Suis-je élu ? Un message à ceux qui sont désespérés

Si la doctrine de l’élection est un puissant encouragement pour bien des pauvres pécheurs, reconnaissons qu’elle en a tétanisé beaucoup d’autres. Combien d’entre vous, lors d’un profond découragement ou d’une chute dans le péché, se sont déjà demandés “suis-je réellement un élu de Dieu ?”

À vrai dire, une doctrine de l’élection mal comprise peut être la source d’un dangereux déséquilibre spirituel, et plusieurs sont déjà tombés dans le gouffre du désespoir.

Cette citation de Robert Murray M’Cheyne (1813-1843) remet les pendules à l’heure :

“Si j’étais sur que je suis un élu de Christ, je viendrais à lui. Mais je crains de ne pas l’être.”

A cela je réponds : personne n’est jamais venu à Christ parce qu’il savait être élu… Il est bien vrai que Dieu a, selon son bon plaisir, élu certains pour la vie éternelle, mais ceux-ci ne l’ont jamais su avant d’avoir cru en Christ…

Nulle part Christ ne commande aux élus de venir à lui. Il commande à tous les hommes en tous lieux de se repentir et de croire au message de l’Evangile… La question pour vous n’est pas “suis-je élu ?” mais plutôt “suis-je un pécheur ?”

Car Christ est venu pour sauver des pécheurs.  

Courage, donc ! Christ est venu pour sauver des pécheurs, dont vous êtes. Croyez en lui, vivez la repentance, poursuivez la sanctification. Ainsi, vous affermirez votre élection (2 Pie. 1:10)

 

GB

 

 

 

 

 

Guillaume Bourin est le fondateur du blog Le Bon Combat et l'un de ses administrateurs actuels. Il s'intéresse particulièrement à l'intertextualité et à l'exégèse de l'Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Il est titulaire d'un master en théologie (M.Div.) et d'un autre en Ancien Testament (Th.M.) obtenus à la faculté Southwestern Baptist Theological Seminary (Fort Worth, USA).

  • Puis-je suggérer un autre fait rassurant ? En Romains 8.29, nous lisons que « ceux que Dieu a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à son Fils, appelés, justifiés, glorifiés !

    Qu’a vu d’avance notre Dieu ? Rien qui ne soit un mérite, des cœurs pourris par le péché du Moi intronisé, on est d’accord ! Mais peut-être quand même chez certains une souffrance de cette misère, un soupçon de soupir d’en sortir ? une soif inconsciente de voir venir un Sauveur ? Une soif produite par Dieu lui-même, mais pas entièrement étouffée obstinément par le pécheur ? En fait, tout cela, nous pouvons le laisser au Dieu souverain, même si nous avons beaucoup d’indications sur ce que le Seigneur observe dans les cœurs…

    Mais ce qui me fait jubiler, et qui est rarement souligné dans les écrits calvinistes un peu extrêmes, c’est que le choix de Dieu est toujours conforme à ce qu’il est ! Or, Dieu est :
    – parfaitement juste, ce qui exclut un choix arbitraire (je sais qu’on est d’accord !).
    – parfaitement bon : il est amour ! S’il se fait connaître comme Père, c’est extrêmement rassurant, non ?

    Je sais que certains répondent que, puisque nous avons tous péché et mérité l’enfer, Dieu ne saurait être injuste en faisant grâce à certains et que son amour de Père est démontré pour ces certains… Si ça vous convainc ! Vous êtes peut-être père – ou mère – de plusieurs enfants aussi ? Mais on va en rester là : cette problématique ne se discute pas en si peu de lignes ! Réjouissons-nous ensemble de l’amour et de la justice de notre Dieu !

%d blogueurs aiment cette page :