L’interprétation de l’Ecriture selon la Confession de Foi de Westminster


L’Ecriture est la règle infaillible de son interprétation. C’est pourquoi, lorsque se pose une question au sujet du sens véritable et complet d’un texte quelconque de l’Ecriture (qui n’est pas incohérente, mais une), la réponse doit être cherchée et trouvée à l’aide d’autres textes plus clairs. (1)

Le juge suprême par qui tous débats religieux doivent être réglés, par qui toutes les décisions des Conciles, toutes les opinions des Pères, toutes doctrines humaines et toutes manières de voir particulières doivent être examinées, et à la décision duquel nous devons nous remettre, c’est le Saint-Esprit parlant par l’Ecriture ; et nul autre. (2)

 

Articles 8 et 9 du premier chapitre de cette Confession de Foi. Bien qu’étant d’influence pédobaptiste, sa lecture est une profonde source d’inspiration pour tous les chrétiens, y compris les crédobaptistes !
Ceux qui voudront retrouver l’esprit de la Confession de Westminster dans une perspective crédobaptiste seront intéressés par la lecture de la Confession de Foi de Londres de 1689.

Références :
(1)  2 Pie. 1:20-21 ; Actes 15:15-16  (retour)
(2)  Matthieu 22:29-31 ; Ephésiens 2:20 avec Actes 28:25  (retour)

Réflexions et ressources d'édification centrées sur Dieu

%d blogueurs aiment cette page :