Ni prospérité, ni pauvreté : l’Evangile promet le contentement

Le reproche qui nous est le plus souvent adressé par les défenseurs de la théologie de la prospérité est que nous prêchons un “évangile de la pauvreté” alors que Dieu voudrait nous enrichir.

Ils ont raison sur un point : vivre dans la pauvreté n’est pas un commandement de Dieu.
En revanche, ils se méprennent gravement sur le fait que Dieu nous promet de vivre dans la prospérité matérielle.

La pauvreté n’est pas une vertu spirituelle

La richesse n’est pas une preuve de spiritualité et la pauvreté n’est pas une vertu. Cette vision du monde ne prend pas en compte la perspective biblique qui explique d’où vient la pauvreté, ce qu’elle est, et comment Dieu y répond.

Confusion dans la vision du monde

Sans péché, pas de misère sociale. La pauvreté est une conséquence de la chute et de l’entrée du péché dans le monde. Elle existe à cause de l’injustice, de l’égoïsme, du matérialisme, de la malédiction de la création (catastrophes naturelles), du manque de compassion et de miséricorde.

La pauvreté est la privation des biens nécessaires à la vie dans la dignité voulue dans l’ordre créationnel. La pauvreté est un symptôme du péché à l’instar de l’idolâtrie de l’argent (1 Tim 6.10).

A cause d’Adam le monde a été soumis au péché. Nous pouvons donc potentiellement tous être frappé par la pauvreté.

Pour rétablir son royaume, Dieu a révélé son projet de rédemption et de “recréation” de son royaume. Il accomplit ce projet en Jésus Christ le deuxième Adam.

Ainsi, dans les promesses de Christ concernant son royaume, il y a le rétablissement de toutes choses (Matt. 5.1-11).

La promesse pour nous ici bas et que : Dieu a choisi les pauvres selon le monde, pour qu’ils soient riches en la foi et héritiers du royaume qu’il a promis à ceux qui l’aiment (Ja 2. 5). Nous hériterons du Royaume de Christ ! Notre espérance est qu’un jour nous jouirons d’une vie dans la nouvelle création qui sera totalement assujétie à Christ.

Aussi, nous devons être au clair sur la manière dont nous devons vivre ici-bas en tant que Chrétien : Devons nous nous déterminer selon les critères provenant d’une vision matérialiste du monde ? 

L’Evangile de la prospérité ou du contentement ?

Dans l’attente du retour de Christ, nous ne sommes pas appelés à rechercher la prospérité mais le contentement. Le contentement en Christ.

Etant conscient de ce que l’on possède en Jésus Christ, nous pouvons vivre satisfait dans un monde de vanité. C’est la libération de l’Evangile !

Christ ne prêchait pas la pauvreté, mais la simplicité. Ce qu’il dénonçait, c’était la cupidité : “Gardez-vous attentivement de toute cupidité ; car même dans l’abondance, la vie d’un homme ne dépend pas de ce qu’il possède.” (Lc 12.15).

En revanche, il enseignait un renversement de priorité pour nous : “Cherchez premièrement son royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par-dessus.” (Matt 6. 33).

Ainsi, Paul dit à Timothée :

Car nous n’avons rien apporté dans le monde, comme aussi nous n’en pouvons rien emporter. Si donc nous avons la nourriture et le vêtement, cela nous suffira. Mais ceux qui veulent s’enrichir tombent dans la tentation, dans le piège et dans une foule de désirs insensés et pernicieux, qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition. 1Car l’amour de l’argent est la racine de tous les maux, et quelques-uns, pour s’y être adonnés, se sont égarés loin de la foi et se sont infligé à eux-mêmes bien des tourments. Pour toi, homme de Dieu, fuis ces choses et recherche la justice, la piété, la foi, l’amour, la patience, la douceur. (1 Tim 6:7ss)

L’horreur de l’Evangile de la prospérité est qu’il nous enseigne que nous ne possédons pas assez et que nous méritons plus. Il est l’expression de l’égocentrisme de l’homme perpétuellement insatisfait.

Or, nous avons tout pleinement en Jésus-Christ (Col 2. 10) !

C’est comme si Dieu nous donnait tous les océans de la terre mais que nous réclamions quelques flaques d’eau croupies…

En revanche, le contentement en Christ nous conduit à glorifier Dieu même de nos afflictions :

…sachant que l’affliction produit la persévérance, la persévérance la victoire dans l’épreuve, et cette victoire l’espérance. Or, l’espérance ne trompe point, parce que l’amour de Dieu est répandu dans nos coeurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné. (Rom. 5. 3-5).

En conclusion, au lieu de rechercher des prétendues bénédictions, nous devrions rechercher à exercer plus de miséricorde envers les pauvres selon l’exemple de Christ, plus de justice sociale (Ja 5.4) et proclamer fidèlement son Evangile dans la joie.

RC

Raphaël est marié à Marion avec qui il a 2 enfants. Ancien Educateur Spécialisé, il est étudiant en dernière année à l’Institut Biblique de Genève et pasteur stagiaire à l’ECE Grenoble. Il est aussi évangéliste associé à France Evangélisation.

%d blogueurs aiment cette page :