L’évangile : la vraie solution contre le racisme

 

Aucun de nous ne peut rester insensible à l’injustice et l’atroce violence qui caractérisent les rouages du racisme. Il est juste de s’élever contre le racisme, de le dénoncer et de vouloir l’éradiquer.

Mais, quelles sont les raisons qui légitiment un tel combat ? Dans notre société occidentale, quelles sont les raisons profondes qui animent ce combat ? Certains citeront le premier article de la déclaration universelle des droits de l’homme :

Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Tout d’abord, il faudrait définir le terme “libre”, car comme nous l’avons vu, la notion de “liberté” peut-être quelques fois mal comprise.

Ensuite, si les hommes naissent libres, pourquoi en est-il ainsi et quelles sont les raisons pour lesquelles nous devrions défendre cette liberté de chacun ? Et puis, quelles sont les raisons objectives qui légitiment une “égalité en droit et en dignité” ? Comment devons-nous définir et comprendre le terme égalité ?

Je ne répondrais pas directement à ces questions, mais une fois de plus, je suis convaincu que seul le Christianisme est “la seule position qui ne réduit pas l’expérience humaine à un non-sens” et nous offre à la fois les seules raisons objectives qui légitiment de façon objective une vision égalitaire  entre les êtres humains , mais aussi les raisons pour lesquelles l’église de Jésus-Christ doit rejeter le racisme.

 

Nous sommes tous les fils et les filles d’Adam et Eve

Quelle que soit notre origine ethnique, nous sommes tous issus d’un couple primordial (Adam et Eve). Quelle que soit la couleur de notre peau, les particularités de notre culture, nous sommes tous des fils et des filles d’Adam et Eve : nous portons tous l’image du terrestre (1 Cor 15.49). Nous sommes tous des êtres créés à l’image de Dieu (Jc 3.9).

Cette égalité en droit et dignité dont parle la déclaration universelle des droits de l’homme ne trouve effectivement que sa raison d’être dans cette réalité créationelle commune qui nous définit. Le racisme est un profond rejet  de cette réalité et un outrage à l’incomparable créativité de notre Dieu qui se manifeste dans cette beauté que constitue la diversité ethnique.

 

Nous avons tous péché en Adam

Il n’y a pas de juste, pas même un seul… Aucune ethnie, aucun individu ne peut prétendre à une quelconque supériorité éthique. Chaque individu, chaque être humain a péché en Adam : nous sommes tous morts en Adam (Rom 5 & 1 Cor 15). La culpabilité, la condamnation et la pollution du péché qui caractérisent la chute du couple primordial en Eden est un héritage commun à chaque être humain.

Le racisme est une sorte de rejet et d’insulte à la justice de Dieu qui se manifesta dans la condamnation de l’humanité en Adam, car celui qui manifeste une telle attitude raciste s’illusionne en pensant pouvoir être meilleur que l’autre. Il vit alors dans un mensonge en détournant son regard de la profonde noirceur  de son cœur.

 

Jésus-Christ est le salut pour quiconque croit

Jésus-Christ, pleinement homme et pleinement Dieu, a offert sa vie pour Son peuple. Ce peuple est décrit dans l’Apocalypse comme une multitude de toutes nations, de toutes tribus, de tous peuples, et de toutes langues (Apo 7.9). C’est cela l’Eglise de Jésus-Christ. Un peuple composé d’individus de toutes nations, de toutes tribus, de tous peuples, et de toutes langues. Jésus-Christ a souffert pour ce peuple.

Il nous a donné l’ordre de répandre l’évangile dans toutes les nations (Matt 28.18-20). Le racisme est une offense faite à l’œuvre parfaite de rédemption accomplie par Jésus-Christ dans sa vie, sa mort et sa résurrection pour son peuple. Car c’est une attitude destructrice qui s’oppose directement à cette beauté plurielle de l’Eglise qui est une réalité de ce qu’est le corps de Jésus-Christ. Le racisme est la direction complètement opposée à celle de l’évangile de Jésus-Christ : il veut  introduire de la haine et des séparations là où Dieu unit dans un même corps, avec un même coeur.

 

Jésus-Christ revient pour venir chercher Son Eglise

Ces hommes et ces femmes de toutes nations qui constituent l’Eglise de Jésus-Christ vivent tous le même exode. Nous sommes tous dans l’attente d’une meilleure demeure, une demeure céleste. Nous sommes tous des étrangers et des voyageurs sur la terre (Heb 11.13-16). Lorsqu’il reviendra, nous serons alors tous réunis avec notre Seigneur pour régner avec Lui sur une nouvelle terre et sous de nouveaux cieux (Apo 5.10).

Le racisme est l’antithèse de cette unité constitutive qu’est l’Eglise de Jésus-Christ, de cette unité qui sera alors glorieuse lorsque nous louerons tous ensemble Celui que nous avons reconnu ici-bas comme notre Sauveur et Seigneur : Jésus-Christ.

 

**

Comme vous l’avez remarqué, les deux premiers arguments dénoncent le racisme en considérant l’unité de l’humanité, dans l’Histoire, vis-à-vis de son Créateur ; et les deux suivant le font en soulignant le fait que ce qui définit le racisme est en profonde opposition avec l’évangile de Jésus-Christ.

D’autres arguments auraient pu être donnés, néanmoins mon désir était  de dénoncer simplement cela alors que nous commençons une nouvelle année. Et ceci afin que nous ne fermions jamais les yeux sur l’horreur que constitue le racisme. Mais qu’au contraire nous le dénoncions et que la communion fraternelle que nous vivons au sein de nos églises locales témoigne clairement de la profonde richesse que Dieu manifesta en créant la diversité ethnique.

La diversité ethnique fait partie de l’ADN de l’Eglise, car Dieu a voulu de toute éternité offrir à son Fils Jésus-Christ une épouse dont l’un des traits caractéristiques de sa beauté serait la richesse de sa diversité ethnique.

C’est pour cela que je suis convaincue que la seule solution efficace contre le racisme est effectivement l’évangile de Jésus-Christ.

L’évangile est la bonne nouvelle du règne de Dieu accomplie au travers de la rédemption offerte grâce à la vie, la mort et la résurrection de Jésus-Christ.

C’est cette oeuvre de réconciliation avec le Père accomplie en Jésus-Christ qui est la source d’un  saint amour fraternel et désintéressé entre des hommes et des femmes de pays, de cultures différentes au sein d’un même corps dont l’unité et la croissance commune est une oeuvre du Saint-Esprit.

Ainsi, comme nous vivons dans une société plurielle dans laquelle beaucoup d’ethnies cohabitent, il est primordial que l’église locale reflète cette diversité, une diversité alors source de richesse et  une diversité fondée sur cette unité d’hommes et de femmes rachetés et aimés par le même Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit.

Ceci implique de notre part un véritable geste d’accueil envers toutes les ethnies que nous pouvons rencontrées dans nos villes….mais,  est-ce toujours le cas ?

 

 

DS

 

 

Nb : La gravure au début de l’article représente William Willberforce (1759-1833) qui lutta 26 ans contre l’esclavage au Royaume Uni jusqu’à son abolition lors du Slave Trade Act en 1807. Il était un fervent chrétien. Pour ceux qui comprennent l’anglais, vous trouverez une très bonne conférence faite par John Piper à son sujet, et son livre ici.

 

 

 

 

 

Je suis marié, et le Seigneur nous a fait la grâce d’avoir trois enfants. Je suis actuellement Pasteur Stagiaire sur Montréal. Je suis passionné par le Nouveau Testament, la théologie systématique et l’herméneutique. J’affectionne particulièrement les écrits des réformateurs, de Cornelius Van Til, Vern Poythress, John Frame, Greg Beale et John Piper.

%d blogueurs aiment cette page :