Que penser des “miracles scientifiques” du Coran ?

De nombreux sites musulmans postent régulièrement des articles présentant des prétendus miracles coraniques, en particulier dans le domaine scientifique.

Souvent, l’article présente une découverte scientifique puis affirme que le Coran avait déjà découvert cela avant la science. Soit l’article se contente d’affirmer cela, soit il cite quelques versets qu’il interprète en concluant au miracle.

Nous n’avons pas ici la prétention d’analyser tous les passages interprétés comme des miracles scientifiques mais nous nous contenterons de faire quelques remarques générales à ce sujet.

 

Miracles du Coran …

Pour que le lecteur se représente bien ce dont il s’agit, nous reproduirons ici un post facebook comme exemple :

L’expansion de l’univers :

(Déjà mentionné dans le Coran ça fait 14 siècles)

En 1925, Edwin Hubble, astronome américain, a établit par observation que l’ensemble des galaxies s’éloignent les unes des autres, ce qui implique L’EXPANSION DE L’UNIVERS. L’expansion de l’univers est maintenant un fait scientifique établi.
Voici ce que Le Coran indique à propos de la nature de l’univers :

Le ciel, Nous l’avons construit par Notre puissance : et Nous l’étendons [constamment]: dans l’immensité.
 [Le Coran 51:47]

Le mot arabe ‘Mu’si’oon ‘est correctement traduit comme « faire subir une expansion ‘, et il se réfère à la création de l’expansif vaste univers.

Stephen Hawkin, en son livre, « a brief history of time », indique que « la découverte de L’expansivité de l’univers était l’une des grandes révolutions intellectuelles du 20ème siècle ». Le Coran a mentionné l’expansion de l’univers, avant même que l’homme ait appris à construire un télescope !

Sur quoi le lecteur doit évidemment reconnaitre que le Coran est divin (remarquez le [constamment] ajouté par le traducteur).

 

…Ou miracles de l’exégèse ?

Une première chose que nous voulons remarquer sur ces miracles c’est qu’une telle interprétation du passage est toujours postérieure à la découverte scientifique en question. Ainsi, le passage ci-dessus a été interprété comme faisant référence à un univers en expansion uniquement après que l’on ait découvert que l’univers soit en expansion…

Il parait donc évident que ce n’est pas le Coran qui fait une découverte scientifique mais que la façon d’interpréter les textes est influencée par les découvertes scientifiques. C’est l’exégèse, l’interprétation, qui est miraculeuse et non le Coran !

Ici, nous voulons lancer un défi à nos lecteurs musulmans qui veulent être honnêtes à ce sujet : nous vous mettons au défi de trouver un verset dont l’interprétation a révélé une avance scientifique confirmée plus tard par la science. Il s’agira d’un miracle uniquement si l’interprétation précède la découverte scientifique.

Un autre fait intéressant est que, quand l’on regarde aux anciennes traductions (celles antérieures à la découverte scientifique), ce verset est traduit (traduction Kasimirski) :

“Nous avons bâti le ciel par l’effet de notre puissance, et nous l’avons étendu dans l’immensité.”

Et le verset suivant (51:48) dit :

“Nous avons étendu la terre comme un tapis. Que nous l’avons étendue avec habilité !”

Doit-on au final conclure que la terre est en expansion ?

 

Miracles de la Bible ?

Pour prouver à nos lecteurs musulmans qu’il est bien facile de créer un miracle scientifique après sa découverte, nous allons inventer deux miracles scientifiques bibliques.

Voici le premier :

L’expansion de l’univers :

(Déjà mentionné dans la Bible ça fait plus de 25 siècles)

En 1925, Edwin Hubble, astronome américain, a établit par observation que l’ensemble des galaxies s’éloignent les unes des autres, ce qui implique L’EXPANSION DE L’UNIVERS. L’expansion de l’univers est maintenant un fait scientifique établi.

Voici ce que La Bible indique à propos de la nature de l’univers :

“Seul, il étend [constamment] les cieux” [Job 9 :8]

Stephen Hawkin, en son livre, “a brief history of time”, indique que “la découverte de L’expansivité de l’univers était l’une des grandes révolutions intellectuelles du 20ème siècle”. La Bible a mentionné l’expansion de l’univers, avant même que l’homme ait appris à construire un télescope !
(Remarquez qu’ici la traduction précède la découverte scientifique)

Voici le deuxième :

La Bible affirme :

“Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. La terre était informe et vide…” [Genèse 1 :1-2]

En mathématiques, la seule chose qui est informe est le point. Ce verset affirme donc que la terre était informe, elle était un point. En effet, les dernières découvertes scientifiques révèlent qu’avant d’entrer en expansion, l’univers était un point, il était informe, la terre l’était donc aussi et était contenu toute entière dans ce point. La terre était informe.

Ainsi, dès son premier verset, la Bible affirme ce qui sera découvert seulement des siècles plus tard !

Ces deux interprétations sont mauvaises, elles ne tiennent pas compte de la nature du texte ni de son but premier. Il en est de même des passages coraniques de la sourate 51 cités ci-dessus. En effet, ce passage sur le ciel étendu se situe dans le contexte du message de Noé à son peuple et doit donc être interprété en lien avec la prédication de Noé.

Finalement, nous pensons que ce n’est ni faire honneur à la Bible, ni au Coran que de les interpréter ainsi. En faisant cela on passe à côté de leur message et, si tout ce que l’on voit dans le Coran ce sont des interprétations obscures soit disant scientifiques, alors on démontre par cela que l’on ne trouve pas dans ce livre une réelle richesse spirituelle.

Ne trouvant pas cette richesse, on est forcé de chercher du “sensationnel” qui prouverait son origine divine.

 

 

 

Maxime, étudiant en Fac de Médecine, passionné parce tout ce qui ressemble à de la théologie.

  • Etienne Omnès

    Et pourtant, il y a bien une confirmation du récit biblique à travers la découverte de l’expansion de l’univers, mais je rejoins l’article là dessus, ce n’est pas une confirmation de Job 9.8
    C’est une confirmation de Gen 1.1

    « Au commencement Dieu créa les cieux et la terre ».
    Les athées modernes ont souvent nié que l’univers ait eu un commencement, et affirmé au contraire que l’univers était éternel. Ce n’était pas assez scientifique vous comprenez, d’imaginer que la matière ait eu un commencement.Seulement voilà, la science depuis a pointé vers un commencement de la matière, donc l’univers n’est pas éternel, donc il a fallu « quelqu’un » (puisqu’il n’y avait pas de « chose » avant que les choses n’existent) pour démarrer l’univers.
    Ouuuuuuuh ca ressemble à quelque chose ça…

    • Oui mais le consensus scientifique aujourd’hui est pour un univers ayant un commencement dans le temps. Si tant est que l’on comprenne bien ce que le temps est 🙂

      • Etienne Omnès

        C’est vrai que ce genre d’arguments génère des dialogues rigolos (et frustrants)

        -Si l’univers a un début, alors il a fallu quelqu’un pour le démarrer.
        -Mais non, tu mets Dieu partout! Ca peut très bien être une éternité d’alternances big bang-big crunch, big bang-big crush…
        -Ce modèle a été démonté dans les années 70
        -Alors il vient du multivers
        -Que personne n’a jamais vu, mesuré, ni même calculé, et qui même s’il existait devrait lui aussi être en expansion et donc avoir un commencement dans le temps.
        -Alors ça pourrait être un « oeuf cosmique » qui a existé éternellement dans le temps et a explosé on ne sait pas pourquoi.
        -Un temps infini dans le passé n’est pas possible parce que A,B,C,D,E
        -Oui mais qu’est ce que le temps? Après tout, n’est ce pas une illusion de nos sens?
        -Tu étais scientifique, je viens de faire de toi un théologien 🙂

  • Vincent Marty-Terrain

    L’argument d’incohérence interne (le verset suivant dit la même chose mais n’est pas interprété de la même façon) me semble tout-à-fait valide, mais celui de l’influence des découvertes scientifiques sur l’exégèse, aussi intéressant qu’il soit, possède moins de force.

    En effet, ne peut-on pas également dire que le consensus scientifique de l’époque influençait l’exégèse (et la traduction) des versets ? Ainsi, on pourrait dire que les hommes n’ont pas compris ce qui leur était révélé, et ne l’interprétaient que de façon incomplète, jusqu’à ce qu’ils se rendent compte de toute la portée du verset.

    De plus, cela nous mène à la fragilité de l’exégèse en général, ou plutôt à la tendance eiségétique des hommes, ce qui peut également être un argument qui se retourne contre le christianisme. Certes, la méthode exégétique chrétienne est très défendable, mais cela prend du temps et réclame l’attention soutenue d’un interlocuteur. Est-il alors sage de soulever ce point ?

    On peut, je pense, s’en tenir à l’argument premier, qui d’ailleurs montre un exemple de bonne méthodologie exégétique, représentatif de l’approche chrétienne (normalement).

    • Maxime Georgel

      Je vois ce que tu veux dire. Toutefois je trouve ça révélateur que le Coran ne soit pas à l’origine des découvertes mais plutôt influencé par elles. Et je trouve ça cohérent d’expliquer cela par l’eiségèse. Et j’aurai pu poursuivre l’article en montrant de plus que beaucoup de ces textes coraniques utilisés pour trouver des miracles scientifiques s’inspirent soit des traditions juives, soit de la Bible, soit de textes syriaques soit des philosophes grecs traduits en arabe (surtout sur l’embryologie coranique) mais l’article aurait alors demandé trop de temps à faire et à lire et aurait perdu en clarté. D’autant que de très bonnes ressources existent déjà à ce sujet.

      • Vincent Marty-Terrain

        Ton article répond aux prétentions qu’on trouve sur certains sites musulmans, comme tu le dis en introduction, et en cela l’ensemble de ta réflexion est pertinente. Dans un autre cadre, que j’ai plus à l’esprit (mais qui n’était pas ton propos), le poids des arguments varie.

        A ce sujet, il serait intéressant de savoir s’il en a été de même pour la Bible, c’est-à-dire que des exégètes se soient égarés dans leurs interprétations précoces de certains versets (cela ne m’étonnerait pas), et de voir pourquoi, malgré tout, l’aspect prédictif de la Bible demeure défendable. Si jamais tu as l’occasion de travailler là-dessus… ;p

    • Maxime Georgel

      Pour ce qui est du consensus scientifique de l’époque : il n’influençait pas les traduction puisque les premiers commentateurs du Coran comprenait le texte en arabe. Et aucun d’eux ne relève ce genre de miracle à notre connaissance. Au contraire, leurs interprétations de certains versets révèlent une errance scientifique assez importante, notamment dans la conception de l’embryon humain et de ses étapes de développement ainsi que de sur structure de l’utérus. Je vous renvoie au livre « le Coran et la Bible à la lumière de l’histoire et de la science » de W. Campbell qui est disponible gratuitement en pdf sur internet et au site answeringislam qui traite de façon quasi exhaustive cette question.

  • Francine

    Fait à l’image de Dieu, l’homme est poète avant que d’être technicien. L’image employée dans la Bible relativement aux cieux, puis reprise par le Coran, est tout à fait étrangère à la conception moderne de corps célestes séparés par d’immenses vides et s’éloignant indéfiniment l’un de l’autre. Elle se rapporte plutôt aux idées de tissu, d’étoffe, de tente :

    Seul, il étend les cieux… Il étend les cieux comme une étoffe légère, il les déploie comme une tente, pour en faire sa demeure… Il a dressé une tente pour le soleil… et les cieux sont l’ouvrage de tes mains; ils périront, mais Tu subsistes ; ils vieilliront tous comme un vêtement, Tu les rouleras comme un manteau, Tu les rouleras comme un manteau et ils seront changés.

    Étymologiquement la tente, qu’il faut étendre, porte avec elle l’idée de tension, connexe à celle de tissu, et qui s’oppose à celle de séparation sans fin. C’est donc manquer la beauté de la métaphore de vouloir y retrouver une bulle de Hubble s’enflant à l’infini, avant peut-être d’éclater ou de se contracter.

    Maintenant quant à la vérité de l’image, les auteurs bibliques n’en pouvaient rien savoir bien sûr. Et cependant les théories modernes, vont toutes dans le sens d’attribuer à l’univers une texture : le vide n’est pas du néant noir et bête, mais il est rempli de champs divers, d’énergie, de particules réelles et virtuelles, de cordes… et que sait-on ?

    Dieu est donc bien ce que la Bible laissait soupçonner : le grand Poète Tisserand, qui par ailleurs, a aussi tricoté chacun de nous dans le sein de notre mère.

  • dan

    Autant les autres articles sur l’islam sont mauvais autant celui-ci est excellent, merci Maxime

%d blogueurs aiment cette page :