La loi et l’Evangile: est-ce une seule et même chose?

En un mot: la loi est l’Évangile incomplet, l’Évangile est la loi achevée; l’Évangile était contenue dans la loi comme l’arbre l’est dans la semence […]

[…]

S’il est vrai que Paul comprenait parfois par “loi” toute la période de l’Ancien Testament, il la considérait alors précisément dans sa forme législative, et de cette façon il la mettait en contraste direct avec l’Évangile. Quand il procédait, il reconnaissait que la dispensation législative n’avait d’aucune manière invalidé la promesse qui avait déjà été donnée à Abraham (Galates 3:17,21).

De plus, Paul reconnaissait que, dans les jours de l’ancienne alliance, l’Évangile avait aussi été proclamée (Galates 3:8) et qu’ainsi donc la justice s’obtenait déjà à l’époque par la foi (Rom 4:11,12; 11:32 ; Gal.3:6-7).

En ce qui concerne la loi en tant que “loi”, […] Paul fait valoir qu’elle ne peut pas justifier; qu’elle augmente le péché; qu’elle n’est qu’une administration de condamnation qui, de cette façon, prépara l’accomplissement de la promesse et nécessita une autre justice, à savoir, la justice de Dieu par la foi en Christ.

 

Cette antithèse entre la loi et l’Évangile fut de nouveau comprise par la Réforme. En effet, les Pères de l’Église avaient fait des déclarations qui témoignaient d’une compréhension plus claire [que celle de l’Eglise catholique romaine]. Cependant, cette clarté n’aboutit à rien, parce qu’ils confondirent la distinction entre la loi et l’Évangile avec celle entre l’Ancien et le Nouveau Testament.

 

Mais les réformateurs maintinrent d’une part, contre les anabaptistes, l’unité de l’alliance de grâce dans ses deux administrations, et d’autre part conservèrent le contraste entre la loi et l’Évangile. Ainsi, ils restaurèrent le caractère unique de la religion chrétienne en tant que religion de grâce.

 

Bien que “loi” et “Évangile” peuvent encore être respectivement employés dans un sens plus large pour l’ancienne et la nouvelle dispensation de l’alliance de grâce, dans leur sens propre, ils se réfèrent néanmoins à deux révélations de la volonté de Dieu qui diffèrent essentiellement l’une de l’autre.

La loi, aussi, est la volonté de Dieu (Rom.2: 18,20), sainte et sage, bonne et spirituelle (Romains 7: 12,14; 12,10), donnant vie et la maintenant (Rom.2: 13; 03:12). Mais par le péché, elle est devenue impuissante, et ne justifie pas. Par le péché, la loi stimule le désir, la colère augmente la transgression, effectue la colère, tue, maudit et damne (Romains 3: 20; 04:15; 05:20; 7: 5,8-9,13; 2 Cor.3: 6f .; Gal.3: 10,13,19).

 

Contre la loi se dresse l’Évangile du Christ, l’euangelion, contenant rien de moins que l’accomplissement de l’epangelia de l’AT (Marc 1:15; Actes 13:32; Eph.3:6), qui nous vient de Dieu (Rom 1: 1-2; 2 Corinthiens 11: 7), ayant Christ comme son contenu (Rom.1: 3; Eph.3: 6), et qui n’apporte rien d’autre que la grâce (Actes 20:24), la réconciliation (2 Cor.5: 18), le pardon (Rom 4: 3-8), la justice (Romains 3: 21-22), la paix (Eph.6: 15), la liberté (Galates 5: 13), la vie (Rom .1: 17; Philippiens 2: 16; etc.).

 

Comme la quête et le cadeau, comme le commandement et la promesse, comme le péché et la grâce, comme la maladie et la guérison, comme la mort et la vie, ainsi donc, la loi et l’Évangile se tiennent l’un contre l’autre. Bien qu’ils se chevauchent dans la mesure où ils ont tous deux Dieu comme auteur, et parlent de la seule et même justice parfaite, les deux sont dirigés vers l’homme pour l’amener à la vie éternelle.

Mais ils diffèrent en ce que la loi procède de la sainteté de Dieu, l’Évangile de la grâce ; les œuvres de la loi sont connues par la nature, l’Evangile par révélation spéciale ; la loi exige la justice parfaite, l’Évangile l’accorde; la loi conduit à la vie éternelle à travers des œuvres, l’Évangile produit les œuvres émanant de la vie éternelle accordée par la foi ; la loi condamne l’homme, l’Évangile l’acquitte ; la loi s’adresse à tous les hommes, l’Évangile ne l’est qu’à ceux qui vivent par lui; etc.

 

 

 

– Herman Bavinck , Reformed Dogmatics, Volume 4

 

 

 

 

Abonnez-vous au Bon Combat

Recevez tous nos nouveaux articles directement sur votre boîte mail ! Garanti sans spam.

Marié et père d'une jeune famille, je me passionne aussi pour la théologie. Mes intérêts particuliers sont la continuité/discontinuité entre les testaments, la théologie de l'alliance, le christianisme historique (crédo / confessions / catéchisme), et la pertinence de tous ces sujets pour l'église d'aujourd'hui. "Vous avez tout pleinement en lui" - Colossiens 2:10