Quand le rasoir d’Ockham est à double tranchant

« Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? » Le rasoir d’Ockham est régulièrement utilisé en science, en théologie, ou dans bien d’autres disciplines. Le rasoir d’Ockham privilégie la simplicité en refusant de multiplier les hypothèses. Oui mais voilà, il est également régulièrement utilisé pour réfuter l’idée même de Dieu…

**

 

« Sire, je n’ai pas eu besoin de cette hypothèse » .

Cette citation sert souvent d’argument contre l’existence de Dieu. Mais de quel Dieu ?

Le rasoir contre le Dieu bouche-trou

Le Comte Pierre-Simon de Laplace était un mathématicien, physicien et astronome, bref un savant – comme on l’était à son époque – et ministre de l’intérieur pendant le Consulat, juste avant le Premier Empire. Il a notamment rédigé un traité d’astronomie en 5 volumes, intitulé Mécanique céleste. Napoléon, l’ayant lue, aurait convoqué le marquis et lui aurait reproché, furibond : « Comment, vous donnez les lois de toute la création et, dans tout votre livre, vous ne parlez pas une seule fois de l’existence de Dieu !« . C’est alors que Laplace aurait prononcé la fameuse phrase : « Sire, …« . En tout cas, c’est ce qu’aimait à raconter un autre savant, François Arago… aux dires de Victor Hugo (Choses vues 1847-1848, p.217).

 

 

LISEZ LA SUITE SUR VISIOMUNDUS.FR

 

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Seul chrétien de ma famille, converti à 21 ans, puis étudiant en Théologie et désormais apologète à mes heures, je m'intéresse particulièrement aux rapports entre la foi, les visions du monde et la culture populaire (voir "Visio Mundus", site partagé avec Y. Imbert, professeur d'apologétique).