Y aura-t-il des récompenses différentes pour chacun au paradis ?

Voici le 75ème épisode de “Que dit la Bible ?” et cette semaine nous parlons d’une doctrine populaire, considérée comme acquise par la plupart des membres d’églises évangéliques : la “doctrine des récompenses éternelles”. Celle-ci enseigne que les chrétiens expérimenteront dans l’éternité différents niveaux de récompenses sur la base de leurs oeuvres surérogatoires.

Dans les faits, cette doctrine n’est pas uniforme, et elle s’articule différemment selon l’approche sotériologique de celui qui la défend.

Au Bon Combat, il y a désaccord sur ce sujet. 🙂 Pascal Denault, par exemple, estime qu’il est tout à fait légitime de promouvoir une vision modérée de la doctrine des récompenses éternelles (mais il n’a pas encore écouté ce podcast !). A l’inverse, Guillaume Bourin n’y adhère pas.

Dans cet épisode, Guillaume détaille les problèmes que cette position lui pose :

(1) Des problèmes logiques, liés à la nature du salut biblique et à la notion de perfection divine
(2) Des problèmes théologiques : la dissymétrie entre le moyen de salut et les moyens de réprobation, et la manière dont ces récompenses seraient vécues au ciel
(3) Une kyrielle de problèmes exégétiques dont quelques uns sont détaillés dans ce podcast.

 

Et vous, quel est votre point de vue ? Pourquoi ?

Dans cet épisode, Guillaume mentionne un article de Craig Blomberg, Degrees of Reward in the Kingdom of Heaven, paru en 1992 dans JETS. Si vous maîtrisez l’anglais théologique, l’article est gratuitement consultable ici.

 

Bonne écoute !

 

Processed with VSCOcam with f2 preset

Abonnez-vous


LOGO-iTunes-REAL

soundcloud_460x290

12065637851779660844srd_rss_logo-svg-med

 

 

 

“Que dit la Bible ?” est le podcast hebdomadaire du blog Le Bon Combat. Retrouvez l'ensemble des questions posées et de nos entretiens sur l'onglet dédié, en haut et à droite de la barre de menu du site !

  • Eh bien, là, tu m’impressionnes, Guillaume ! En 5 décennies,jamais entendu mettre la doctrine des récompenses éternelles en doute, et je dois dire que ça tient drôlement la route, ce que tu avances là !!

    Ce qui m’a le plus parlé :
    – ton rappel que le royaume de Dieu, c’est maintenant, et donc, que bien des textes que nous projetons dans l’éternité à venir se rapportent en réalité à l’état présent.
    – 1 Cor 13.11 à 15, ta démonstration que « perdre sa récompense » devrait plutôt être rendu par « subir une perte »; (par rapport à l’oeuvre accomplie et non par rapport à une récompense.)
    – au jugement, nous subirons une évaluation de nos œuvres, par rapport à leur impact sur le royaume de Dieu. La satisfaction et la honte seront à ce moment-là, et non emmenées dans l’éternité à venir, ce qui, effectivement serait curieux.
    La parabole des vignerons : Jésus la raconte en réponse à une question de Pierre :qui voulait savoir que lui rapporterait son investissement pour lui. Jésus lui montre qu’il ne fonctionne pas ainsi,qu’on est sur le terrain de la bonté gracieuse de Dieu; Il aurait été intéressant de savoir si le lendemain, tous étaient venus à la dernière heure, montrant qu’ils n’ont rien compris, ou si tous s’étaient précipités à la 1e heure, désirant passer la journée avec ce bon Maître qui les a arrachés à la vanité de leur existence. >> cette parabole corrobore ta thèse, et ce qui suit ne va pas la renverser !

    Mais… est-ce complet ? Recherche d’équilibre…:

    La parabole des mines (en Luc 17) : Chacun reçoit la même chose au départ, symbole de la grâce imméritée que nous avons tous eue pareillement.. Mais il s’agit de la faire fructifier, et là, on ne peut pas dire que le résultat sera le même pour tous dans l’éternité. Simplement, le texte parle de responsabilités, non de récompenses, comme le montre très bien https://www.chretiens-en-marche.org/paroles-en-chemin/la-spiritualit%C3%A9/la-parabole-des-mines/ que je viens de découvrir ! (je ne répète donc pas leurs arguments). C’est la clé, me semble-t-il !
    Je crois qu’auprès du Seigneur, nous ne serons pas dans une salle de culte éternelle à chanter les louanges de Dieu et rien d’autre, mais que Dieu confiera des responsabilités à ses prêtres-rois-sacrificateurs bien-aimés ! La théologie de la rétribution marche harmonieusement avec celle de la grâce, qu’elle ne contredit en rien, si on la débarrasse de toute notion d’œuvres méritoires.
    Bien entendu, la jalousie que tu évoques n’aura pas de place dans ce ciel, enfin sur cette nouvelle Terre débarrassée du péché ! Et je crois quand même en une symétrie avec l’enfer : En enfer non plus, on ne continuera pas à défier Dieu, on n’y péchera plus, mais on reconnaîtra pleinement la justice de la condamnation, que rien n’interdit d’imaginer proportionnelle aussi à l’endurcissement des cœurs. L’enfer aussi sera gouverné par Dieu, avec toute sa sagesse et tous les attributs qui font qu’il est Dieu. Seulement, les réprouvés ne jouiront pas de sa grâce bafouée.

    En tous cas, comment affirmer qu’on est sauvé par la grâce seule (vrai !) et condamné par les œuvres (vrai aussi) ? Uniquement en croyant que les œuvres condamnatoires révèlent… le refus de la grâce offerte, seule raison de la perdition des hommes. C’est bien ce que les Écritures nous montrent en long et en large, non ?

    • C’est probablement parce que tu as évolué dans un milieu prémill pretrib, ultra majoritaire en France (encore aujourd’hui).

      • Oh, encore les castes, Guillaume, c’est lassant, et tu tapes à côté ! Tu ne crois pas qu’on puisse se forger soi-même sa conviction, après avoir examiné toutes les thèses disponibles ? Tu vois bien que j’ai évolué après t’avoir lu, sans pour autant devoir être calviniste ! Ma 1e partie, qui va dans ton sens, est aussi due aux influences dues à mon milieu ?

        Tu auras remarqué que j’ai zappé le podcast qui posait la question de la programmation éternelle de ceux qui seront damnés. Quand tout a été dit, et qu’on n’a répondu à aucun de vos arguments autrement que par une boutade, on finit par se taire.
        Je n’ai rien à prouver, et un jour, comme d’autres, j’arrêterai mes commentaires, si je constate que, décidément, le dialogue n’est pas souhaité. En attendant, laisse-moi mon bonheur de connaître un Dieu qui veut que tous les hommes soient réconciliés avec lui. Ah, j’oubliais, je suis fermement amillénariste ! 🙂

    • dan

      Claude, l’éternité c’est maintenant…

  • Je t’assure : je suis amilllénariste !!

  • Flûte, tu m’as eu ! Tu m’as amené à me définir… dans une caste !
    Or, ce n’est pas vrai : plus modestement, je préfère dire que l’ensemble de mes observations à ce jour me conduit à privilégier fortement une eschatologie qui considère que le « règne de 100 ans » dont parle Apo 20 correspond à la période actuelle, depuis la croix et la résurrection du Christ et depuis la Pentecôte. mais je ne serai pas un militant amillénariste pour autant ! 🙂

  • Dan Lépine

    en tk pour moi la vrai récompense sais d’etre sauvé les récompenses célestre cest tellement secondaire un chretien ne devrait meme pas penser a cela soyer seulement heureux detre réconsilié avec votre sauveur cela est la récompense

%d blogueurs aiment cette page :