Disciples.fr : entretien avec Raphaël Anzenberger

A l’occasion du lancement de l’excellent site Disciples.fr, nous avons interrogé Raphaël Anzenberger, son fondateur. 

Raphaël est directeur général de France Evangélisation et président du Forum des Evangélistes de l’espace francophone. Il travaille également d’Eglise en Touraine (voir sa biographie plus complète ici)

 

Raphaël, tu consacres depuis plusieurs années une partie conséquente de ton temps à la formation de disciples. Ce concept a été défini de manières bien diverses.
Pourrais-tu nous donner en quelques mots une définition biblique de ce qu’est (et ce que n’est pas) un disciple ?

Lorsque je lis les Evangiles, je comprends qu’un disciple est une personne qui vit avec Jésus et poursuit sa mission qui est de faire de toutes les nations ses disciples.

Une définition plus exhaustive et qui a été formulée par Dietrich Schindler et Steve Smith est : Un disciple est une personne qui est transformée progressivement par le Saint-Esprit lorsqu’il exprime son amour pour Dieu en obéissant aux commandements de Jésus, en se consacrant à sa mission et se soumettant pleinement à son autorité.

En tant que disciple, il est appelé à faire des disciples à son tour.
Un “faiseur de disciple” est une personne, qui, au travers de la communauté, entraîne d’autres à suivre Jésus et les incite à devenir eux-mêmes disciples.

 

Quelle est ton analyse de la manière dont la formation de disciples est abordée dans les milieux évangéliques francophones ? Comment envisages-tu l’avenir en la matière ? 
Lorsque je voyage en Francophonie et que je parle de formation de disciples, cela est généralement compris comme “édification des saints”, avec des supports dérivés de la catéchèse.
Bien souvent ce sont des études bibliques sur la doctrine chrétienne, avec un crochet sur quelques disciplines spirituelles. L’emphase est sur l’enseignement.
Or toute formation (spirituelle ou séculière) doit également inclure des éléments d’apprentissage et d’immersion.
Ces deux derniers éléments sont quasi toujours absents de ces supports. Peut-être une spécificité française, le pays des Lumières et des 80% de bacheliers !
L’autre chose que je remarque est l’adéquation quasi systématique de formation de disciples avec méthodologie. Je forme des disciples parce que j’utilise tel ou tel support. La formation de disciples n’est pas prise en compte dans sa dimension communautaire.
Autrement dit, peu de réflexions sont menées sur la place du culte et des groupes de maison dans le processus général de croissance des disciples.
Il y a une dichotomie processus vs. évènementiel.
Finalement nos Eglises sont souvent plus prises dans l’urgence de la programmation que dans la réflexion de fond sur la croissance spirituelle de ses membres.
Enfin, dernière observation : l’organisation administrative de nos assemblées en association 1901 et 1905 régulées par leur règlement intérieur impose artificiellement une taxonomie qui se réconcilie difficilement avec le processus de formation de disciples.
Par exemple celui de l’âge légal pour être membre, 18 ans. Quid des disciples qui sont mineurs et absents des AG ?
Alors que faire pour avancer ? Certains auteurs comme Viola recommandent de sortir des institutions. Le seul salut serait dans les Eglises de maison.
Mais les études menées en Europe par ECPN (European Church Planting Network) montrent que le moteur de la multiplication de disciples ne dépend pas des structures d’Eglises mais d’une volonté politique.
Même observation chez Mike Breen dans son livre Building a Discipling Culture.
A partir de son analyse des quatre quadrants sur un continuum Invitation-Challenge, j’encourage les Eglises à prendre une décision politique forte pour conduire à un changement de culture propice à la multiplication de disciples.
L’objectif est la mise en place à terme d’un écosystème qui facilite la croissance organique des disciples.
Une fois la décision politique posée, le collectif Disciples.fr organise des Communautés d’Apprentissages Régionales où chaque Eglise envoie une équipe de trois personnes (dont un diacre ou ancien) qui se retrouvent deux fois par an sur deux ans pour s’encourager mutuellement dans leur cheminement.
Le chemin est long, souvent semé d’embuches. Les plus réticents sont souvent les chrétiens les plus engagés !
Justement, tu viens de lancer ce nouveau site web, Disciples.fr. Peux-tu nous en dire plus sur ce projet ? 
Le portail Disciples.fr est un site 100% dédié aux Mouvements de Multiplication de Disciples (MMD).
Une première en Francophonie !
Sous l’impulsion de la Commission d’Implantation d’Eglises du Cnef qui a travaillé en Mai 2014 avec Steve Smith et Dietrich Schindler sur le sujet, l’idée est venue de non seulement mettre en ligne leurs interventions mais aussi de créer une communauté de praticiens qui échangent sur leurs expériences de terrain.
De là est né Disciples.fr et sa page Facebook. Plus que tout, nous avons besoin d’expérimenter sur le sujet. Le blog sera une plateforme dédiée à cela.
Je crois que c’est dans la mutualisation des expériences que nous trouverons ensemble les ressorts d’une vision que nous partageons tous : l’émergence d’un mouvement de multiplication de disciples sous l’impulsion du Saint Esprit ! Dans la Francophonie et au-delà !
Quelles lectures conseillerais-tu à celui qui veut creuser davantage ce sujet ? 
Dans la rubrique Outils de Ecosystème du site vous trouverez un ensemble de ressources en Français et Anglais sur le sujet.
Si vous souhaitez en partager d’autres, envoyez un courriel à info@disciples.fr. Nous serons très heureux de les mettre en ligne !
Merci Raphaël !

Guillaume Bourin est le fondateur du blog Le Bon Combat et l'un de ses administrateurs actuels. Il s'intéresse particulièrement à l'intertextualité et à l'exégèse de l'Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Guillaume est titulaire deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary, USA) et il est actuellement candidat au doctorat à l'Université d'Aberdeen (Ecosse).