Quelle est l’utilité d’adhérer à une confession de foi ?

Les mouvements issus de la Réforme, que ce soit du côté de la Réforme Magistérielle (Calvin, Luther) ou de la Réforme Radicale (Anabaptistes), ont mis un point d’honneur à rédiger rapidement leurs propres documents doctrinaux, des confessions de foi.

Pourtant, rares sont les Églises évangéliques modernes à pratiquer le « confessionalisme » – le fait de se regrouper derrière une confession de foi précise comme le faisaient les premiers protestants. La tendance actuelle est plutôt à la simplification des documents fondateurs dans le but de permettre l’adhésion du plus grand nombre.

Quelques Églises pratiquent encore le confessionalisme, comme celle de St Jérôme (Quebec), dont Pascal Denault, collaborateur du Bon Combat, est le pasteur.

Dans cet épisode de ”Que dit la Bible”, nous avons demandé à Pascal pourquoi son Église a-t-elle choisi de se ranger derrière une confession de foi définie, quels en sont les avantages, et les inconvénients.

 

Retrouvez l’intégralité de nos émissions ici 

 

 


Pascal Denault est pasteur de l’Église évangélique de St-Jérôme. Il est titulaire d’une Licence (BA) et d’un Master en théologie (ThM) de la Faculté de théologie évangélique de Montréal. Pascal est l’auteur des livres Solas – la quintessence de la foi chrétienne (2015, Cruciforme) et de The Distinctiveness of Baptist Covenant Theology (2013, Solid Ground Christian Books).

 

 

 

 

 

 

 

“Que dit la Bible ?” est le podcast hebdomadaire du blog Le Bon Combat. Retrouvez l'ensemble des questions posées et de nos entretiens sur l'onglet dédié, en haut et à droite de la barre de menu du site !

  • Un peu surpris devant l’affirmation que les confessions de foi se feraient tellement rares dans les Eglises évangéliques « modernes » (à moins que « modernes » signifie ici « populistes », et le contexte semble le dire…)
    En tous cas, toutes les Eglises du Réseau FEF et celles du CNEF sont admises dans ces fédérations sur la base de leur confession de foi d’église, et adhèrent à celle de ces instances fédérantes (c’est souvent sensiblement la même, bien évidemment !) C’est une grande sécurité !

    • Oui, bien sur Claude. Mais si tu regardes les Églises de la FEF, pour reprendre ton exemple, ce que l’on appelle « confession de foi » n’a pas grand chose à voir avec celles des Églises confessionnelles, très précises quant aux spécificités.
      De ce point de vue, les Églises FEF, ou d’autres dénominations ne sont pas « confessionnelles » et ont une démarche crédale bien plus inclusiviste (ca ne veut pas dire que les Églises confessionnelles sont moins inclusivistes dans les faits, ca va de soit).

      • OK, Guillaume. 3 petites réflexions :
        – La confession de foi du Réseau FEF est très détaillée. (et, en ce qui nous concerne, complétée ou explicitée dans notre cahier de membre d’église, dont je suis rédacteur) Si on fait plus, on écrira un catéchisme…
        – Je n’ai bien sûr aucune idée de ce que sont ces confessions de foi réformées que tu sembles regretter.
        Et, désolé, je n’ai pas la formation théologique qui me permettrait de comparer les démarches crédales selon leur caractère inclusif… Même le correcteur bute sur ce vocabulaire, il suggère… crédule au lieu de crédale, 🙂 Par contre, il a bien saisi, lui, ce que tu voulais dire par l’inclusivité d’un crédo, il a de la chance !
        – Tu me diras que je n’ai qu’à écouter le podcast, et ma lanterne s’éclairera. Je le ferai peut-être un jour, mais je veux te rendre attentif à un petit problème :
        Je viens d’écouter la série de podcasts d’Henri Blocher lors de laquelle il pourfend l’arminianisme, j’ai déjà écouté pas mal des tiens et de Stéphane, enfin de Florent Varak. Mais… tout retraité que je suis, je suis obligé de me limiter, sinon je ne quitte plus l’ordi et qu’est-ce qui va en pâtir ? ma lecture de la Parole, mon service du Seigneur, ma vie de famille etc. Comment font les non retraités ??
        Toutes mes amitiés.

        • Vous êtes sans doute conscient, Claude, que les églises du Réseau FEF sont — en général — déjà plus proches du confessionalisme réformé que la moyenne des églises évangéliques.

          En Occident, en ce début de XXIe siècle, la plupart des églises sont dénominationnelles mais non-confessionnelles. Ça veut dire qu’elles ont un embryon de confession de foi qui tient habituellement sur une page. C’est mieux que rien, mais il y a de la place pour l’amélioration… pour la Réformation.

          • Comme quoi on peut avoir une appréciation tout à fait différente des choses selon son propre vécu. J’ai cette chance d’habiter dans une région où, rien qu’à 40 km à la ronde, la totalité des églises évangéliques (une dizaine) fonctionne en demandant à ses membres l’adhésion à une confession de foi très élaborée. Je ne parle évidemment pas ici de groupuscules isolés qui ne sentent redevables devant personne, puisqu’ils ont une ligne spéciale directe vers le Tout-Puissant. Hélas, c’est vrai, ceux-ci se multiplient…

        • @Claude,

          Ton correcteur, qui propose crédule à la place de crédale, n’est pas tout-à-fait crade, puisque les deux mots, comme tu l’as deviné, viennent du latin credo. En anglais l’adjectif credal (ou creedal) s’emploie parfois pour qualifier une proposition appartenant à un crédo religieux.

          Mais le mot français correspondant, crédal avec un accent aigu, est un anglicisme. Il n’a pas été validé par l’Académie ; son emploi dans notre langue se rapporte, non à la théologie, mais à une théorie mathématique de la mesure : https://fr.wiktionary.org/wiki/cr%C3%A9dal
          Dans ce contexte, l’antonyme de crédal est pignitisque, mot qui vient du latin pignus, pari (comme le pari de Pascal).

          Pour rester branchés, résumons :

          Je crois en un seul Seigneur, Jésus-Christ, le Fils unique de Dieu, c’est une affirmation crédale.

          L’Église sera enlevée avant la grande tribulation, c’est une affirmation pignistique.

          Maintenant si ton correcteur met à la place crédule dans la première phrase, et pignouf dans la seconde, c’est évidemment parce qu’il est trop vieux… comme nous deux.

          • Merci, prof ! Je me coucherai moins bête ce soir ! Mais mon correcteur est le même que le tien : celui de ce blog ! 🙂

        • Lol les deux Claude 🙂

          Claude S., si tu veux voir un exemple de confession de foi de type réformé, clique ici et choisis : http://leboncombat.fr/documents-historiques-de-reference-dhr/

          Westminster ou la 1689 seront de bon exemples.

          Un catéchisme est un document permettant d’expliquer la confession de foi. Il y a de petits catéchismes, souvent plus courts que la confession elle-même.

%d blogueurs aiment cette page :