12 indicateurs que votre repentance est authentique

Cet article a été écrit le 18 mars 2014 par Jared C. Wilson sur le blog de The Gospel Coalition (dont la branche française est Evangile 21). Je ne suis pas d’accord avec tous les détails de ces 12 points, mais ce billet m’a paru particulièrement utile pour faire une évaluation honnête de notre propre repentance. 

**

Seigneur, j’ai péché contre toi, j’ai demandé pardon. Mais comment sais-tu si cela était sincère ?

Comment savoir si quelqu’un est réellement repentant ? Dans Church Discipline (“Discipline d’Eglise”),un petit livre bien utile, Jonathan Leeman propose quelques éléments d’explication :

“Quelques versets avant les instructions de Jésus sur la discipline d’Eglise, il nous offre une aide afin de discerner si une personne et réellement repentante : cette personne sera-t-elle prête à se couper une main ou à s’arracher un œil plutôt que de commettre à nouveau le même péché (Matt 18:8-9) ? En d’autres termes, il (ou elle) est il prêt(e) à faire tout ce qu’il est possible de faire pour combattre son péché ? Typiquement, les personnes repentantes sont zélées quant il s’agit d’éradiquer leur propre péché. C’est cela que l’Esprit de Dieu fait en eux. Quand cela se produit, l’on peut s’attendre à ce que le repentant soit disposé à chercher une aide extérieure, qu’il soit disposée à modifier ses objectifs ou son emploi du temps, qu’il soit disposé à confesser des choses bien embarrassantes, et une volonté allant jusqu’à faire des sacrifices financiers, perdre des amis, ou mettre fin à des relations.” (p.72)

 

Ce sont d’excellents indicateurs, et je pense pouvoir en ajouter quelques autres. Voici 12 signes que notre cœur est réellement repentant :

1. Nous appelons notre péché “péché” et nous ne cherchons pas à l’excuser. Bien plus, nous démontrons une “tristesse selon Dieu”, c’est à dire une douleur centrée principalement sur le péché lui-même, et non pas simplement la souffrance de s’être fait prendre ou de devoir assumer les conséquences du péché.

2. Dans les faits, nous le confessons avant d’avoir été pris ou que les conséquences de notre péché nous emporte.

3. S’il est découvert, nous confessons le péché immédiatement ou peu de temps après, et nous cherchons à être purifié plutôt que d’esquiver les conséquences de la vérité quand elle paraît au grand jour. La véritable repentance est toujours accompagnée de transparence.

4. Nous sommes disposés à réparer. Nous serons prêt à accomplir tout ce qui est de notre ressort pour faire les choses correctement et démontrer que nous avons changé.

5. Nous sommes patients avec ceux que nous avons blessés, prenant tout le temps nécessaire pour les écouter sans chercher à nous défendre nous-mêmes.

6. Nous sommes patients avec ceux que nous avons blessés, alors qu’ils sont confrontés à la souffrance, et nous ne les pressons ni ne les culpabilisons, ce afin qu’ils se réconcilient rapidement avec nous.

7. Nous sommes disposés à confesser nos péchés même si cela implique de sérieuses conséquences (ce qui peut inclure passer par une forme de discipline d’Eglise, devoir aller en prison, ou voir notre époux/épouse nous quitter).

8. Nous pouvons souffrir des conséquences du péché, mais nous ne nous durcissions pas face à elles. Nous comprenons que, parfois, le péché cause de grands dommages aux autres et que cela ne peut être guérit à court terme (parfois, cela ne peut jamais réellement guérir).

9. Si notre péché implique une addiction ou un comportement récurrent, nous ne négligeons pas l’aide que pourrait nous apporter un conseiller, ou par exemple un centre de réhabilitation.

10. Nous ne rejetons pas la redevabilité, la réprimande pastorale, ou la discipline d’Eglise.

11. Nous cherchons le réconfort dans la grâce de Dieu en Jésus-Christ, et non simplement le fait d’être libre des conséquences de nos péchés.

12. Nous sommes humbles et prêts à apprendre.

 

Je me réjouis à cette heure, non pas de ce que vous avez été attristés, mais de ce que votre tristesse vous a portés à la repentance; car vous avez été attristés selon Dieu, afin de ne recevoir de notre part aucun dommage. En effet, la tristesse selon Dieu produit une repentance à salut dont on ne se repent jamais, tandis que la tristesse du monde produit la mort. Et voici, cette même tristesse selon Dieu, quel empressement n’a-t-elle pas produit en vous! Quelle justification, quelle indignation, quelle crainte, quel désir ardent, quel zèle, quelle punition! Vous avez montré à tous égards que vous étiez purs dans cette affaire.
2 Corinthiens 7:9-11

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Guillaume Bourin est pasteur, auteur, et fondateur du blog Le Bon Combat dont il est l'un des administrateurs actuels. Il s'intéresse particulièrement à l'intertextualité et à l'exégèse de l'Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Guillaume est titulaire de deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary, USA) et il est actuellement candidat au doctorat à l'Université d'Aberdeen (Ecosse). Guillaume est l'auteur du livre "Je vous purifierai d'une eau pure" : perspectives bibliques sur la régénération baptismale.