Priez par l’Esprit, car il n’y a pas d’autre méthode qui marche…

Si, comme moi, vous luttez dans votre vie de prière, prêtez donc attention à ces paroles de John Bunyan.

« Je prierai par l’Esprit. » Prier par l’Esprit, afin que la prière soit acceptée de Dieu, signifie, pour celui qui prie, venir à Dieu par Christ, sincèrement, consciemment et avec amour. Cette approche sincère, consciente et pleine d’amour doit être l’oeuvre de l’Esprit de Dieu.

Il n’est homme ni d’église au monde qui puissent s’approcher de Dieu par la prière sans l’aide du Saint-Esprit. « Par Christ nous avons, les uns et les autres, accès auprès du Père, dans un même esprit » (Ep 2.18). C’est pourquoi Paul dit : « Car nous ne savons pas ce qu’il convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables ; et celui qui sonde les coeurs sait quelle est la pensée de l’Esprit, parce que c’est selon la volonté de Dieu qu’il intercède en faveur des saints » (Rm 8.26-27). Il y a dans les Ecritures une entière découverte de l’Esprit de prière, et de l’impuissance de l’homme à prier sans lui; je vais en dire quelques mots.

« Car nous…« , voyez donc la personne qui parle : Paul lui-même et, en sa personne, tous les apôtres. Nous, les apôtres, ministres extraordinaires, architectes sages, dont quelques-uns ont été enlevés dans le paradis (Rm 15.16; 1 Co 3.10; 2 Co 12.4), « …nous ne savons pas ce qu’il convient de demander dans nos prières« . […]

Sans l’aide de l’Esprit, non seulement ils ne savent pas ce qu’il convient de demander dans la prière, mais encore ils ne savent pas comment le demander. « Nous ne savons pas ce qu’il convient de demander dans nos prières« , mais l’Esprit vient en aide à nos infirmités, avec des soupirs inexprimables. Notons ici qu’ils n’avaient pas la prétention de pouvoir réussir ni aussi bien, ni aussi pleinement dans l’exercice de la prière que les hommes de nos jours pensent le faire.

Les apôtres, dans leurs meilleures dispositions et même assistés de l’Esprit-Saint, étaient cependant heureux de se tirer d’affaire avec des soupirs et des gémissements inexprimables. Ils étaient incapables de traduire leur pensée autrement.

 

Comme nous avons besoin de l’Esprit, encore plus dans de tels moments où nos prières restent bloquées au fond de notre gorge. Saint-Esprit, intercède pour nous !

 

  • Extrait de La prière, dans l’édition de 1991 de Grâce et Vérité, p. 23-24.

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Guillaume Bourin est pasteur de l'Église réformée baptiste de la Trinité, à Montréal (Québec, Canada). Il s'intéresse particulièrement à l'exégèse et à l'intertextualité de l'Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Guillaume est l'auteur du livre "Je vous purifierai d'une eau pure" : perspectives bibliques sur la régénération baptismale. Il est titulaire de deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary, USA) et il est actuellement candidat au doctorat à l'Université d'Aberdeen (Ecosse).