Qu’est-ce que la régénération?

Cet article est le deuxième de la série “La régénération baptismale à la lumière des Ecritures”.
Dans le premier, nous avons survolé les principales formes de régénération baptismale. Nous allons tenter maintenant de donner une définition générale au concept de régénération, étape importante avant d’expliquer pourquoi nous rejetons le baptême comme cause instrumentale.

 

Lorsque l’on aborde la doctrine de régénération, il nous faut particulièrement prendre garde de ne pas aller trop vite et de ne pas laisser un concept se définir de manière exclusive par le sens d’un ou plusieurs mots.

Notons que, si l’on devait s’en tenir à une approche strictement étymologique, nous n’aurions que  peu de matière à travailler. En effet, il n’existe aucune référence directe à la régénération dans l’Ancien-Testament, tandis que dans le Nouveau-Testament, le terme grec original n’est utilisé que deux fois. (1)

Les allusions indirectes sont cependant bien plus fréquentes qu’il n’y parait de prime abord, comme nous aurons l’occasion de le voir dans les deux prochains articles.

Dans les cercles évangéliques, on limite souvent la régénération à l’opération intérieure du Saint-Esprit dans le coeur du croyant. Il ne s’agit cependant que d’une partie du tableau.

Car, dans les Ecritures, le concept regroupe différentes manifestations qui sont toujours intrinsèquement liées entre elles.

Le théologien australien Graeme Goldsworthy en distingue trois (2) :

  • La régénération objectivequi désigne l’oeuvre de Dieu effectuée en Christ pour notre compte. Dieu accomplit objectivement en Christ ce qu’il réalise subjectivement en nous (Gal. 2:19-20 ; Rom. 6:4-5 ; Eph. 2:5-6 ; 1 Pie. 1:3, etc…).
  • La régénération subjective, ou l’oeuvre souveraine du Saint-Esprit transformant le coeur du croyant (Tite 3:5, etc…), l’application de la régénération objective au croyant. Ce que Dieu réalise en Christ, il vient l’appliquer en nous.
  • La régénération complète, qui est le renouvellement de toutes choses (Matt. 19:28), le corollaire du renouvellement des croyants (Rom. 8:19-23), la plénitude du Royaume de Dieu. (3)

Dans sa globalité, la régénération dépasse donc largement le cadre de l’expérience du croyant à l’instant T, mais désigne des actes divins se produisant à différent moments de la ligne de temps.

Dans notre présente réflexion, nous ferons essentiellement référence à la notion de régénération subjective, à savoir l’expérience de Dieu que le chrétien fait dans son propre présent.

C’est en effet celle-ci que les tenants de la régénération baptismale déclarent subséquente au baptême.

Puisque nous nous focaliserons sur cet aspect subjectif particulier, la définition de Wayne Grudem parait être des plus appropriées :

La régénération est un acte secret de Dieu, par lequel il communique aux croyants une nouvelle vie spirituelle (4)

En ligne avec la compréhension réformée, Grudem envisage la régénération comme un “acte secret de Dieu”, d’initiative divine, dans lequel l’homme ne joue aucun rôle. (5)

En déclarant le baptême comme la cause instrumentale de la régénération, les théologiens catholiques et orthodoxes s’inscrivent en faux contre cette compréhension, de même que les Eglises de Christ et toutes les autres dénominations qui connectent directement l’acte baptismal à la régénération subjective.

 

 

 

Rendez-vous au prochain article, dans lequel nous évaluons le distinguo que les Eglises traditionnelles font entre régénération subjective et réception du Saint-Esprit.

 

 

 

Notes et références :

(1) Il s'agit de παλιγγενεσία, utilisé en Matthieu 19:28 et Tite 3:5
(2) Graeme Goldsworthy, “Regeneration”, in New Dictionary of Biblical Theology. 2000 (T. D. Alexander & B. S. Rosner, Ed.), Downers Grove, IL: InterVarsity Press.
(3) Il ne nous est pas possible de traiter de manière exhaustive l'ensemble des questions que soulève la doctrine de la régénération. Pour une étude plus approfondie et une bibliographie significative, voir H. Burkhardt, The Biblical Doctrine of Regeneration (Exeter, 1978)
(4) “Regeneration, What does it mean to be born again?”, dans Grudem, W. A. (2004). Systematic theology: An introduction to Biblical Doctrine. Leicester, England; Grand Rapids, MI: Inter-Varsity Press; Zondervan Pub. House, ch.34, p.699. Cet excellent ouvrage a été traduit en Français sous le titre de Théologie Systématique (Excelsis, 2010). Voir également “Regeneration and Effectual Calling” dans Berkhof L., Systematic Theology (Banner of Truth, 1971).

(5) Grudem, Ibid.

<p>Guillaume Bourin est le fondateur du blog Le Bon Combat et l’un de ses administrateurs actuels. Il s’intéresse particulièrement à l’intertextualité et à l’exégèse de l’Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Guillaume est titulaire deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary, USA) et il est actuellement candidat au doctorat en Ancien Testament à l’Université d’Aberdeen (Ecosse).</p>

  • Alain Baril

    bien pour le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint Esprit va de pair avec ce que Jésus a dit a Nicodème il faut que vous naissiez de nouveau sans quoi personne ne verra le royaume de Dieu, cela n’a rien a voir avec le baptême d’eau qui ne sauve personne mais seulement un engagement d’une bonne conscience envers Dieu, Jésus et Paul nous renvoie a la Genèse pour affirmer ce qu’ils ont dit sur cela non on ne voit pas ce mot dans la Genése mais il est bien la sous une autre forme de mot le baptême de la régénération va avec le renouvellement du Saint Esprit si on enlève l’un l’autre n’est plus si la nouvelle naissance n’est plus le baptême d’eau n’a plus aucun utilité,

%d blogueurs aiment cette page :