aussi parler de modifications corporelles excentriques comme c’est homme dont vous avez mis la photo, qui a peint le blanc de ses yeux en bleu. Troisième chose, il nous est commandé d’être des témoignages de Dieu, nous devons être des lumières sur cette terre, sincèrement pouvez vous me dire que la personne dont vous avez mis la photo reflète ces caractéristiques? Si vous pensez me répondre que cette personne ne représente pas un chrétien, alors pourquoi mettre sa photo? car le fait de mettre sa photo dans un article dans lequel vous soutenez le tatouage pour les chrétiens signifie clairement que vous approuvez la pratique de cette individu. À moins que vous ne cherchiez qu’à provoquer, ce qui démontrerai encore une fois une grande immaturité spirituelle de votre part. De plus je tiens à ajouter que Dieu nous demande de faire bonne utilisation de l’argent qu’il nous donne, et nous auront des compte à lui rendre sur l’utilisation de ses bénédictions, et de toute évidence payer pour se torturer sous des aiguilles n’en ai pas une bonne utilisation. Car c’est belle et bien une torture demander à quiconque qui s’est fait tatouer il vous parlera de la souffrance qu’il a du endurer. Et C’est belle et bien un péché de se faire souffrir inutilement tout comme la autoflagellation ou encore la scarification. J’espère que vous penserez à tout cela, je continue par ailleurs à apprécier ce blog et je reviendrai y lire des post. Je prierai par contre que vos prochains articles démontre plus de jugement et de discernement. Que Dieu vous bénisse.

    • Njato Razafimbahiny

      (1) Apologize for my English, French is my third language (but I am so thankful that I completely understand both written and spoken French). I am so sorry sister if this is the worst article you have read here so far. Then, I greatly appreciate your time to read and comment despite of the poor quality of my article. But if you are convinced that you have a greater knowledge on this issue, I would beg you to write that out to help our brothers and sisters who truly need some guidance regarding tattoo.

      (2) I do not think that my argument is entirely based on Isaiah 49:16, as even if it appeared to be so. In fact I mentioned that the Hebrew haqaq occurs 19 times in Old Testament. I even gave the following verses (Gen. 49:10; Num. 21:18; Deut. 33:21; Jug. 5:9; Ps. 60:9; Prov. 8:15), and (Isaiah 10:1; 22:16; 30:8; 33:22). Why do our bibles translates the same word completely differently? Unfortunately, our French and English translations completely mask off the play on the word, pen, chisel, and what not. The common ideas in these verses is this, someone who has the authority is called the chiseler, or tattoo-maker. Most of the translation just use the word « rod » but clearly in Num 21:18, the kings are the one who are digging the water fountain with a rod and chisel (or rock cutter). Therefore, the idea is there throughout the Old Testament but it is hard to make it come across those who have no access to the original language.

      (3) I said the majority of today’s tattoo, « la plupart » are following the trend and fashion. I quote myself, « S’ajoute à cela le fait que différentes justifications peu en accord les unes avec les autres sont invoquées pour le tatouage : sensibilité artistique, commémoration, religion, effet de mode, ou encore symbole d’attachement à quelqu’un ou à quelque chose. »To me, fashion and body modification are not contradictory, as a matter of fact, one of my footnote (Michael Atkinson) is on tattoo as a body modification. Of course I could not dwell on this because I do not think it is necessary. Besides, you are commenting on something that is almost peripheral to my article.

      (4) Regarding the picture, it is not part of the article but I do not see any problem with that. I said that if someone who is a Christian is contemplating to get inked just call the idea off. In other words, I strongly discourage Christians to get tattoo, let alone having excessive one like that man. The question is this, there are cultures who encourage this excessive tattoo practice, would you reach out for them? And if that man becomes a believer, how much love can you show him? Therefore, if we put that picture on, is that a sign of our immaturity? I do not think so. It is a lesson to those who want to join the tattoo community. It is our way of saying, too much tattoo is ridiculous.

      • Emmanuel

        I’m sorry but keeping an article with that kind of heading title on the internet doesn’t discourage people not to get tattoo, regarding to the « quick reading » of the young people of today. Theologically it is too weak, and dangerous to cut a command of the Law pretexting to reach out for « tattooed » cultures. They are generally under the rules of other gods, and when they turn to Jesus, they can’t remain under these rules, I invite you to read the testimony of David just below, talking about compulsive desire and tattoos.
        In fraternity,

        • Njato Razafimbahiny

          (1) Yes my friend Emmanuel. Thank you for your concern, and my biblical principles are the witnesses but I care about who disagree with me and urge everyone not to get inked.

          (2) That kind of headline was our way to get our message across. You’re perfectly right in saying that they just do like « quick reading » and we have to shock them in order to listen to our message. This is the world of blogosphere. People always accuse me that without giving a rationale on why they take Lev 19:28 literally whereas Lev 19:27 as obsolete.

          (3) The bulk of my argument is based on the use of haqaq in the Old Testament. In fact I mentioned that the Hebrew haqaq occurs 19 times in Old Testament. I even gave the following verses (Gen. 49:10; Num. 21:18; Deut. 33:21; Jug. 5:9; Ps. 60:9; Prov. 8:15), and (Isaiah 10:1; 22:16; 30:8; 33:22; 49:16). Why do our bibles translates the same word completely differently? Unfortunately, our French and English translations completely mask off the play on the word, pen, chisel, and what not. The common ideas in these verses is this, someone who has the authority is called the chiseler, or tattoo-maker. Most of the translation just use the word « rod » but clearly in Num 21:18, the kings are the one who are digging the water fountain with a rod and chisel (or rock cutter). God or the kings are tattoo makers, meaning they have the authority to write the laws in the consciences and hearts of their peoples. Therefore, the idea is there throughout the Old Testament but it is hard to get it across those who have no access to the original language.

          God bless you!

      • Donerse Croissant

        I was about to answer, and then I saw Emmanuel’s. I think he said exactly, and maybe in even better words what I thought. I would just add that concerning body modification and tattoos being the same thing I agree with you, and that is why I talked about it. And because they are the same things, just as body modification does not give glory to God who created every human at His image, tattoos does not glorify God either. I also want to add that an image which is the first thing we see from an article IS part of the article, it is actually the ambassador of the article. To answer to your question, now, yes I would reach out to people from a culture which encourage for excessive tattoos, but I would not let beside the duty of telling them that it is a sin. Just as much I would to those who, in France and many other Western countries, are pushed to think that homosexuality is good, or that they can choose their gender, that they are not born girl or boy but they become one or other.

        Concerning the article we’ll try to make one, thank you for giving the idea, it is true that we did not notice the need of it, probably because now we live in a muslim country and for sure we are less aware of you guys of these things. This is actually why I come that often on this blog, it keeps us updated on the spiritual warfare in France and other Western countries.

        Please visit ConnaitrePourVivre.com

        That is said, now I need to give you a compliment, the article is beautifully written though French is your third language, so congratulations, really. I wish I could write that well in English which is my third language.

        • Njato Razafimbahiny

          I greatly appreciate your willingness to talk. There is no substitute to open and civilized talks on the things we do not agree on if we want spiritual and intellectual growth. And as much as I want to take the credit for the article, I wrote it in English and my friend translated it for me, so he must receive the credit. However, he translated my original article almost word for word. My French is not that polished yet.

          On principle we are different because you see tattoo as sinful whereas I do not. When I read my bible under the guidance of the Spirit that is my conviction. However, on practical ground we are no different. Both of us do not want Christians to get tattooed. I discourage any believer to get tattooed, despite their convictions, because of my love and cares for other believers. I even said, in my article, that if someone does not think about other and still going to get tattoo at all costs, he or she is sinning against God (according to the principles of Rom 14).

          Therefore, even if we all want to agree on everything, we will have to agree to disagree. I do not have any problem with those who oppose my view. They too have the Spirit and the Bible. And they are also trying to bring glory to God in their view.

          I hope you see my pastoral heart. May God bless you Emmanuel.

          P.S.: I visited that link that you shared, I will come back again to see something that enriches my knowledge and faith.

          Njato

    • Yann

      j’approuve votre commentaire.

    • Francine

      S’il est douteux que Dieu approuve les tattoos,
      Saluons néanmoins de l’auteur le courage :
      Il ose penser seul, sans citer une page,
      De Calvin, de Bavinck, ou d’un grand manitou.

      • Njato Razafimbahiny

        Merci Francine. Que tous remisent en questions et puis s’affermissent leur positions apres avoir lu mon article. Je ne pense pas que tout le monde soit en accord avec moi mais que chaqun connaisse son argument.
        Joyeux Noel!

      • Francine vous êtes épatante 🙂

  • ii

    Un bon article du Bon combat. De tristes commentaires.
    Mais c’est la richesse du monde chrétien.

    • Njato Razafimbahiny

      Merci. Tout à fait d’accord avec toi, c’est à dire, il faut celebrer notre unité dans la diversité. Mais en même temps de devoir adresser les erreures, l’une des deux positions doit-être fausse. Si c’est la mienne, je suis ouvert mais presque personne est capable de me prouver que Lev 19:28 est appliqué littéralement.

      • Emmanuel

        Ma réponse est un peu longue, prêtez-y attention jusqu’au bout, je vous en prie.
        Lev 19 26-31 est vraisemblablement une somme d’interdiction en référence aux cultures environnantes païennes afin qu’Israël ne se souille pas auprès d’autres dieux. On connait la jalousie et le zèle violent de Moïse pour que son peuple ne s’éloigne pas de l’Eternel, et ces règles ont été données dans ce sens à ce moment précis de l’histoire du peuple hébreux. Le reste est de discerner ce qui vient du Malin dans cette pratique encore aujourd’hui, à savoir – si je me fait aussi exigeant que Moïse ET les Prophètes, particulièrement zélés, COMME Paul après eux – l’idolâtrie des images, même (surtout) pieuses (car on les confond allègrement avec Dieu).

        Selon moi, selon les multiples témoignages de conversion de tatoués marginaux, de tatoués par mode, cet article n’a rien à faire sur le blog du Bon Combat car il suit la mode du tatouage qui est, pour le public que fréquente les églises occidentales, principalement une réponse au désir compulsif de consommation d’un bien à la mode. Je dis cela sans parler des significations spirituelles, idéologiques, symboliques, d’appartenance à un groupe que les gens mettent derrière. En l’importance de la signification du tatouage je rejette même les tatouages dits « pieux » car un tatouage est toujours fait pour être montré, dire le contraire serait hypocrite. Peu importe les vêtements qui le recouvrent, si je fais ça c’est que je compte afficher au monde, dont je suis le premier spectateur, que je suis un chrétien libéré du regard des autres. Bien. Mon devoir en tant que chrétien est de mettre en garde ceux qui se montrent à eux-même leur piété, leur humanisme, qui aujourd’hui serait entre autres de s’affranchir du regard des autres, comme le pharisien en Luc18-9. Ils ne seront pas justifiés par là.
        Pareillement la justification ne vient pas d’une théologie aride qui vous ferait dire dans votre commentaire qu’il me faut contrer un argument théologique entrant en contradiction avec plusieurs témoignages de vie. Je n’ai jamais fait de théologie, mais Dieu me connait, et j’aime sa Parole, qui n’est pas l’Ecriture mais Jésus-Christ. Sur Lev 19 je répondrai ceci : Les juifs du premier et du second testament connaissent bien la Loi, la répètent sans arrêt et l’appliquent littéralement, et tout écart est puni par la collectivité. C’est la base sociale des cultures de groupe dont Israël fait partie. Encore aujourd’hui les juifs pratiquants connaissent la Loi car ils la répètent en toute occasion (même à leur mort, ils récitent des psaumes) et cherchent à l’appliquer. Notons aussi que Jésus nous demande quelque chose d’infiniment plus exigeant que la Loi, exemple de l’assassinat et de la colère en Mt 5. Il a accompli la Loi : Les tatoués ne sont plus condamnables à cause de leurs tatouages, ALLELUIA !! L’Amour de Dieu a brisé leurs chaines MARANATHA !! Je ne différencierai pas un tatoué d’un non-tatoué sous-peine de géhenne, c’est compris. Est-ce une raison pour écrire un tel article sur les tatouages ? je ne pense pas et je vous met en garde à la manière de Paul aux Corinthiens dans la dernière partie de ma réponse.

        Dieu sonde les reins et les coeurs, et il est animé d’un zèle jaloux contre les puissances spirituelles, institutionnelles, qui retiennent son peuple prisonnier du mensonge. Elles se servent également du tatouage pour asservir l’homme et je conclurai avec 1Co8, qui parle des viandes sacrifiées aux idoles. Je remplace cette dernière polémique qui n’est pas notre préoccupation ici pour la remplacer par les m2 de peau sacrifiés aux idoles, pieuses et non-pieuses décrites précédemment. (le chapitre est meilleur dans son entier) « 8Ce n’est pas un aliment (le tatouage) qui nous rapproche de Dieu: si nous en mangeons, nous n’avons rien de plus; si nous n’en mangeons pas, nous n’avons rien de moins. 9Prenez garde, toutefois, que votre liberté ne devienne une pierre d’achoppement pour les faibles. 10Car, si quelqu’un te voit, toi qui as de la connaissance, assis à table dans un temple d’idoles (te faire tatouer ou encourager cela), sa conscience, à lui qui est faible, ne le portera-t-elle pas à manger des viandes sacrifiées aux idoles ? 11Et ainsi le faible périra par ta connaissance, le frère pour lequel Christ est mort ! 12En péchant de la sorte contre les frères, et en blessant leur conscience faible, vous péchez contre Christ. 13C’est pourquoi, si un aliment scandalise mon frère, je ne mangerai jamais de viande, afin de ne pas scandaliser mon frère. »

        Je ne pense pas dénaturer la parole de Paul en faisant cette transposition, libre à vous de me dire le contraire. Mais pas de réponse rhétorique, je vous en supplie.

        Bien à vous,

  • Peps Cafe

    Bonjour à toutes et à tous !
    Je remercie l’auteur pour cet article effectivement courageux et personnel, lequel nous oblige à une certaine réflexion biblique. Ce qui n’est pas mince !
    Néanmoins, je suis gêné par cette remarque : « ceux qui envisagent les tatouages comme des péches et qui en sont scandalisés doivent impérativement grandir », qui me donne l’impression (peut-être à tort) d’orienter un peu la réflexion.

    Alors, certes, « Paul ne nous donne pas réellement d’excuse pour votre faiblesse en Rom. 14 ou en 1 Cor. 8:7-13, mais il reprend plutôt le “fort” comme le “faible”. L’amour pour Dieu du chrétien tatoué est bien plus important que la marque qu’il porte sur son corps ». Néanmoins, dans toute cette histoire autour du « marquage », j’y vois, personnellement un enjeu spirituel, outre que « culturel » et « religieux ».

    Dans certaines sociétés, on « marquait » l’entrée d’une personne dans la communauté (ou son passage à l’âge adulte) en « marquant » son corps. Marquer quelqu’un, c’est donc le faire appartenir à un groupe, un peu comme les cheptels sont marquées « du sceau du propriétaire ». Bref, le marquage signifie à qui l’on appartient.
    A l’inverse, ceux qui appartiennent à Jésus-Christ sont marqués spirituellement comme étant la propriété de Dieu, et donc protégés par Lui (cf col.3v1-3).
    Mais si notre front est marqué des « étiquettes spirituelles » mises par le Seigneur, il peut l’être également par d’autres « étiquettes » mises par tous ceux à qui nous pouvons appartenir(ou autorisons une souveraineté/domination dans notre vie).
    Bref, en toute cohérence, si nous souhaitons, par la foi, appartenir au règne de Christ, nous n’accepterons alors plus que « les marquages » liés à l’Eternel lui-même.

    Bien fraternellement et joyeux Noël en et avec Notre Seigneur Jésus-Christ,
    Pep’s

  • simon fausser

    Tout est permis, mais tout n’est pas utile. C’est la conclusion que j’en tire. Un tatouage est supposé être quelque chose de visible qui montre une appartenance, une affirmation de soi dans son style [de vie], etc. Se tatouer est une volonté personnelle, jamais celle de Dieu. A moins que quelqu’un ici témoigne le contraire que l’Esprit Saint lui a dit de se mettre une croix sur le bas du dos, la reconstitution de la Sainte Cène sur toute la poitrine ou bien le Psaume 23:4 sur le bras. Dieu aime les tatoués qui l’aiment, oui. Dieu aime les tatouages ? Mettez-vous sérieusement en prière pour lui demander. J’ai déjà du mal à voir l’intérêt d’un tatouage à certains endroits du corps qui sont la très majeure partie du temps couverts par les vêtements. S’il faut exhiber ces parties du corps tatouées, c’est qu’on fait finalement les choses dans un but d’esthétisme et de séduction (dans le sens m’as-tu-vu). Deux questions à se poser : 1- est-ce que ça me rendra meilleur chrétien si je me tatoue ? Est-ce que je gagnerai en efficacité pour annoncer l’Evangile avec ça ? En se plaçant bien dans le cas d’une personne non tatouée.

  • MarcP

    Où est passé mon commentaire ? Où est votre intégrité ? Où est le bon combat ?

    • Nous ne modérons ni ne supprimons les commentaires. Nous venons par ailleurs de vérifier, il n’est pas dans les spams. Merci de ne pas nous incriminer automatiquement : souvenez-vous que la technique, c’est fantastique 😉

  • MarcP

    Mon commentaire a été affiché assez longtemps en tête des commentaires. Aujourd’hui il n’apparaît plus. Où est-il passé ?

    • Il est introuvable sur Disqs. Il n’est même pas dans les éléments supprimés ou dans les spams.

  • MarcP

    Les marques d’Ésaïe 49:16, gravées dans les mains divines, sont les marques des clous, annoncées prophétiquement, dans les mains de Christ crucifié. Il est donc inconvenant, profane, indécent d’oser une comparaison avec la pratique païenne du tatouage. La seule comparaison admissible, et en tout respect, serait celle des stigmates de Paul : « Que personne désormais ne me fasse de la peine, car je porte sur mon corps les marques de Jésus » (Galates 6:17).

    • Vous êtes bien affirmatif… Pour un argument typologico-allégorique…

      • MarcP

        Oui. Je crois que le Saint-Esprit donne des clés pour comprendre l’Écriture même sans des mots compliqués… C’est d’ailleurs une explication que j’ai déjà entendue. Ce n’est pas pour rien que le livre d’Ésaïe a été appelé le cinquième évangile.

  • Moucat bona

    Vous m avez vraiment déçu en publiant ce genre d article, vous etes l’un des rare sites chrétien que je suis régulièrement car les autres m ont vraiment déçu que j ai cessé de les suivre, les tatouages n ont rien à faire sur le corp d un vrai chretien, Dans des tatouages je vois plus la glorification du corps et l orgueil plutôt qu’ autre chose, c est du « m as tu vu ? », ou est la modestie et l humilité de Christ dans un tatouage? imaginez-vous l apôtre paul, pierre et Jacques se baladant dans les rue de Jérusalem en evangelisant avec des corps remplis de tatouages? Vous avez jugé les tatouages historiquement et surtout humainement et non spirituellement  » c est spirituellement qu’ on en juge » 1 corenthiens 2:14, et quand on juge les choses de ce monde selon la mentalité de ce monde, on trouvera toujours des excuses pour les faire entrée dans la maison de Dieu, en les spiritualisant et surtout en les sanctifiant, un péché qu’ on essaie de spiritualiser pour se déculpabiliser, reste toujours un péché aux yeux de Dieu, et je me permets modestement de vous mettre en garder quand vous utilisez les verset biblique à outrance pour essayer de justifier l injustifiable spirituellement, le fait de dire « Dieu à dit » alors qui il a rien dit, fait parti des choses qu’ il deteste le plus, le fait d’ avoir cité le verset biblique d Isaïe 49:16, n a rien avoir avec les tatouages, vous auriez pu utiliser un autre verset beaucoup plus complexe à comprendre pour faire passer votre point de vue, beaucoup plus subtilement (même si vous avez rappelé que c était métaphorique) , même un incoverti avec un minimum de connaissance biblique comprendrait qu on ne parle pas des tatouages dans ce verset, en citant ce verset, vous avez fait preuve de paresse spirituelle, nous chrétiens évangélistes sommes entré de construire une église charnelle et en accepatant tous et n importe quoi pour faire « cool », c est normal que nos églises s affaiblisent spirituellement avec ce genre de mentalités, paul washer a dit des paroles qui m ont vraiment touchés  » les églises usent de moyens charnels pour attirer les gens  » ou encore  » on a de grandes églises remplies de gens charnels qui n’ont pas été convertis » 

    Et quand vous dites  »
    Dieu peut transformer le cœur de ceux qui ne peuvent supporter les tatouages, mais il est patient envers eux. Êtes-vous plus dieu que Dieu, puisque Dieu lui-même les a acceptés »
    Maintenant c est nous qui avons problème?!!! Ne voyez vous pas une forme de mépris dans cette phrase??!! comme si nous étions des conservateurs fou, qu’ il faut absolument prier pour nous pour que Dieu nous éclaire, c est le monde à l’envers, quelle triste, ce genre de choses qui me donne parfois envie de pleurer,
    Si Dieu avait voulu nous créer avec des tatouages, il nous aurait créé avec des tatouages, se mettre des tatouages sur le corp c’est comme dire à Dieu  » t’ aurais dû me créer autrement, donc je rectifie tes erreurs, tes manquements ou tes oublis  »
    Il y a des chose qui m’attriste de plus en plus dans nos église, qui montre vraiment à quel point nous sommes entré d’importer les choses de ce mondes dans nos églises

    Je m’excuse d’avance si mes mots sont dur, et si j’ai pu heurter certaines sensibilités, je m excuse aussi si il y a quelques fautes d’orthographe
    Que Dieu vous benisse

  • Dany Fries

    je suis degouté vous coupez les cheveux en hiuit ,dans mon experience ,spirituele ,je peut vous dire que le tqtouage est une porte spirituelle que vous mettez sur vous et que la personne tatouée ne s arretteras pas a un seul tatouage et finis tres mal dans sa peau voir se scuicide , mais c est vrais que les chretiens aujourdh ui on peut les avoir comme des pommes ils ne reconnaissent plus le royaume de satan ……… amusez vous bien !!!!

  • Auxane de Wolbock

    Bidon

  • William Body

    J’ai pas mal de tatouages. C’est mon histoire et ma culture! J’en ai fais avant de rencontrer le Seigneur et après aussi! Dieu veut qu’on se rassemble et non que l’on se divise sur des questions dont on ne trouvera les réponses qu’au ciel! Vous savez quoi ? J’ai pensé que Dieu aurait surrement préféré que je donne l’argent du tatoo à quelqu’un qui a moins que moi! Peut être que j’ai mal agi! Aujourd’hui je galère à cacher mes bras et mon torse quand il fait chaud en été et que je suis parmis des chrétiens…fatigué de devoir me justifier devant les hommes ! Par contre quand je vais faire du skate torse nu avec des gars qui souvent kiff et boivent, alors grâce à ces tattoo j’entre en discussion avec ces gars. Oui, c’est de Jésus que je leur parle, il vit en moi. Alors, à chacun son histoire, on ne sera parfait qu’au Ciel les amis. Soyez bénis

%d blogueurs aiment cette page :