Non, satan ne paie jamais ce qu’il promet

Non, satan n’est pas digne de confiance. Non, ses promesses ne valent rien, comme le rappelle Thomas Brooks (1606-1680) :

Satan promet le meilleur, mais il rémunère avec le pire : il promet l’honneur et paie avec la honte, il promet le plaisir et mais s’acquitte au moyen de la souffrance, il promet le profit et règle avec la perte.

Mais Dieu paie ce qu’il promet, et toutes ses rémunérations sont faites en or pur.

 

Toutes les promesses de bonheur que le péché nous offre sont illusoires. Seul Dieu paie ce qu’il promet. Tâchons de nous en souvenir tous les jours de notre vie

 

 

Ces ressources pourraient vous intéresser :

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Guillaume Bourin est pasteur de l'Église réformée baptiste de la Trinité, à Montréal (Québec, Canada). Il s'intéresse particulièrement à l'exégèse et à l'intertextualité de l'Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Guillaume est titulaire de deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary, USA) et il est actuellement candidat au doctorat à l'Université d'Aberdeen (Ecosse).