Comment réagir face au suicide d’un croyant ?

Nous venons de vivre des moments particulièrement difficiles. Un frère, un collègue s’est donné la mort le 1er janvier dernier. Il assurait un intérim pastoral dans notre association, et l’onde de choc est grande, tant pour nous que pour les membres de nos églises.

Comme vous pouvez l’imaginer, nous n’avons pas voulu aborder immédiatement le sujet. Mais nous en ressentons maintenant le besoin. Dans cet épisode, nous parlons donc du suicide, et plus spécifiquement du suicide des chrétiens.

 

 

Voici donc les questions que nous nous posons, dans cet épisode :

(1) Comment qualifier le suicide, d’un point de vue éthique ? Faut-il le considérer comme un péché, ou comme l’aboutissement d’une souffrance, comme le serait par exemple une maladie ?

(2) Comment concilier le suicide d’un croyant avec la doctrine de la persévérance des saints ? Le suicide cause-t-il la perte du salut ? Est-il une preuve de non persévérance ?

(3) Comment encourager les familles et les proches, en pareil cas ?

(4) Comment faire si je découvre en moi-même des pensées suicidaires

 

Nous nous doutons que ce ne sera pas l’épisode le plus joyeux. Néanmoins, nous apprécions vos prières et vous demandons de prier pour nos églises, pour la famille du défunt, et aussi pour les différents pasteurs de notre association. Nous avons besoin de sagesse, d’empathie, et de beaucoup de grâce.

Merci par avance, chers amis.

 

>> Musique : Barbara, Le mal de vivre (interprète: Angelina Wismes)
>> Retrouvez la liste de tous les épisodes ici  

 

 

 –

SUIVEZ CORAM DEO

Sur Itunes

LOGO-iTunes-REAL

Sur Souncloud 

Sur Google

google-dk-flat

Sur Stitcher

stitcher-radio-logo-2 

Ou bien copiez ce flux RSS dans votre application podcast préférée

 

 

Coram Deo est l'émission hebdomadaire de Pascal Denault et Guillaume Bourin pour CFOI-FM, dont les podcasts sont retransmis sur Le Bon Combat tous les mardis.

  • Mevin

    What is a biblical view of depression and suicide? (From Ligonier Ministries) Phrase clé :’Suicide does not send people to hell any more than any other un-confessed sin sends a believer to hell ‘
    Becoming a Christian does not mean you will not experience depression. In the Psalms we see many expressions of deep emotional distress, states of mind that are similar to what we today label as depression (see, for example, Psalms 13, 42, 69, 77). To give text from just one example, see Psalm 69:1-3: « Save me, O God! For the waters have come up to my neck. I sink in deep mire, where there is no foothold; I have come into deep waters, and the flood sweeps over me. I am weary with my crying out; my throat is parched.My eyes grow dim with waiting for my God. » For a variety of reasons (biological, behavioral, and situational) Christians can face dark times of the soul. Suicide does not send people to hell any more than any other un-confessed sin sends a believer to hell. Christ’s sacrifice covers all of the sins of his people (Rom 3:23-26). In other words, suicide is not the unforgivable sin (on which, see Mark 3:28-29). Paul states clearly in Rom 8:38-39: « For I am sure that neither death nor life, nor angels nor rulers, nor things present nor things to come, nor powers, nor height nor depth, nor anything else in all creation, will be able to separate us from the love of God in Christ Jesus our Lord. » Even the apostle Paul himself « despaired of life itself » (2 Cor 1:8-9) during a particularly difficult point in his ministry.

  • Bonjour tous,

    Je souhaite premièrement consolation au cœur de ceux qui souffrent le décès de ce frère par Jésus-Christ notre Seigneur demandant que la Grâce de Dieu nous soit encore imputée selon la Miséricorde du Dieu tout puissant.

    Il est très difficile de répondre aux différentes questions posées car mes pensées se heurtent et s’entrechoquent en mon cœur et je n’ai de réponse que des pleurs en mon fort intérieur.
    Je crois que ma réponse doit se situer dans la consolation sachant que Dieu est Miséricorde et qu’il est capable même au sein de nos actions les plus préjudiciables pour nous de nous sauver malgré tout.
    De ce fait, je ne crois pas que le suicide soit un acte qui nous prive inexorablement de la vie éternelle, cependant la réponse finale appartient à Dieu qui sonde les cœurs et les reins et connait les profondeurs des motivations de chacun.
    Ce que je demande à Dieu dans ce cas c’est de pardonner selon sa miséricorde la faiblesse de celui qui met volontairement un terme à sa vie.
    Pour le reste, je crois que cela n’est pas en notre pouvoir ou en notre volonté car cela appartient à Dieu.

    Si une maladie provoque la mort sans l’accord de celui qui meurt et que chacun juge cela comme étant un ordre naturel des choses pourquoi devrait-on condamner celui qui dans un moment de faiblesse extrême où toute forme de lucidité est opacifiée par la dépression etc. met un terme à sa vie ?
    Cette faiblesse de la chair et le déchirement qui pourrait en suivre est selon moi un appel aussi à la Grâce de Dieu envers nous si d’aventure nous défaillons. Car en effet qui peut dire qu’il ne peut tomber ? Et si un tombe cela regarde aussi son maître !

    Ainsi selon moi, rien n’est totalement perdu, il peut encore avoir Grâce de Dieu selon sa miséricorde quoi que tous ne seront pas jugés par Dieu de la même manière, car Dieu fait Grâce à qui il fait Grâce et Miséricorde à qui il fait Miséricorde…

    Spirituellement, est ce un péché le suicide ?
    S’il l’est, il n’est pas impardonnable donc même s’il est péché il ne peut nous priver de la Vie Éternelle.
    D’un point de vue spirituel cela est entrevu en péché du fait du choix ou de la décision prise afin de mettre un terme à sa vie même si les circonstances(dépressions, pressions extérieures, craintes, peurs, faiblesse de la chair etc.) peuvent être évoqués et en sont les causes.
    En effet Satan a tenté … Adam a mangé à cause de ce dernier mais Adam fut quand bien même imputé en péché.
    Pourquoi serait ce donc péché ?
    Simplement à cause du : Tu ne tueras point !…
    Le suicide revient à se tuer soit même, à s’ôter soit même la vie, c’est mettre un terme à la vie même si c’est sa propre vie, car à la vérité toute vie appartient à Dieu et c’est à lui d’y mettre le terme.

    Il faut persévérer certes mais est ce la persévérance elle même qui est la garantie du Salut en Vie Éternelle ou Dieu au travers de sa Miséricorde ?
    Il est vrai que nous ne pouvons évoquer le Salut pour Judas Iscariot car Jésus lui même l’a jugé en démon. Le démon est un esprit inconvertible et il n’existe pour lui aucune possibilité de Salut.
    Cependant je crois que tant qu’on a pas franchi le cap du blasphème contre l’Esprit ou du reniement volontaire du maître et Seigneur Jésus-Christ, le Salut est encore présent.
    La non-persévérance(caractère non définitif) est elle un péché impardonnable ?
    Je ne crois pas car tous peuvent tomber d’une manière ou d’une autre et il y a de ceux qui meurent en tombant. D’autres se relèvent mais ils sont tombés quand même.
    Si celui qui se relève obtient Grâce à son relèvement n’est ce point là le signe que dans sa chute la Grâce demeurait ?
    Si dans sa chute, il n’y avait point de Grâce, il n’aurait pu se relever.
    Ainsi même dans la chute la Grâce est encore là et pour celui qui tombe et qui n’arrive pas à se relever même s’il l’a désiré et qu’il n’a pas réussi je crois que la Grâce de Dieu est aussi là !
    Mais là encore c’est Dieu qui fait Grâce et Miséricorde car il fait Grâce à qui i fait Grâce et miséricorde à qui il fait miséricorde….

    Ainsi la consolation auprès de chacun réside dans notre confiance vis à vis de Dieu mais une confiance qui ne doit pas aller au delà de ce qui est écrit sachant qu’il existera pour nous bien souvent une part d’ombre selon la Volonté de Dieu qui veut nous garder dans une crainte respectueuse à son égard en ce qui concerne notre Salut.
    Il faut demeurer cependant en espérance même si l’espoir semble vain car que savons nous de qui Dieu sauvera….

    Si je découvre en moi des pensées suicidaires il est évident que positiver ne servira à rien car cela n’enlèvera pas la pression extérieure et je crois qu’à ce niveau nul n’est en mesure de répondre efficacement contre sinon de bénéficier et de saisir instamment la Grâce de Dieu afin de nous sortir de ce pas difficile.
    Je ne crois pas qu’il existe de solutions miracles et adaptables à tous car chacun réagira différemment face à la Grâce de Dieu. Certains seront prompts à se ressaisir, d’autres plus lents, d’autres n’arriveront pas !
    On est tous des humains et à cause de cela il ne faut pas se voiler la face : La faiblesse sera constamment notre partage et si nous nous sortons d’un mauvais pas, c’est suite à la force de l’Esprit de Dieu en nous.
    C’est pourquoi jetons sur l’autre un regard d’Amour et de compassion dans sa faiblesse, ne jugeons point, c’est mal faire !
    Il suffit bien souvent d’une seconde de lucidité et hop on se sort du problème mais ce n’est pas toujours le cas c’est pourquoi soyons remplis de compassion et de miséricorde pour le prochain, pour les autres qui sont tombés et pleurons aussi avec ceux qui pleurent en gardant en nos cœur une ferme espérance en Dieu.

    Bien à vous !

  • Gilles GEORGEL

    J’ai vécu cela dans notre assemblée comme pasteur en 2015. Si quelqu’un a besoin d’aide à ce sujet, je peux témoigner de la façon dont Dieu a été avec nous dans ce moment très douloureux !

  • Bonjour tous,

    Je souhaite premièrement consolation au cœur de ceux qui souffrent le décès de ce frère par Jésus-Christ notre Seigneur demandant que la Grâce de Dieu nous soit encore imputée selon la Miséricorde du Dieu tout puissant.

    Il est très difficile de répondre aux différentes questions posées car mes pensées se heurtent et s’entrechoquent en mon cœur et je n’ai de réponse que des pleurs en mon fort intérieur.
    Je crois que ma réponse doit se situer dans la consolation sachant que Dieu est Miséricorde et qu’il est capable même au sein de nos actions les plus préjudiciables pour nous de nous sauver malgré tout.
    De ce fait, je ne crois pas que le suicide soit un acte qui nous prive inexorablement de la vie éternelle, cependant la réponse finale appartient à Dieu qui sonde les cœurs et les reins et connait les profondeurs des motivations de chacun.
    Ce que je demande à Dieu dans ce cas c’est de pardonner selon sa miséricorde la faiblesse de celui qui met volontairement un terme à sa vie.
    Pour le reste, je crois que cela n’est pas en notre pouvoir ou en notre volonté car cela appartient à Dieu.

    Si une maladie provoque la mort sans l’accord de celui qui meurt et que chacun juge cela comme étant un ordre naturel des choses pourquoi devrait-on condamner celui qui dans un moment de faiblesse extrême où toute forme de lucidité est opacifiée par la dépression etc. met un terme à sa vie ?
    Cette faiblesse de la chair et le déchirement qui pourrait en suivre est selon moi un appel aussi à la Grâce de Dieu envers nous si d’aventure nous défaillons. Car en effet qui peut dire qu’il ne peut tomber ? Et si un tombe cela regarde aussi son maître !

    Ainsi selon moi, rien n’est totalement perdu, il peut encore avoir Grâce de Dieu selon sa miséricorde quoi que tous ne seront pas jugés par Dieu de la même manière, car Dieu fait Grâce à qui il fait Grâce et Miséricorde à qui il fait Miséricorde…

    Spirituellement, est ce un péché le suicide ?
    S’il l’est, il n’est pas impardonnable donc même s’il est péché il ne peut nous priver de la Vie Éternelle.
    D’un point de vue spirituel cela est entrevu en péché du fait du choix ou de la décision prise afin de mettre un terme à sa vie même si les circonstances(dépressions, pressions extérieures, craintes, peurs, faiblesse de la chair etc.) peuvent être évoqués et en sont les causes.
    En effet Satan a tenté … Adam a mangé à cause de ce dernier mais Adam fut quand bien même imputé en péché.
    Pourquoi serait ce donc péché ?
    Simplement à cause du : Tu ne tueras point !…
    Le suicide revient à se tuer soit même, à s’ôter soit même la vie, c’est mettre un terme à la vie même si c’est sa propre vie, car à la vérité toute vie appartient à Dieu et c’est à lui d’y mettre le terme.

    Il faut persévérer certes mais est ce la persévérance elle même qui est la garantie du Salut en Vie Éternelle ou Dieu au travers de sa Miséricorde ?
    Il est vrai que nous ne pouvons évoquer le Salut pour Judas Iscariot car Jésus lui même l’a jugé en démon. Le démon est un esprit inconvertible et il n’existe pour lui aucune possibilité de Salut.
    Cependant je crois que tant qu’on a pas franchi le cap du blasphème contre l’Esprit ou du reniement volontaire du maître et Seigneur Jésus-Christ, le Salut est encore présent.
    La non-persévérance(caractère non définitif) est elle un péché impardonnable ?
    Je ne crois pas car tous peuvent tomber d’une manière ou d’une autre et il y a de ceux qui meurent en tombant. D’autres se relèvent mais ils sont tombés quand même.
    Si celui qui se relève obtient Grâce à son relèvement n’est ce point là le signe que dans sa chute la Grâce demeurait ?
    Si dans sa chute, il n’y avait point de Grâce, il n’aurait pu se relever.
    Ainsi même dans la chute la Grâce est encore là et pour celui qui tombe et qui n’arrive pas à se relever même s’il l’a désiré et qu’il n’a pas réussi je crois que la Grâce de Dieu est aussi là !
    Mais là encore c’est Dieu qui fait Grâce et Miséricorde car il fait Grâce à qui i fait Grâce et miséricorde à qui il fait miséricorde….

    Ainsi la consolation auprès de chacun réside dans notre confiance vis à vis de Dieu mais une confiance qui ne doit pas aller au delà de ce qui est écrit sachant qu’il existera pour nous bien souvent une part d’ombre selon la Volonté de Dieu qui veut nous garder dans une crainte respectueuse à son égard en ce qui concerne notre Salut.
    Il faut demeurer cependant en espérance même si l’espoir semble vain car que savons nous de qui Dieu sauvera….

    Si je découvre en moi des pensées suicidaires il est évident que positiver ne servira à rien car cela n’enlèvera pas la pression extérieure et je crois qu’à ce niveau nul n’est en mesure de répondre efficacement contre sinon de bénéficier et de saisir instamment la Grâce de Dieu afin de nous sortir de ce pas difficile.
    Je ne crois pas qu’il existe de solutions miracles et adaptables à tous car chacun réagira différemment face à la Grâce de Dieu. Certains seront prompts à se ressaisir, d’autres plus lents, d’autres n’arriveront pas !
    On est tous des humains et à cause de cela il ne faut pas se voiler la face : La faiblesse sera constamment notre partage et si nous nous sortons d’un mauvais pas, c’est suite à la force de l’Esprit de Dieu en nous.
    C’est pourquoi jetons sur l’autre un regard d’Amour et de compassion dans sa faiblesse, ne jugeons point, c’est mal faire !
    Il suffit bien souvent d’une seconde de lucidité et hop on se sort du problème mais ce n’est pas toujours le cas c’est pourquoi soyons remplis de compassion et de miséricorde pour le prochain, pour les autres qui sont tombés et pleurons aussi avec ceux qui pleurent en gardant en nos cœur une ferme espérance en Dieu.

    Bien à vous !

  • ii

    D’un point de vue éthique et moral :
    Les personnes qui se sont jetées du World Trade Center en 2001 se sont-elles suicidées ? Celles qui ne sont pas jetées mais savaient qu’elles allaient mourir se sont-elles suicidées ?
    Une personne atteinte d’une maladie incurable qui demande l’arrêt de l’acharnement thérapeutique avant que les douleurs soient trop inhumaines se suicide-t-elle ?

%d blogueurs aiment cette page :