spurgeon preaching

Spurgeon : son dernier sermon au Tabernacle de Londres

Le 7 juin 1891, très atteint dans sa santé depuis quelques mois, Charles Spurgeon dut prêcher son dernier sermon au Tabernacle. Il avait choisi pour texte 1 Samuel 30.21-25, et du prêcher assis en raison de son grand état de fatigue.

Voici les dernières phrases de ce sermon, qu’il m’a paru bon de rapporter ici :

Si vous vous enrôlez sous la bannière du Christ, vous découvrirez en Lui un chef si doux, si humble de cœur, que vous trouverez le repos de vos âmes. Il est le plus magnanime des capitaines. Parmi les plus excellents princes, personne ne peut lui être comparé. Il est toujours au plus fort de la mêlée…

 

Lisez la suite sur Christ est ma vie

 

 



Benjamin, 22 ans, étudiant à l'Institut Biblique Belge. Coordinateur du blog La Rébellution (www.larebellution.com) et blogueur sur www.christestmavie.fr. Amateur de bons livres, féru de vieux cantiques et ayant à cœur la mission. Mais surtout : passionné par l'Évangile, sauvé par grâce, disciple de Christ.


  • Francine

    Oui, mais avec quelle voix, avec quelle intonation, Spurgeon prononça-t-il ces magnifiques paroles d’adieu ?

    Eh bien, aussi étonnant que cela puisse paraître, on peut presque le savoir ! Spurgeon eut deux fils jumeaux (hétérozygotes), Charles et Thomas. Les deux devinrent également prédicateurs de l’Évangile ; or Thomas possédait une voix quasi identique à celle de son père. Au début du vingtième siècle les phonographes commençaient tout juste à se développer ; on eut la riche idée de demander à Thomas Spurgeon de lire le dernier sermon de l’éminent orateur devant le cornet d’un appareil Edison. Et cet enregistrement, tu peux aujourd’hui l’écouter ici !!!

    http://spurgeononline.com/media/

    Oh bonheur ! oh extase ! Spurgeon ! Spurgeon ! Spurgeon !

    Larry Stringer Underduck, President du Kuyper Empyreumatic College à Vancouver, Ph D. en linguistique aliphatique, Privat-Dozent de la Zeichentrick Biblische Akademie de Berlin, a récemment déclaré :

    « Nous avons retrouvé une lettre de Spurgeon datée du 15 mai 1892, postée de Menton, quelques semaines avant sa mort. Derrière les deux timbres, 120 microgrammes d’ADN ont pu être récupérés, et nous avons la ferme conviction qu’ils proviennent de la salive de Spurgeon. Des discussions passionnées se déroulent actuellement au sein de notre Missionary Board, pour savoir s’il ne conviendrait pas, dans l’intérêt de l’avancement des évangéliques dans le monde en général, et en France en particulier, de cloner Spurgeon. Il est temps que les étudiants en théologie de ce pays, qui a torpillé la Réforme, comprennent que le français est sans doute une belle langue pour faire une demande en mariage, mais complètement inappropriée à la théologie. Nous sommes convaincus qu’en présence d’un clone de Spurgeon, les facultés de théologie françaises ferait des progrès foudroyants, et que leurs étudiants acquéraient rapidement un accent irréprochable. »

(CC) (BY NC ND) Le Bon Combat. Vous êtes encouragé à partager l'ensemble des ressources disponibles sur ce site. Si vous reproduisez un extrait de l'un de nos articles, nous vous remercions d'y inclure systématiquement un lien renvoyant vers la source. Dans le cas où vous souhaiteriez reproduire un article dans son intégralité, merci de nous contacter.