Quelques citations de Thomas Watson sur la souffrance et l’épreuve

Thomas Watson, prédicateur et auteur non-conformiste(1), a abondamment écrit sur le sujet de la vie chrétienne pratique selon les Ecritures. Les quelques pensées sur la souffrance qui suivent sont extraites d’un recueil de ses citations, Puritan Gems.

 

 

Dieu n’a jamais promis un sauf-conduit de tout trouble, mais il a promis d’être avec nous dans l’épreuve. Mieux vaut être en prison avec la présence et les promesses de Dieu, que d’être assis sur un trône sans elles.

 

Aucun vase ne peut être fait d’or sans passer par le feu. De même, il est impossible d’être façonné en ‘vase d’honneur’ (Rom. 9:21) à moins d’avoir été fondu et purifié dans la fournaise de l’affliction.

 

 

L’apôtre Paul a eu ses chants de prison (Actes 16:25). Quand les saints goûtent le plus à la colère des hommes, ils expérimentent alors le plus de la bonté de Dieu.

 

 

Les chrétiens se trompent lorsqu’ils supposent que lorsque Dieu afflige il cesse d’aimer. Car l’affliction est l’instrument de Dieu par lequel il nous taille : il préfèrera que les branches de sa vigne saignent plutôt qu’elles ne portent pas de fruit. (Jean 15:2)

 

 

L’épreuve est le pinceau dont Dieu se sert pour tracer l’image de Christ plus distinctement en nous. Il est bon qu’il y ait une cohérence entre la tête et les membres ; afin d’être membre du corps de Christ, nous devons être semblable à lui, ‘homme de douleur, habitué à la souffrance’. Par conséquent, il est bon d’être rendu semblable à Christ, bien que cela se produise dans la souffrance. (1 Corinthiens 12:27, Esaïe 53:3)

 

 

Il y a plus de mal dans une goutte de péché que dans une mer d’affliction.

 

 

Plus le diamant est taillé, plus il étincelle ; plus la croix est lourde, plus la couronne des saints sera imposante !

 

 

Dieu a eu un Fils sans péché, mais aucun sans épreuve. Dieu met ses enfants à l’école de la croix, et c’est là qu’ils apprennent le plus.

 

 

Les épreuves ardentes font des chrétiens en or. Proverbes 17:3.

 

 

La nature de l’affliction est modifiée lorsqu’elle est expérimentée par un homme de bien : par l’alchimie divine, elle est transformée en bénédiction, et elle devient une preuve d’amour, une marque d’adoption, et une préparation pour le ciel.

 

 

Thomas Watson (1620-1686)

– Pour en apprendre davantage sur cet auteur puritain majeur, visitez ce site (en anglais) qui lui est intégralement dédié : thomaswatsonquotes.com
– A l’heure où ce post est publié, deux ouvrages de Thomas Watson sont actuellement disponibles en Français, aux éditions Europresse : Consolations Divines et Le Contentement est un don de Dieu. Tony Hynes avait effectué une courte recension de ce dernier dans la revue Promesses de septembre 1997, recension que vous pouvez lire ici.

(1) Non-conformistes : ce terme désigne l’ensemble des personnes ayant refusé de se conformer à la loi d’uniformité de 1558, qui tendait à réguler le culte de l’église anglicane officielle. Par cet acte, la reine Élisabeth Ière faisait obligation légale à tous les Anglais d’aller à l’église chaque dimanche (!), ou à défaut de s’acquitter d’un impôt relativement important pour l’époque. Elle régulait aussi le type de prières qui devaient être prononcées lors des offices (via le fameux Book of Common Prayers). Une bonne partie des puritains désobéirent pour différentes raisons à cet acte de conformité, et devinrent ainsi qualifiés à postériori de “non-conformistes ». (retour)

Réflexions et ressources d'édification centrées sur Dieu

%d blogueurs aiment cette page :