Faut-il adhérer à la succession apostolique ?

Il existe deux conceptions de la succession apostolique : la conception forte de l’Église catholique romaine et la notion faible dans les milieux protestants charismatiques.

Je crois que ces deux conceptions comportent à la fois des erreurs et des exactitudes. La conception forte considère qu’un apôtre a autorité sur l’Église universelle et peut parler au nom de Dieu à toute l’Église.

Cette autorité aurait été transmise aux évêques comme successeurs des apôtres et éventuellement à un évêque en particulier : celui de Rome. La conception faible considère qu’un apôtre est simplement quelqu’un que le Seigneur envoie avec les dons du Saint-Esprit pour diriger une Église en particulier.

Un apôtre serait en quelque sorte un missionnaire ou un implanteur d’Église. Ces deux conceptions m’apparaissent justes et erronées en différents aspects.

 

 

L’exactitude et l’erreur de la notion forte

La conception forte de l’apostolat est juste : les apôtres sont effectivement des officiers qui ont juridiction sur l’Église universelle. Les apôtres ont reçu le pouvoir des clés du royaume pour lier et délier au nom du Seigneur sur la terre: Mt 16.19 et servent de fondement à l’Église du Christ (Mt 16.18 ; Ep 2.20).

L’entrée dans le royaume passe donc par l’enseignement apostolique; les hommes sont sauvés ou perdus selon qu’ils reçoivent ou rejettent l’enseignement des apôtres (Jn 20.22-23).

Remarquez que les apôtres reçurent une onction unique du Saint-Esprit pour pouvoir accomplir une telle mission. Les apôtres avaient donc le pouvoir de parler, de commander et d’agir au nom de celui qui les envoya : nommément le Seigneur. Un apôtre, dans le monde gréco-romain, était un envoyé plénipotentiaire, c’est-à-dire un mandataire qui la pleine autorité de celui qui l’envoie. C’est ainsi que les apôtres comprenaient leur propre autorité (Phm 1.8 ; 1 Co 7.1012 ; 1 Co 14.37 ;  2 P 3.16).

Cependant, la notion qu’il y aurait une succession de l’office apostolique n’est pas biblique. De plus, aucun homme ne rencontre aujourd’hui les exigences pour être apôtre (Ac 1.21-22 ; 1 Co 9.1). Cela ne signifie pas qu’il n’y a plus d’autorité apostolique, bien au contraire.

L’autorité apostolique est consignée dans les Écrits apostoliques, c’est-à-dire les Écritures du Nouveau Testament. Tous les écrits du Nouveau Testament sont apostoliques même s’ils n’ont pas tous été rédigés par un apôtre. Maintenant le canon est fermé, car la foi a été transmise aux saints une fois pour toutes (Jd 1.3) et rien ne doit être ajouté ni retranché de leur Parole (Rev 22.18-20).

La conception forte conçoit donc l’apostolat de manière biblique, mais erre en y ajoutant la doctrine de la succession apostolique.

 

 

 

Lisez la suite sur Un héraut dans le net

 

 

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Pascal Denault est pasteur de l’Église évangélique de St-Jérôme. Il est titulaire d’une Licence (BA) et d’un Master en théologie (ThM) de la Faculté de théologie évangélique de Montréal. Pascal est l’auteur des livres Une alliance plus excellente (2016, Impact Académia), Solas, la quintessence de la foi chrétienne (2015, Cruciforme), et The Distinctiveness of Baptist Covenant Theology (2013, Solid Ground Christian Books).