Noël est aussi un message de jugement

L’enfant dans la crèche n’a pas l’air bien redoutable. S’il est le Dieu Tout-Puissant, le voici abaissé, inoffensif, sans défense…

Pour sur, il fallait beaucoup de foi pour venir de nuit dans une étable et glorifier Dieu d’y avoir contemplé un simple nourrisson emmailloté (Luc 2:8-20). Ce n’est pas un hasard si le Christ incarné a tout d’abord été révélé à d’humbles bergers, et non aux grands et aux puissants de ce monde

Si le message de l’incarnation de Christ est souvent associé à la Bonne Nouvelle de l’Evangile, il n’en reste pas moins que Noël est également un message de jugement pour ceux qui se glorifient de leur élévation, et qui ainsi ne peuvent voir le Dieu abaissé dans la mangeoire.

 

Dietrich Bonhoeffer (1906-1945) l’avait bien compris :

Pour les grands et les puissants de ce monde, il n’y a que deux endroits où leur courage fait défaut, où la peur étreint le plus profond de leur âme, où ils s’éloignent honteux. Il s’agit de la crèche et de la croix de Jésus Christ. 

Aucun puissant n’ose approcher de la crèche, et cela inclus le roi Hérode. Car c’est là que les trônes s’effondrent, que les grands tombent, que ceux qui sont les plus en vue périssent, parce que Dieu est avec ceux qui sont abaissés.

Ici, le riche devient néant, parce que Dieu est avec celui qui est pauvre et qui a faim, mais ceux qui sont riches et satisfaits sont renvoyés à vide. Devant Marie, la servante, devant la crèche de Christ, devant Dieu dans son état d’humilité, les puissants sont réduits à rien.

Ils n’ont aucun droit, aucun espoir ; ils sont jugés. (1)

 

Il y a ceux qui s’abaissent et qui s’approchent de Christ. Mais il y a aussi ceux qui s’élèvent à leurs propres yeux et qui cherchent à le faire mourir (Matt. 2:16-18).

Oui chers amis, réjouissons nous ! Car Noël nous rappelle que la deuxième personne de la Trinité a pris une chair semblable au péché pour crucifier le péché dans la chair (Rom. 8:3). Mais souvenons nous également que ceux qui, par orgueil, refusent de s’approcher de Lui sont déjà jugés.

 

 

GB

 

 

 

 

(1) Extrait de Dietrich Bonhoeffer, God in the Manger: Reflections on Advent and Christmas (Dieu dans la crèche, réflexions autour de l’Avent et de Noël)

 

 

 

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Guillaume Bourin est pasteur de l'Église réformée baptiste de la Trinité, à Montréal (Québec, Canada). Il s'intéresse particulièrement à l'exégèse et à l'intertextualité de l'Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Guillaume est titulaire de deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary, USA) et il est actuellement candidat au doctorat à l'Université d'Aberdeen (Ecosse).